ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

Rafael Marquès a écrit dans le journal Maka-Angola, une série de rapports choquants et impressionnants sur les atrocités commises dans les hôpitaux afin de révéler la réalité effrayante du système de santé publique en Angola.

Une phrase vaut plus que toutes les descriptions:

«Je compte plus de 20 corps éparpillés à laver à l’extérieur par la famille, debout pour le dernier adieu à leurs proches. Sur le terrain, l’eau ne coule pas.

Mêlés avec du sang, des plastiques abandonnés, des gants, des masques, des tissus, des vêtements retirés de la mort. Il y a une fosse septique bouchée avec de l’eau pourrie dans le même endroit ».

La mort des enfants et des adultes à un taux élevé, et l’incapacité des hôpitaux, des morgues et des établissements de santé sont le pire exemple de la tragédie humanitaire qui sévit dans le pays.

        
Nous ne traitons pas ici d’un simple échec des politiques publiques,

l’incompétence du gouvernement ou le manque de moyens.
Nous sommes confrontés à l’une des plus graves violations des droits de l’homme perpétrées en Angola.
La santé est également un des droits humains et fondamentaux, de sorte que les crimes contre eux sont des crimes contre l’humanité.

Les droits sociaux, qui comprennent la santé, font partie du cadre juridique universel des droits de l’homme, selon lequel tous les droits sont «universels, indissociables, interdépendants et intimement liés ».

Tout comme les droits civils et politiques, qui protègent la dignité humaine, établissant des obligations négatives et positives pour les Etats, les droits sociaux définissent les conditions minimales requises pour les gens à vivre dans la dignité, pour veiller à ce que le président des États-Unis -American Franklin Roosevelt appelait «la liberté de la peur».

Les droits sociaux sont inscrits dans divers traités internationaux tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, ou le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966.

La Déclaration et le Pacte prévoient le droit à la santé et aux soins. Plusieurs mécanismes internationaux et régionaux ont été mis en place pour surveiller la conformité ou non des États en matière de droits sociaux.

Aux Nations Unies, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels supervise les Etats en ce qui concerne l’exécution de ses obligations en vertu du Pacte, et peut également entendre les plaintes.

En Afrique, nous avons la Cour africaine des droits et de la Commission africaine des droits et des peuples des peuples.

Il a une signification particulière à ces considérations l’Observation générale n ° 14 produit par le Conseil économique et social des Nations Unies le 11 Août 2000, qui définit la compréhension globale des devoirs des Etats dans le domaine de la santé.

Ensuite, on considère que la santé est «un droit humain fondamental indispensable à l’exercice des autres droits de l’homme. Chaque être humain a le droit de jouir du meilleur état de santé propice à une vie dans la dignité ».

Entre autres choses, la norme doit être comprise comme exigeant que le fonctionnement de la santé publique et de soins de santé installations, ainsi que les produits, services et programmes sont disponibles en quantité suffisante dans l’Etat.

Et bien que la nature des installations, biens et services varie en fonction de plusieurs facteurs, dont le niveau de développement de l’Etat, il est, cependant, un minimum de déterminants sous-jacents d’une bonne santé, tels que l’eau potable et des installations sanitaires adéquates hôpitaux, cliniques et autres infrastructures liées à la santé, le personnel médical et les professionnels de la santé qui reçoivent des salaires concurrentiels, au pays et bien sûr, et les médicaments essentiels.

Pas la peine de continuer l’énumération des aspects juridiques internationaux du droit à la santé.

Ce qui importe est de définir son existence et se battre pour être considéré comme un droit humain fondamental.

Compte tenu de cette hypothèse et compte tenu de la situation dans laquelle la santé est en Angola, les conditions dans lesquelles elle exerce ses activités, les décès qu’il cause, il est difficile de ne pas penser que nous sommes confrontés à un acte sérieux, une offense des droits de l’homme, et donc susceptibles de les procédures judiciaires ou quasi judiciaires dans les tribunaux et les commissions internationales, que ce soit mondial ou africain.

