LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

Le militant Bob Geldof avait déclaré en 2008, à Lisbonne, à l’hôtel Pestana Palace, que l’Angola était un pays «dirigé par des criminels», mots qui ont conduit l’ambassadeur angolais à abandonner la réunion qui avait eu lieu dans la capitale portugaise.

Ana Mendes

Conférence sur le développement durable organisée par la Banque Espírito Santo et le journal « Expresso », consacrée à un discours de 20 minutes sur le thème « Faire la différence », à l’issue de laquelle l’ancien ambassadeur d’Angola, Assunção dos Anjos, a quitté la salle. , selon des données auxquelles le journal Hora H aurait eu accès.

« L’Angola est dirigée par des criminels« , a accusé l’organisateur de Live Aid et Live 8, également musicien de renom.

« Les maisons les plus riches au monde qui se trouvent dans la baie de Luanda sont plus chères qu’à Chelsea et ParkLane », a-t-il souligné, comparant ces deux quartiers huppés de la capitale anglaise.

En ce qui concerne le Portugal, le musicien irlandais a estimé que le pays devrait être un partenaire de l’Angola, ajoutant que, à la fois le Portugal, l’Espagne et l’Italie, « seront les premiers [pays européens] à subir les conséquences de tous les problèmes en Afrique » il a ajouté.

Par conséquent, le Portugal devrait avoir un intérêt particulier pour la promotion du « développement en Afrique« , car il a « une économie très vulnérable, une économie dépendante du climat et à moitié murée avec l’Afrique », a déclaré l’activiste Bob Geldof, selon Público.

Après onze ans de mauvaise gouvernance, et plus tard le départ de José Eduardo dos Santos en tant que président de la république et du MPLA, deux mille dix-sept ans,

le pillage est survenu, au cours duquel les dirigeants angolais ont été impliqués, au cours des 38 années écoulées. gouvernance, de ce qui est considéré par les Angolais, le plus grand corrompu et bourreau de l’Angola.

Avec l’inauguration de l’actuel président de la République et député, João Manuel Gonçalves Lourenço, en septembre 2004, de prétendus vols avec égarement des deniers publics, menés par de nombreux dirigeants durant son mandat, ont commencé à faire surface. être informé par le bureau du procureur général (PGR), pour justifier et le tenir pénalement responsable, si la déviation des fonds de l’État angolais est prouvée.

Et comme conséquence de la mauvaise gouvernance et du vol de la monnaie du pays, l’Angola

est tombé dans une misère extrême, difficile à recouvrer étant donné le taux élevé de corruption, de népotisme et de flatteries dans lesquels les institutions gouvernementales du MPLA, dirigées par José Eduardo dos Santos ont été immergés, laissant la population à leur sort.

En Angola, la plupart des dirigeants qui ont occupé des postes importants au sein du gouvernement de José Eduardo dos Santos sont passibles de poursuites pénales, d’une mauvaise gestion des fonds publics ou même d’un détournement de fonds alloués à la fourniture de services à la population,

              .. le massacre de population, au Mont Sumi … des milliers et des milliers de morts …

ce qui a pour conséquence nous avons vu récemment des personnes mourir de manque d’eau, d’énergie dans les établissements publics, de médicaments, de routes déjà payées par l’État dans de mauvaises conditions, d’écoles sans pupitre, de détournement de fonds, etc …

SUPPOSES IMPLIQUES DANS UN VOL D’ARGENT D’ÉTAT

Il a récemment été diffusé sur le site Web de Club – K.

L’ancien ministre des Finances, José Pedro de Morais Júnior, avait retourné 60 millions $$ de dollars américains (60 millions de dollars) aux caisses de l’État. Ce montant a donc été remboursé au gouvernement. ,

   .. José Pedro de Morais Júnior …

il est clair que ce dirigeant a détourné des millions et des millions de $$ dollars en tant que dirigeant.

Selon les données du portail, José Pedro de Morais est jusqu’à présent identifié comme le « meilleur » collaborateur des autorités angolaises, retournant aux caisses de l’Etat le montant de 60 millions $$ de dollars américains;

tout a à voir avec le processus de rapatriement mis en place par le président João Lourenço au début de sa gouvernance, en tenant ce qu’il avait promis lors de la campagne électorale: « Réparer ce qui ne va pas et améliorer ce qui est bien ».

Selon la source, au moment où le président de la République, João Lourenço, a encouragé les citoyens nationaux à rapatrier volontairement leurs fonds déposés auprès de banques étrangères, sous peine de leur récupération obligatoire par l’État, ainsi que des poursuites judiciaires qui en ont résulté,

L’ancien ministre des Finances se serait tenu en première ligne, exprimant sa volonté d’accepter « l’offre », en échange d’un pardon présidentiel.

