ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

Rafael Marquès a écrit dans le journal Maka-Angola, une série de rapports choquants et impressionnants sur les atrocités commises dans les hôpitaux afin de révéler la réalité effrayante du système de santé publique en Angola.

Une phrase vaut plus que toutes les descriptions:

«Je compte plus de 20 corps éparpillés à laver à l’extérieur par la famille, debout pour le dernier adieu à leurs proches. Sur le terrain, l’eau ne coule pas.

Mêlés avec du sang, des plastiques abandonnés, des gants, des masques, des tissus, des vêtements retirés de la mort. Il y a une fosse septique bouchée avec de l’eau pourrie dans le même endroit ».

La mort des enfants et des adultes à un taux élevé, et l’incapacité des hôpitaux, des morgues et des établissements de santé sont le pire exemple de la tragédie humanitaire qui sévit dans le pays.

        
Nous ne traitons pas ici d’un simple échec des politiques publiques,

l’incompétence du gouvernement ou le manque de moyens.
Nous sommes confrontés à l’une des plus graves violations des droits de l’homme perpétrées en Angola.
La santé est également un des droits humains et fondamentaux, de sorte que les crimes contre eux sont des crimes contre l’humanité.

Les droits sociaux, qui comprennent la santé, font partie du cadre juridique universel des droits de l’homme, selon lequel tous les droits sont «universels, indissociables, interdépendants et intimement liés ».

Tout comme les droits civils et politiques, qui protègent la dignité humaine, établissant des obligations négatives et positives pour les Etats, les droits sociaux définissent les conditions minimales requises pour les gens à vivre dans la dignité, pour veiller à ce que le président des États-Unis -American Franklin Roosevelt appelait «la liberté de la peur».

Les droits sociaux sont inscrits dans divers traités internationaux tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, ou le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966.

La Déclaration et le Pacte prévoient le droit à la santé et aux soins. Plusieurs mécanismes internationaux et régionaux ont été mis en place pour surveiller la conformité ou non des États en matière de droits sociaux.

Aux Nations Unies, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels supervise les Etats en ce qui concerne l’exécution de ses obligations en vertu du Pacte, et peut également entendre les plaintes.

En Afrique, nous avons la Cour africaine des droits et de la Commission africaine des droits et des peuples des peuples.

Il a une signification particulière à ces considérations l’Observation générale n ° 14 produit par le Conseil économique et social des Nations Unies le 11 Août 2000, qui définit la compréhension globale des devoirs des Etats dans le domaine de la santé.

Ensuite, on considère que la santé est «un droit humain fondamental indispensable à l’exercice des autres droits de l’homme. Chaque être humain a le droit de jouir du meilleur état de santé propice à une vie dans la dignité ».

Entre autres choses, la norme doit être comprise comme exigeant que le fonctionnement de la santé publique et de soins de santé installations, ainsi que les produits, services et programmes sont disponibles en quantité suffisante dans l’Etat.

Et bien que la nature des installations, biens et services varie en fonction de plusieurs facteurs, dont le niveau de développement de l’Etat, il est, cependant, un minimum de déterminants sous-jacents d’une bonne santé, tels que l’eau potable et des installations sanitaires adéquates hôpitaux, cliniques et autres infrastructures liées à la santé, le personnel médical et les professionnels de la santé qui reçoivent des salaires concurrentiels, au pays et bien sûr, et les médicaments essentiels.

Pas la peine de continuer l’énumération des aspects juridiques internationaux du droit à la santé.

Ce qui importe est de définir son existence et se battre pour être considéré comme un droit humain fondamental.

Compte tenu de cette hypothèse et compte tenu de la situation dans laquelle la santé est en Angola, les conditions dans lesquelles elle exerce ses activités, les décès qu’il cause, il est difficile de ne pas penser que nous sommes confrontés à un acte sérieux, une offense des droits de l’homme, et donc susceptibles de les procédures judiciaires ou quasi judiciaires dans les tribunaux et les commissions internationales, que ce soit mondial ou africain.

Il est par conséquent, temps de poursuivre devant les tribunaux internationaux des droits homme, les responsables angolais pour l’état actuel de la santé dans le pays.