Il est par conséquent, temps de poursuivre devant les tribunaux internationaux des droits homme, les responsables angolais pour l’état actuel de la santé dans le pays.

Par Rui Verde

31 mars 2016

Traduction du portugais en français: jinga Davixa.

VIDEO…. VIDEO…. VIDEO…. VIDEO….

 

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

Luanda : patients hospitalisés, les proches dorment dans la rue.

 

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

MIREX : Miguel Catraio nega estar na lista negra dos Estados Unidos … (video ..)..

Avec le caractère criminel du MPLA, impossible d’élaborer des stratégies pour résoudre les conflits et unir les Angolais

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessoal …

Luanda : patients hospitalisés, les proches dorment dans la rue.

O “Cabritismo” $$ … ate… nas artes ?.. $$…

KLEPTO-CRACISMO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

UN « PAQUEBOT-HÔPITAL » A LA RESCOUSSE DE CE PAYS PAUVRE….L’ANGOLA !

ANGOLA : MOURIR À LA PORTE DE L’HÔPITAL, ET SANS AUCUNE ASSISTANCE…..EST CRIMINEL !

UNITEL : Dino Pistoleiro, le Général Far-West !..

SANTE : NE TOUCHEZ PAS A NOS ENFANTS

SANTE : LA MISÈRE COLLECTIVE et LA NÉGLIGEANCE du POUVOIR.

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

Cólera, Zika… Mota-Engil

HÔPITAL Général LUANDA : L’ENFER ET LA MORT EN PUBLIC

Mourir de faim en Angola, Peut-on vraiment le croire ?…

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

JET SET : Comment Sindika Dokolo a racheté une société de diamants via montages off-shores …

C’est un  joaillier suisse, appartenant au Congolais Sindika Dokolo qui est au centre d’un nouveau tournant à Luanda.

La Société publique angolaise de commercialisation des diamants (Sodiam) a annoncé vendredi son retrait du capital du bijoutier suisse de Grisogono, dont l’actionnaire n’est autre que Sindika Dokolo, homme d’affaires et activiste et mari d’Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais.

Selon le journal suisse Le Temps, la société fondée par le jet-setteur Fawaz Gruosia été rachetée via un montage offshore par l’homme d’affaires Sindika Dokolo

Cette opération a coûté pas moins de  100 millions $$ de dollars américains, faisant de la petite PME une étoile montante dans le marché mondial de diamants.

Rachetée par Dokolo via montage offshore

Août 2014, le magazine Forbes explique, dans un article (à lire ici), que des documents récemment dévoilés montrent qu’une société fictive appelée Victoria Holding Ltd. a acquis 75% de Grisogono en 2012 pour plus de 100 millions $$ de dollars par le biais d’une filiale.

Les documents montrent que la propriété de Victoria Holding Ltd. est également partagée entre la société de diamants angolaise, Sodiam, et une société néerlandaise, Melbourne Investments. Le mari d’Isabel Dos Santos, l’homme d’affaires congolais Sindika Dokolo, est considéré comme le seul véritable propriétaire de Melbourne Investments, affirment nos confrères américains.

Sodiam, en tant qu’entreprise publique (son conseil d’administration, son président et son PDG sont tous nommés par le président José Eduardo dos Santos), est tenue de divulguer publiquement toutes ses entreprises nationales et étrangères, mais jusqu’à présent, son partenariat avec Dokolo est tenu secret.

Manque de transparence

A l’époque, Sindika Dokolo affirme à la presse portugaise quel’investissement mentionné … est logique d’un point de vue stratégique … Tout dollar entrant en Suisse ou en Europe fait l’objet d’un processus de vérification exhaustif“.

Néanmoins, Rafael Marques de Morais, journaliste d’investigation en Angola et qui dirige le site internet MakaAngola, affirme qu’il y a manque de transparence.

Le partenariat prouvé entre Isabel dos Santos, Sindika Dokolo et Sodiam équivaut à un cas flagrant de conflit d’intérêts, de corruption et de népotisme de la part du Président de la République”, explique-t-il sur son site internet.