Pedro de Morais Júnior est généralement cité comme ayant des actifs dans les deux milliards de dollars, acquis au moment du règne de José Eduardo dos Santos.

Ses intérêts incluent les banques (ex-BANC, BNI, Banco Keve et à l’étranger), les compagnies d’assurance (Global Seguros), les jeux de loto (FININGEST) et les casinos. Contrôles de fermes dans le réseau scolaire Cuanza Sul, les hôtels, etc.

Ses intérêts se sont également croisés avec Coca-Cola Bottling, Luanda.

COMMENT PGR A COMMENCÉ À NOTIFIER DES DOMMAGES PRÉVUS

Après que José Eduardo dos Santos ait passé la présidence au général João Manuel Gonçalves Lourenço et constitué son gouvernement, le chef de l’Etat a chargé ses collaborateurs directs de faire respecter la loi, affirmant que «personne n’est si puissant qu’il ne peut être jugé et personne n’est si pauvre qu’on ne peut pas les protéger », a-t-il déclaré.

C’est ainsi que débutèrent les contestations d’anciens membres du régime.

En 2018, José Pedro de Morais Júnior, ancien ministre et ancien gouverneur de la BNA, était confronté au Service national de récupération des avoirs (SNRA), dirigé par l’avocat Eduarda Rodrigues qui l’avait invité. restituer 50 millions $$ de dollars aux coffres de l’Etat.

Non seulement Pedro de Morais a répondu à l’appel, mais il a volontairement décidé de donner 10 millions de dollars supplémentaires à 60 millions de dollars américains.

AFFAIRE FEDSA: JEAN CLAUDE

Selon le site Internet cité par Hora H, plusieurs juristes ont attiré l’attention, fin juillet, sur le fait que la lutte contre la corruption menée par le gouvernement de João Lourenço est une source de richesse, étant donné que certains bénéficiaient du retrait des charges (exemple de Jean Claude Bastos de Morais) en échange du retour des valeurs, alors que d’autres, comme Augusto Tomás,

sont passibles de lourdes peines, même sans le tribunal, et ont pu, selon sa défense, prouver qu’il a utilisé les fonds de la CNC à des fins personnelles.

Le juriste et universitaire portugais Rui Verde a récemment attiré l’attention sur le phénomène de lutte contre la corruption qui s’est produit au Brésil.

  .. Jean Claude et .. João Lourenço …

Il a été surpris par la découverte que des juges utilisaient la justice pour commettre des actes arbitraires.

«Combattre la corruption par pure volonté, outrepasser la loi ou baser ses actions sur des opinions plutôt que sur des règles produit toujours de mauvais résultats.

Voyez la controverse dans laquelle l’ancien juge Sérgio Moro est impliqué au Brésil, en raison de son rôle obscur dans la conduite de l’opération Lava-Jato.

Cette opération était nécessaire et fondamentale pour le Brésil, mais risquait de tomber dans le ridicule en raison d’incidents juridiques apparents. commis par le juge, la même chose peut arriver en Angola », lit-on

Analyse de Rui Verde, publiée dans Maka Angola.

 

LE CAS CNC : TOMAS REFUS DE LIVRER 40 MILLIONS

Au même moment, le Service national de récupération des avoirs (SNRA) avait également convoqué à l’époque l’ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, à qui il avait été demandé de restituer la somme de 40 millions $$ de dollars américains.

L’ancien titulaire de Transport a affirmé ne pas disposer de ces valeurs et a finalement poursuivi en justice en raison de prétendues irrégularités dans la gestion du Conseil national des chargeurs (CNC), ce qui lui a valu d’être arrêté et condamné à 14 ans de prison.

Ana Paula dos Santos, ancienne première dame, séparée de José Eduardo dos Santos, également bénéficiaire du CNC (Conseil national des chargeurs), a été contrainte de restituer plus de 15 millions de dollars qui avaient été transférés indûment à l’un des ses comptes bancaires: Son nom a été supprimé du processus.

Le président de la FESA, Ismael Diogo, revient également

a vu 25 millions de dollars en octobre 2018 après avoir été arrêté et libéré sous caution. Dans le scandale du CNC, la société GEFI, la société de portefeuille de MPLA, qui avait reçu des fonds pour la campagne électorale, a également été laissée de côté.

Joaquim Sebastião, ancien directeur de l’Institut national des routes d’Angola (INEA), a cédé à l’État, une partie de ses avoirs après six mois d’emprisonnement. Ses comptes bancaires ont également été gelés. Le Service national de récupération des avoirs (SNRA) vous a quitté

avec un appartement et l’équivalent de 5 millions de dollars pour le cancer de la prostate et d’autres dépenses personnelles telles que payer un constructeur portugais qui a construit une villa de luxe à Talatona pour 30 millions de dollars. C’est-à-dire que vous devrez compléter

la mise à disposition de la villa de luxe confisquée par l’Etat. Ses anciens collègues d‘INEA, également impliqués dans le même processus, ont négocié la restitution des avoirs et des valeurs pécuniaires et de possibles troubles judiciaires en échange de la liberté .

 jornalhorah –

Outubro 10, 2019

VIDEO…. VIDEO…. VIDEO…. VIDEO….

Mise en forme : Jinga Davixa

Correctifs à venir

Partagez cet article

 

MASSACRES : LISBONNE PRÉOCCUPÉ PAR LA BIRMANIE,… MAIS POUR L’ANGOLA ?… À « CU DE JUDAS »

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessaol …

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

SOS ANGOLA : Sobrevivência em risco …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

MIREX : Miguel Catraio nega estar na lista negra dos Estados Unidos … (video ..)..

LAVA JATO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

ANGOLA : Quase 700 crianças violadas no pais …

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

KLEPTO-MANIA : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

BNA : .. GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

CABRITO-ESCRITORIO : denúncia Escritório de advogado de Rui Ferreira assessora Zenú dos Santos…

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

La province de Cunene disposera dans le budget général de l’État (OGE) de 2020 d’une ligne spécifique comprenant des ressources pour faire face aux problèmes de sécheresse et de famine qui ont affecté des milliers de personnes et d’animaux depuis octobre 2018 dans la région. La faim

Mais si João Lourenço dit qu’il n’y a pas de faim en Angola, des deux ans: soit Cunene n’est pas l’Angola, soit le président est un menteur.

Les informations ont été soumises à l’ANGOP par le gouverneur de Cunene, Virgílio Tyova, expliquant que l’entrée de ce point avait déjà été autorisée par le président de la République, João Loureço, à couvrir exclusivement les programmes émergents pour lutter contre les deux situations.

« Au lieu de déclarer une catastrophe naturelle à Cunene, sachant que cela se produit chaque année, le chef de l’Etat a autorisé le prochain budget à prévoir des fonds pour deux programmes d’urgence permanents d’une durée de trois à quatre ans. « Dit Virgilio Tyova.

Selon Virgílio Tyova, le programme d’urgence contre la sécheresse succèdera aux actions d’urgence en cours pour atténuer les effets de ce phénomène, qui a touché directement 857 443 personnes, 171 488 familles, 907 572 bovins et 436 localités.

Depuis octobre dernier, 19 539 animaux, y compris des bovins, des chèvres et des porcs, sont morts à Cunene, raison pour laquelle le gouverneur de la province a applaudi à cette mesure du président de la République, soulignant qu’il était temps de mettre fin aux souffrances des habitants. endroits.

« L’année prochaine, nous aurons le même problème afin de ne plus pouvoir participer aux courses, sachant que nous aurons le même niveau de sécheresse et de faim. Le montant acheminé par ces deux programmes sera essentiellement destiné à fournir de la nourriture dans une banque alimentaire « , a ajouté Virgílio Tyova.

Avec cela, a déclaré Virgílio Tyova, vous pourrez acheter du maïs, du massambala, du massango et du poisson séché, qui sont à la base du régime alimentaire de la plupart des populations vivant dans les zones rurales, ce qui permet de répondre immédiatement à leurs besoins.

À l’époque, le gouverneur de la province de Cunene a précisé que la ligne autorisée par le Président de la République n’avait rien à voir avec les 200 millions de $$ dollars autorisés en avril pour la construction de trois barrages d’eau, de canaux d’eau respectifs et de 89 chimpanzés, aller à la sécheresse.

« Les points d’eau peuvent mal fonctionner et les camions peuvent s’agripper, nous devons donc faire un peu de gestion. Et pour cela, nous devons disposer des ressources nécessaires pour gérer le matériel et les moyens de captage, de transport et de distribution de l’eau pendant au moins trois ans « , a déclaré Virgílio Tyova.

Depuis que Cunene est confrontée à la sécheresse et aux inondations depuis l’indépendance, c’est la première fois que l’exécutif angolais autorise et / ou met à disposition des valeurs pour la réalisation de projets et d’actions visant à lutter contre ce phénomène dans la province.

Il est rappelé que le président de la République, João Lourenço, a menti lorsque, dans l’entretien avec RTP à l’occasion de la visite de Marcelo Rebelo de Sousa,

il avait déclaré qu’il n’y avait pas de faim en Angola, affirmant qu’il n’y avait qu’un très légère malnutrition. Et avec lui se trouvaient également le président du MPLA, João Lourenço, et le chef du pouvoir exécutif, João Lourenço.

 

      ..après un déjeuner frugal

João Lourenço a probablement faire ces déclarations après un déjeuner frugal et simple, comme des truffes noires, des crabes géants, de l’agneau rôti aux champignons, des bulbes de lys d’hiver, un suprême de poulet à la mousse de betterave et des fromages accompagnés de miel amandes caramélisées et plusieurs bouteilles de Château-Grillet 2005.

Il est entendu (c’est-à-dire!) Que ceux qui ont démenti cela (et d’autres) sont solidaires de nos 20 millions de pauvres qui, à leur tour, sombrent dans la famine et meurent pour rêver d’un repas.

En 2018, les données gouvernementales elles-mêmes montraient que le taux de malnutrition chronique en Angola était de 38%, la moitié des provinces du pays étant « extrêmement sous-alimentée » et Bié, à 51%.

Les provinces de Bié (51%), Cuanza Sul (49%), Cuanza Norte (45%) et Huambo (44%) ont été désignées à l’époque par la directrice du Programme national de nutrition, Maria Futi Tati, comme celles ayant le plus malnutrition.

« Environ neuf provinces souffrent de malnutrition extrême, sept provinces à forte prévalence et deux provinces à prévalence moyenne », a déclaré Maria Futi Tati en juin 2018.

À son tour, un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquait qu’en Angola, 23,9% de la population était affamée.

En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture« .

Avez-vous remarqué le président João Lourenço ? 6,9 millions ?

Parler aujourd’hui de la faim en Angola, c’est propager un mensonge auquel seul l’ancien roi martelé a contribué mais qui, comme le garantit João Lourenço, fait déjà partie « de l’histoire ». Voyons voir. Le 12 septembre 2018, le ministre angolais de l’Agriculture et des Forêts, Marcos Alexandre Nhunga, a déclaré que le pays comptait « une population considérable qui ne souffre pas de la faim en tant que telle », mais qu’il « se trouvait dans une situation difficile ».

En tant que ministre de João Lourenço, Marcos Alexandre Nhunga, vous avez certainement raison. Malgré tout … « Ne pas avoir faim en tant que tel » ? Mourir de faim ou pas, disons-nous.

Cette « faim en tant que telle » n’existe pas. Le ministre voulait-il dire qu’il a faim les lundis, mercredis et vendredis et qu’il mange n’importe quoi les mardis, jeudis et samedis ? Et que « comme tel«  les dimanches à jeun ?

Marcos Nhunga s’est confié à des journalistes après avoir été interrogé par l’agence Lusa sur le rapport sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle préparé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui indique qu’en Angola, 23,9% de la population a faim . Viens. Pas « la faim en tant que telle ».

« C’est une réalité, mais nous n’avons pas cette réalité. La FAO publie ses données et nous ne voulons pas commenter. Mais la FAO, quand elle publie, dispose de données basées sur une enquête mondiale « , a déclaré le responsable. Et qu’est-ce qu’une enquête mondiale, en tant que telle, affecte les données de chaque pays ?

Nous répétons et répétons à chaque fois. En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’Angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture ».

Marcos Nhunga a fait valoir que la conclusion est différente de ce qui peut sembler … « en tant que tel ».

« [L’Angola] a encore une population considérable, que je ne dis pas mourir de faim en tant que telle mais dans une situation difficile.

C’est précisément pour cette raison que le gouvernement veut s’améliorer et intervient dans les zones rurales dans le cadre de l’activité productive, afin de résoudre les problèmes liés à la faim et à la pauvreté « , a déclaré le ministre.

Partagez cet article

 

le 3 mai 2019

Traduction du portugais en français : jinga Davixa –

E_mail : contact@franceangola.com – 

ANGOLA : Nandó, Président de l’Assemblée Nationale (…et familiale ?), importera les 250 Lexus 4×4 ! , via son propre fils. (77 millions $)

Angola: Un « fossé énorme » entre gouvernants et gouvernés

http://sosdictature.com/justice-comment-rapatrier-les-millions-et-les-millions-d-estoril-au-portugal

100% “CABRITISMO” ? : O terreno de TCHIZÉ no talatona,.. Fraude ou Favoritismo …

CABRITO-BIC : Chama-se Fernando Telles… apropriou-se de forma ilegal, uma fazenda de 6. 000 hectares,.. pertencente à família do Soba Silva Quinta Vunge …

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

ANGOLA : L’escapade présidentielle,.. le FRIC.. c’est CHIC !..

PRÉSIDENT : Nous, peuple angolais… sommes malheureux,.. très malheureux !..