Par Rui Verde

31 mars 2016

Traduction du portugais en français: jinga Davixa.

VIDEO…. VIDEO…. VIDEO…. VIDEO….

 

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

Luanda : patients hospitalisés, les proches dorment dans la rue.

 

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

MIREX : Miguel Catraio nega estar na lista negra dos Estados Unidos … (video ..)..

Avec le caractère criminel du MPLA, impossible d’élaborer des stratégies pour résoudre les conflits et unir les Angolais

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessoal …

Luanda : patients hospitalisés, les proches dorment dans la rue.

O “Cabritismo” $$ … ate… nas artes ?.. $$…

KLEPTO-CRACISMO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

UN « PAQUEBOT-HÔPITAL » A LA RESCOUSSE DE CE PAYS PAUVRE….L’ANGOLA !

ANGOLA : MOURIR À LA PORTE DE L’HÔPITAL, ET SANS AUCUNE ASSISTANCE…..EST CRIMINEL !

UNITEL : Dino Pistoleiro, le Général Far-West !..

SANTE : NE TOUCHEZ PAS A NOS ENFANTS

SANTE : LA MISÈRE COLLECTIVE et LA NÉGLIGEANCE du POUVOIR.

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

Cólera, Zika… Mota-Engil

HÔPITAL Général LUANDA : L’ENFER ET LA MORT EN PUBLIC

Mourir de faim en Angola, Peut-on vraiment le croire ?…

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

BARBARIE : Le Député et le Commissaire de Police ont bien tenté… d’ archiver et classer l’ affaire du Crime du SIC, à Moxico…

   Ermiro Jamba Calima

L’enterrement de Ermiro Jamba Calima, l’agent de la police nationale affectés à la 10e unité de la Garde police des frontières dans Lumbala-Nguimbo assassiné violemment le 30 Avril, par les agents SIC-Moxico, aura lieu le jeudi Mais ces funérailles ne devraient pas signifier l’inhumation également de responsabilités.

Dans cet article, comme avancé dans le précédent, nous aborderons le web maléfique avec lequel la mort d’ Ermiro a été tissée.

Albertina Sandala, 26 ans, est la femme au centre de tout.

Ex-compagnon d’Ermiro, avec qui elle a eu 3 enfants. Ils étaient séparés de 7 mois, pour être exact, mais avec des retours intermittents par le milieu. C’était Albertina qui conservait la carte de la banque où le salaire de l’agent était déposé, et donc une autre raison de tenir les réunions.

Les membres de la famille croient que Tina, comme elle a été appelée par le défunt, a été impliquée dans une liaison amoureuse avec Pedro, un chauffeur , le cycle électoral du MPLA de Moxico, Mário Salomão. Et il n’y a pas de problème à cela, étant donné la séparation. Et la famille était consciente.

Mais ce n’était pas le cas pour Ermiro. Le 5 août, elle a été informée que l’ancien compagnon se trouvait dans une ferme avec un homme, ce qu’elle a compris être un acte d’infidélité conjugale, se joignant aux soupçons précédents. Pensant être sa propriété, posture macho,

il est allé à la ferme située à Lumbala-Nguimbo.

À la porte de la ferme, qui ne savait pas qui il était, selon le frère avec lequel il se trouvait le lendemain, il a été empêché d’entrer par la sécurité.

Mais Ermiro voulait voir si Tina était là. Il n’était pas armé et habillé en civil. Le garde a informé qui était à l’intérieur de la ferme, à la radio, ce qui se passait à l’entrée. Ermiro a commencé à se rendre compte de la gravité de la situation dans laquelle il se mettait et il a donc abandonné.

Le lendemain, 6 personnes ont été arrêtées par le Service des enquêtes criminelles (SIC) sans aucune explication de la raison et, à ce moment-là, elles étaient avec le frère qui a informé la famille de l’incident. Mais son frère était cool d’être des collègues de la police et aussi parce qu’il avait été emmené à l’escouade connue – à Lumbala-Nguimbo même.

L’escadron a été emmené dans un lieu inconnu, puisque la famille ne connaissait pas, et seulement quand ils ont commencé les plaintes avec des photographies montrant horribles tortures subies par l’agent est que le ministère de l’intérieur, par la SIC a publié une déclaration qui dit:

PROCÈS : Les familles des accusés d’attentat contre Bornito de Sousa, Vice-président de la république d’Angola, dénoncent une manipulation !..

« L’accusé a été accusé d’avoir commis le crime de menaces contre un citoyen le 6 de ce mois-ci à Lumbala-Nguimbo, ce qui a entraîné sa détention et l’élaboration d’une procédure pénale compétente. Faute d’un représentant du parquet dans cette localité, ils l’ont envoyé au siège du SIC et présenté au parquet … « .

Après cela a été emmené au siège de la SIC, à Luena, sans aucune information aux familles, et encore moins à des collègues de la 10e unité de la Garde police des frontières, qui ont peur parce que « les journaux sont toujours la publicité et tout [commandement provincial de la PN] a peur « , nous a dit un agent du bureau du commandant provincial.

Il est nécessaire de comprendre comment Ermiro Calima est allé aux mains des tortionnaires. Membre du Congrès Mario administrateur du père Salomon de Moxico, Waldemar Salomon, se sentant offensé par la tentative d’invasion de l’agent sur sa ferme, n’a pas hésité le jour même à appeler le commandant provincial, le commissaire Dias do Nascimento Fernando Costa

Il est responsable de la police à Moxico depuis 2014, lors de la nomination de l’ancien président José Eduardo dos Santos. Il est également délégué provincial de MININT.

 Alves Kamulingue et Isaías Cassule,.. 

Il était le commandant provincial de Luanda au pouvoir quand Alves Kamulingue et Isaías Cassule ont été arrêtés et tués

Cassule avait été blessé par balles et jeté aux alligators…

ANGOLA : Le Vice-président de la république,.. Bornito Sousa poursuit en justice, les journalistes du journal « Liberdade »…

La plainte du député a été déposée le 5 mai, garantissant les sources provinciales, et la détention a eu lieu le lendemain, de sorte que les sources estiment qu’il s’agissait d’une orientation claire du député « donner une correction au défunt ».

Et Dias do Nascimento comprend mieux la « correction », la torture et les alligators, alors il a ordonné aux officiers de l’escadron de Lumbala-Nguimbo de capturer immédiatement Ermiro.

Et ainsi nous sommes arrivés au corps déchiqueté d’ Ermiro, pas comme s’il était écrasé par les dents d’alligators, mais sans doute tout à fait torturé.

La raison du décès signalée par le médecin légiste Manuel Lemba, sans mentionner ce qui a causé le traumatisme, inquiète également les agents du commandement provincial, qui ont déclaré être «une fabrication». « Vous savez en Angola que les pauvres meurent toujours sans coupable, tout parce que quiconque manipule ou constate la situation est riche, combien plus le riche lui-même est impliqué », ont-ils déploré.

    …justification inutile

La détention du collègue « dans des circonstances de justification inutile«  fait craindre aux agents que la même chose leur arrive un jour.

« Beaucoup d’entre nous ne peuvent tout simplement pas ouvrir la bouche à cause des réglementations qui pèsent sur nous, et nous ne devrions parler que lorsque cela est permis, et ne nous autoriser que lorsque c’est pour les féliciter« , reconnaissent-ils.

Les mêmes sources assurent que Calima a été brutalement agressée à l’extérieur de la cellule du SIC et que seules des tentatives de pendaison ont été faites.

Deux documents ont été envoyés par la famille au bureau du procureur général et à la Cour suprême, mais aucune réponse à ce jour. Dans cette lettre, ils dénoncent le réseau dirigé par le député Mario Salomão et le commissaire Dias do Nascimento qui, à tout prix, ont l’intention de se débarrasser de l’homicide cruel…

Par : Sedrick de Carvalho | Journaliste Coordonnateur du projet Radio Angola

 le 29 Août 2018

Traduction du français en portugais : jinga Davixa – (corrections et vérifications à venir).

Partagez cet article

PROCÈS : LA COUR SUPRÊME ORDONNE LA LIBÉRATION DES 3 JEUNES DE MALANJE…

JOÃO-LOURENÇO … ET LE PROTOCOLE DE MALABO … ALORS ??.

BARBARIE : João Dala est mort … il avait subi en 2016 une torture sadique et brutale … 15 heures durant … par les enquêteurs du SIC…

CONGRÈS : Le MPLA a interdit l’accès à de nombreux journalistes…

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

ANGOLA : La transigeance comme caractéristique politique… (… une trahison par faiblesse ?.. ou par intérêt ?.. )

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

Le corps du général Arlindo Chenda Pena « BEN-BEN » est attendu à Luanda

Spécial 11 Novembre : Sous/couvert MPLA II – Dr. Esteves Isaac Pena.

Le SIC poursuit en justice le directeur du journal « O Crime »,.. pour avoir dit que l’exécution d’un criminel,.. brûle dans les archives…

CABINDA: UNE ASSOCIATION DÉNONCE LES PLANS  D’ASSASSINATS… PAR LE GOUVERNEUR…

Contact

 

 

BARBARIE : João Dala est mort … il avait été en 2016, torturé de manière sadique et brutale … 15 heures durant … par les enquêteurs du SIC…

João Alfredo Dala est mort. 

Ses funérailles auront lieu demain. C’ était un citoyen commun avec une histoire d’injustice commune en Angola. C’est une autre victime d’un régime qui prêche aux quatre vents la défense de la souveraineté, mais qui reste insensible aux souffrances du citoyen ordinaire, causées par la barbarie des instances de son pouvoir.

Et, ici, le pouvoir est un tout, puisé au siège du MPLA et maintenant entre les mains de João Lourenço.

João Alfredo Dala… est mort. Paix à son âme.

João Dala a succombé à ses blessures et les conséquences de la torture continue de 15 heures géré directement par les hauts fonctionnaires du service des enquêtes criminelles (SIC), le 5 Décembre 2016. Depuis lors, comme il me l’a dit quand je l’ai interviewé et chaque fois nous ne pouvions dormir assis que les jambes tendues pour soulager la douleur.

Les médecins cubains et angolais qui ont tenté en vain de le sauver sur la table d’opération de l’hôpital central de Malanje ont demandé à la famille si l’homme avait subi un accident ou un acte de torture. La famille a ensuite rapporté aux médecins le sadisme des hommes du SIC (voir ici).

Ana Dala, la soeur du défunt, a expliqué que son frère avait dû être hospitalisé à l’hôpital Josina Machel, sous une fausse identité, « parce que les SIC l’ont persécuté pour le tuer« . Dans cet hôpital, il était « abandalhado ».

La famille a choisi de l’emmener à Malanje, leur région, où ils ont eu la sympathie de certains médecins, « en vain ».

Il convient de rappeler l’épreuve de João Dala aux mains des fonctionnaires de SIC.

   Le Pasteur Adventiste du 7è jour – Daniel Cem

En compagnie de Daniel Cem, le chef défait lors des élections de l’Église adventiste du jour, les hommes du SIC ont inventé que João Dala a participé à un enlèvement qui ne s’est jamais produit. João Dala, alors chef de la Jeunesse adventiste de Rocha Pinto, a été condamné ainsi que d’autres pasteurs de l’Église adventiste du jour, qui mit à pied Daniel une centaine de hauts dirigeants dans un jugement incroyable.

À titre d’illustration de ce qui s’est passé, on sait que Daniel Cem a transporté 30 millions de kwanzas dans la salle d’audience, car le juge Antonio Francisco a compté, ce qui a porté le sac à sa voiture privée, sans honte.

Lorsque l’audience a pris fin, à la 13ème section des crimes communs de la Cour provinciale de Luanda, à Kilamba Kiaxi, le juge est parti avec l’argent.

Jusqu’à sa mort, João Dala a été interdit de voyager à l’étranger, même s’il souhaitait obtenir un traitement adéquat en Namibie (voir ici).

Dans la liste des condamnés honteusement par le juge António Francisco est le pasteur de Burns Sibanda, du Zimbabwe, qui a été mis aux arrêts 15 jours après avoir subi une intervention chirurgicale pour le cancer de la prostate, en Californie, aux États-Unis. La Cour suprême, qui a la responsabilité de se prononcer sur l’appel des pasteurs, se manifeste insensible à l’avocat de Burns Sibanda appel à vous l’interdiction de sortie est levée et peut ainsi faire un suivi des consultations. Burns Sibanda dit seulement: « Je suis confondu avec la justice en Angola, très confuse«  (Voir ici)

Cela donne l’impression que le système judiciaire a également besoin de la mort de Burns Sibanda. Mourir en Angola, faute d’humanité dans les institutions étatiques, est tellement banal que personne n’y pense plus. C’est juste étrange de penser au droit à la vie. Dans les droits des citoyens, dans les droits de l’homme.

En avril dernier, le président João Lourenço a également fait un geste extraordinaire: il a promu les commissaires des principaux tortionnaires, Fernando Manuel Bambi Receado et Pedro Lufungula. Lourenço Ngola Kina a été promu au poste de commissaire adjoint. L’initiative de promotion était le ministre de l’Intérieur, Ângelo de Barros Veiga Tavares, superviseur du SIC. Fernando Receado a également été promu au poste de directeur provincial du service des enquêtes criminelles SIC de Luanda, tandis que Lourenço Ngola Kina a été nommé directeur provincial de SIC-Uíge.

Nous reproduisons ici des extraits de l’enquête précédente de Maka Angola.

L’agression

L’enlèvement de l’opération de inventona a commencé le 4 Décembre 2018, vers 23h00, quand un groupe de 18 éléments cagoulés ont fait irruption dans la résidence de João Dala , tuant son chien de berger allemand avec un coup de tête.

A ce moment-là, 18 hommes – dirigés par l’expert criminel Service d’enquête (SIC) Eliphas Simon Sebastian Germano, placé dans le Département des opérations provinciales, et Paulino Quizanga Andrade – ont enlevé les capots. C’est seulement à ce moment-là que la famille a compris qu’il ne s’agissait pas d’un vol, mais d’une opération de police. Quelle était la différence ?

« Les flics ont enlevé la couche de mon petit-fils d’un an pour le fouiller et voir si nous n’avions pas d’argent caché là-bas, comment il avait fait caca, les flics ont jeté ma couche sur mon visage. J’ai eu les excréments dans mon visage », a déclaré la victime.

Les agents ont fouillé les femmes, y compris les enfants, les forçant à être nus. « Ma femme est traumatisée à ce jour car elle a été forcée à être nue devant toute la police. Ils s’accroupirent pour voir si elle avait caché quelque chose dans les cavités. L’agent Quizanga a déclaré que la famille ne devait pas être induite en erreur parce qu’elle utilisait une procédure légale de police », dit l’épouse. 

« J’avais 3 femmes adultes à la maison. Même les enfants étaient nus et forcés de s’accroupir nus avec leurs mains derrière la tête. Être palpé dans les sexes et ensuite les attacher à nouveau », a-t-il réitéré.

João Alfredo Dala a également révélé que les agents lui avaient ordonné de remettre tout l’argent qu’il avait à la maison.

« J’avais un coffre improvisé derrière la penderie. Les hommes ont retiré 15 000 dollars $ , neuf millions de kwanzas, six mille euros et dix mille renminbi (monnaie chinoise). Là, devant nous, les 18 ont partagé l’argent entre eux. L’un d’eux m’a même demandé quel était l’argent chinois et je pouvais l’échanger. L’autre ne souhaitait recevoir qu’en dollars et en kwanzas », dénonce Dala, dont l’activité professionnelle est le commerce.

« Ils m’ont menacé que si je mentionnais qu’ils avaient partagé l’argent entre eux, ils reviendraient pour abattre ma famille. Le Quizanga et un petit mulâtre ont proféré ces menaces. Ce que l’un a dit l’autre a répété », at-il ajouté.

La torture

« Au poste de police [48e dans l’auberge, quartier Viana], j’ai rencontré le surintendant Fernando Receado, chef du bureau Centre des opérations SIC au niveau national, et Ngola Kina, directeur adjoint des opérations à Luanda, ainsi que d’autres chefs, « a t-il dit.

« L’agent Quizanga m’a frappé avec la poignée du pistolet sur sa tête. Éliphaz l’agent m’a donné un coup de machette qui a ouvert la tête, en présence du chef du bureau des opérations SIC, le surintendant Fernando Receado, pour avoir réclamé l’argent qu’ils ont partagé à la maison « , at-il dit.

João Dala a été soumis à la torture avec Catana, des pinces et d’autres méthodes.

Carlos Cem, frère du pasteur, a entamé les hostilités après avoir frappé João Alfredo Dala au point de lui arracher une dent, selon ce témoignage. « Carlos Cem m’a dit qu’il était puissant à Luanda et qu’il contrôle la police. » João Dala est tombé au sol avec la force des coups de poing. Ce fut alors le tour du pasteur Daniel Cem, avant que les têtes SIC, continuer le passage à tabac, coups de pied le détenu dans le visage encore et encore, comme cela a dénoncé.

« Le pasteur Cem a ordonné au surintendant Fernando Receado d’être attaché à moi dans le 

format de torture de l’avion Kadiembe. Mais le chef des opérations du SIC a déjà opté pour la torture du pénis. « 

Selon le détenu, « Pinto Leite a enlevé ses lacets de ses chaussures Converse, les a attachés les uns aux autres pour que le fil soit long. Le chef Fernando Receado était celui qui personnellement attaché le fil sur mon pénis et a été le premier à commencer à tirer et me courir autour de la salle, comme le pasteur Cem et son frère ont dit que je parlerais vite et tout le monde se mit à rire ».

Les chefs de l’enquête et les accusateurs ont alors, à tour de rôle, conjointement et solidairement torturé le détenu. « Après le Chef Receado, c’est Carlos Cem qui a pris la cravate attachée à mon pénis et qui a commencé à courir avec moi dans la pièce en tirant. Ensuite, il y avait Noé (SIC, Cacuaco) » 

Cependant, « le pasteur s’est plaint qu’ils ne me tiraient pas bien, et il a reçu la dentelle et a commencé à courir dans la pièce et à me tirer avec beaucoup de violence. Je sentais la vessie comme si je la coupais. Le lieutenant-colonel Terça Massaqui a pris la corde et a commencé à tirer avec une extrême violence et à me demander si cela faisait mal. Il n’a pas couru. « 

Il y avait ensuite le surintendant principal Pedro Lufungula qui tirait le pénis du prisonnier par la corde. « Puis ils ont demandé à Pinto Leite d’aller chercher un bloc de ciment à la porte. Ils ont attaché le classeur au bloc de ciment et m’ont forcé à courir dans la pièce, avec le bloc attaché à mon pénis. Je ne pouvais plus le supporter. Je ne pouvais même pas faire un pas. Ensuite, ils ont tapé des oreilles par derrière et je suis tombé et bloqué avec le bloc « , a-t-il déclaré.

« A ce moment-là, j’ai un pénis de x,xx cm tendu au genou », a-t-il ajouté, nous montrant les photos choquantes.

« Puis je vis le Ngola Kina se mettre à pleurer et demander au surintendant Fernando Receado, le chef du bureau des opérations SIC, que je dénoue les lacets et arrêter la torture du pénis, parce que je pourrais mourir, » dit-il.

Il était déjà 7 heures. Le pasteur est sorti avec ses compagnons, a déclaré qu’il prêcherait ce jour-là et a laissé l’ordre que la torture continue jusqu’à ce qu’il y ait une confession vidéo impliquant les autres pasteurs. « Il a dit que je pourrais tout aussi bien mourir », a-t-il déclaré.

La torture du catana 

  « Donc, Ngola Kina a proposé une autre méthode de torture. Ils m’ont mis un morceau de couverture noire qu’ils utilisaient comme un tissu sur le dos. Ils ont versé de l’eau froide sur moi et ont commencé à me torturer avec le côté du catana », a-t-il déclaré.

João Alfredo Dala a déclaré que toutes les personnes présentes se sont relayées pour le battre à la machette, à l’exception du promoteur Ngola Kina. « Le commissaire Fernando Receado était celui qui me battait le plus, à suivre Noé« , a-t-il déclaré.

Comme le torturé ne l’a pas avoué, ses bourreaux ont enlevé le tissu du dessus et ont commencé à le frapper directement sur la peau avec la machette et les massues.

Les photos prises par les agents eux-mêmes montrent l’état choquant dans lequel ils sont partis.

« J’ai cessé de ressentir de la douleur. Ils ont battu jusqu’à ce qu’ils soient fatigués. Même l’employé a quitté l’ordinateur et est venu me battre. « 

La torture de « l’avion »

« Noé a ordonné à ses hommes d’appliquer la torture de l’avion. Ils m’ont passé le premier ruban dans les bras, puis ils m’ont attaché pour ne pas laisser de marques « , a-t-il expliqué.

João Dala sous la torture de l’avion

La torture de l’avion consiste à attacher les bras de la victime par les coudes et à les joindre aux chevilles, derrière le dos. La corde est alors tirée pour boucler le corps en boule avec le dos du cou appuyé contre les talons de la victime.

Selon leur témoignage, les agents ont versé de l’alcool pur dans les plaies de la victime pour arrêter le saignement.

La torture a continué jusqu’à 19 heures.

A ce moment là, la victime était déjà disponible pour dénoncer Jésus-Christ, si les tortionnaires le comprenaient. « Ils voulaient que j’ avoue l’enlèvement et que j’ai reçu l’argent. Je n’ai plus ressenti de douleur ou de force dans mon corps et je ne pouvais plus répéter ce que l’on me disait d’enregistrer. Il a parlé mal aligné. « 

La torture de la noyade simulée

Pour assurer une coopération complète, le surintendant en chef Pedro Lufungula, qui signe toujours les documents en tant que médecin, avait une autre méthode de torture sur la manche: le waterboarding …

« Il a commandé un seau d’eau. Ils me mettaient un chiffon dans la bouche, l’ouvraient et versaient de l’eau, pour me forcer à dire ce qu’ils voulaient », a déclaré João Alfredo Dala.

À ce moment-là, le maquilleur a réalisé le torturé présentable pour la vidéo. Il a dit au déclarant que l’un des agents que vous avez tiré les ongles des gros orteils avec des pinces, pour « stimuler » à répéter de façon satisfaisante la confession que les chefs de la SIC lui dictaient. Après huit répétitions, le chef du Département du crime organisé, le surintendant principal Pedro Lufungula a renoncé satisfait du résultat de l’enregistrement, mais a continué avec la torture de l’eau.

Conclusion

Le SIC a en son sein un repaire de voyous, des meurtriers et des fous, qui sont consacrés aux pires atrocités au nom de la loi et de l’ordre, avec le plein appui du gouvernement.

Jusqu’à quand le président João Lourenço continuera-t-il à privilégier uniquement le discours contre la corruption, en ignorant la protection des droits de l’homme ?

    Rafael Marques de Morais,.. journaliste

La Cour suprême autorisera-t-elle également le pasteur zimbabwéen Burns Sibanda à mourir, incompréhensiblement empêché par le système judiciaire de reprendre son traitement contre le cancer ?

João Dala sera enterré mercredi prochain, au cimetière de Benfica, à 11h00. 

Paix à ton âme.

Rafael Marques de Morais

4 septembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

E-mail : contact@franceangola.com

(SIC) Service d’enquêtes Criminelles

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

ANGOLA : une Église inféodée, est identique à une église sans foi.

Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité en Angola

POLICE : JOÃO LOURENÇO ORDONNE UNE INVESTIGATION SUR LES EXÉCUTIONS SOMMAIRES…

ABEL CHIVUKUVUKU : IL NE FAIT AUCUN DOUTE, « C’ EST UN ASSASSINAT »

PROCÈS : Le SIC poursuit en justice le directeur du journal « O Crime »,.. pour avoir dit que l’exécution d’un criminel,.. brûle dans les archives…

Les Etats-Unis dénoncent les violations des droits de l’homme en Angola

CABINDA: UNE ASSOCIATION DÉNONCE LES PLANS  D’ASSASSINATS… PAR LE GOUVERNEUR…

ANGOLA : LUNDA-NORTE EST EN DEUIL,.. LE RÉGIME CONTINUE D’ ASSASSINER …

MANUEL VICENTE : O “Cabritismo” … a tudo vapor ?..

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

SIC-RÉPRESSION : João Lourenço a promu des tortionnaires…