Pour lui, c’est le président de la République (Eduardo Dos Santos, beau-père de Sindika Dokolo, Ndlr) qui nomme et peut révoquer le bureau et le président de Sodiam, à sa convenance.

 En outre, l’entreprise peut faire des investissements et former des partenariats uniquement en conformité avec les politiques et les stratégies définies par le chef de l’exécutif, à savoir José Eduardo dos Santos.

En tant qu’entreprise publique, Sodiam doit publier ses comptes chaque année, tout comme Sonangol, mais en réalité, elle ne l’a jamais fait. Il en va de même pour Endiama, le concessionnaire national de diamants, qui détient 99% de Sodiam, fait-il remarquer.

Pendant ce temps, Grisogono a réalisé un coup de maître en juillet 2016 en s’adjugeant le «404» : le plus gros diamant jamais découvert en Angola, se mettant ainsi à rêver de conquérir le monde.

Dans le collimateur de Lourenço

Un an après, et alors que Sindika Dokolo est activement engagé dans le mouvement citoyen pour l’avènement de la démocratie en République démocratique du Congo – son pays d’origine – sa société Grisogono est visée par le nouveau président, qui entreprend d’assainir la cour, surtout contre les intérêts du clan Dos Santos.

Selon l’AFP, Joao Lourenço a récemment nommé un nouveau président à la tête de la Sodiam, Eugene Bravo da Rosa, en remplacement de Beatriz Jacinto de Sousa, qui avait été nommée plus tôt cette année par José Eduardo dos Santos.

Dans un communiqué, la Sodiam, qui annonce son retrait de Grisogono, explique que “pour des raisons d’intérêt public et de légalitéson conseil d’administration a adopté (…) un ensemble de délibérations en vue de son départ de la société maltaise Victoria Holding Limited”, dans laquelle elle détient une “participation minoritaire.

Par ailleurs, depuis qu’il a pris les rênes de l’Angola en septembre, Joao Lourenço a commencé à démanteler pièce par pièce l’empire politico-financier bâti pendant le long règne de son prédécesseur et mentor José Eduardo dos Santos.

Emblème ou caricature du régime familial instauré par Jose Eduardo dos Santos, sa fille Isabel, classée femme la plus riche d’Afrique par le magazine américain Forbes, est tombée la première.

Politico.cd – congo-rdc.niooz.fr –  2 décembre2017

Partager cet article

Mise en forme : jinga Davixa

 

Contact

SONANGOL : a Belinha ?.. come,..come,.. tudo,.. onde ela é amarrada !.. – “cabritta”

LAVA JATO : Banco Inglês ameaça encerrar contas de Tchizé …

LAVA-JATO EM ANGOLA …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

LAVA JATO : Isabel dos Santos « controla, através de um testa de ferro,.. a Global Media ».. – Ana Gomes –

LAVA JATO : Destruir o covil de ladrões …

ISABEL DOS SANTOS & SINDIKA : Diamonds for ever ?..

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

O “Cabritismo” $$ … ate… nas artes ?.. $$…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

José Eduardo dos Santos n’a jamais voulu d’une Angola, pour les angolais…

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessoal …

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

José Eduardo dos Santos n’a jamais voulu d’une Angola, pour les angolais…

CORRUPTION : La province de BIE possède les dirigeants,.. et les chefs,.. les plus corrompus de l’ Angola…

ANGOLA : O “Cabritismo” internacional … é roubo …

KLEPTO-MANIA : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

LAVA JATO : .. um fardo chamado,.. JOAO-MARIA de SOUSA …

Contact

MAKUTA NKONDO : .. diz que Adalberto Costa Júnior é um dirigente cheio de blá blá blá,.. censurada na Rádio Despertar…

LAVA JATO : Destruir o covil de ladrões …

LAVA JATO : Banco Inglês ameaça encerrar contas de Tchizé …

Ils nous volent tout ce qu’ils peuvent,… ne laissent rien, rien et rien !…

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques