MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

LE MPLA  A T IL DEJA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ?..

La lutte contre la corruption, l’impunité et les flatteries devrait continuer à être le rempart des militants du MPLA et à viser la stabilité socio-économique du pays.

Cela devrait-il continuer ?.. Mais cela a-t-il déjà existé ?..

Si tous les corrompus connus (à part ceux qui sont présumés) sont du MPLA, il est inutile d’appeler le renard pour défendre les poulets.

L’appel aux militants du parti au pouvoir depuis 1975, vient de José Manuel dos Santos, membre du comité provincial du MPLA à Huambo, lors d’une conférence sur « La genèse, la trajectoire et les dirigeants du MPLA le long de la route historique de 1956 à 2018 « .

À cette fin, il a en outre exhorté ce mystificateur officiel, les militants devraient s’efforcer au maximum de se conformer à toutes les directives, ce qui rendra le parti plus transparent.

Eh bien, au moins, les dirigeants du MPLA pourraient perdre l’arrogance qui les pousse à penser qu’ils sont intellectuellement supérieurs et que, pour cette raison, ils peuvent passer à l’immense majorité des Angolais (en particulier nos 20 millions de pauvres), qui sont constamment attestés par Matumbez.

Parler de transparence dans un parti qui a toujours été opaque revient à parler d’alligators végétariens, de poissons-chats volants ou de allées à naître dans les boyaux.

« Aujourd’hui, c’est le parti qui gouverne, il est donc nécessaire de respecter les orientations de son président dans les luttes qu’il a menées, afin de faire des comités d’action et des militants de véritables militants politiques du MPLA,

mais aussi, a rendu le développement socio-économique du pays, pour le bien-être des Angolais « , a déclaré la créature, oubliant de rappeler que le parti a statué depuis 43 ans et – répétons-le – que João Lourenço n’a encore découvert aucun traître ou pas du … MPLA.

Lors du discours d’ouverture du 10 décembre, jour de la fondation du MPLA, José Manuel dos Santos a conseillé aux militants de rester fermes dans les idéaux du parti qui,

au cours de son histoire, avait observé plusieurs changements, mais de manière pacifique. et avec la maturité qui nourrit cette association.

Ici la créature a raison, nous reconnaissons.

Remarquez « Tout au long de son parcours historique, il a observé plusieurs changements, mais de manière pacifique et mature« .

En fait, quel meilleur exemple de pacifisme et de maturité pourrait-on imaginer que celui qui a conduit, le 27 mai 1977, les dirigeants du MPLA au pouvoir – à commencer par son président, Agostinho Neto – à faire assassiner des milliers et des milliers d’Angolais MPLA ?

José Manuel dos Santos a estimé que l’histoire du MPLA était positive, compte tenu de son indépendance, de son intégrité territoriale consolidée, de son unité nationale, de sa démocratie établie, du multipartisme et du système de libre-échange. qui a eu lieu dans le pays.

Avec des politiciens de ce niveau, l’avenir du MPLA est garanti.

Il suffit de les garder avec les lames (chacune des deux pièces qui sont placées sur le côté extérieur de chacun des yeux de certains animaux, afin de diminuer la vision latérale) mais de manière à ce qu’elles voient bien le fouet de pourriture poisson pourri et la bête à remplir.

Comme de bons répéteurs, acéphales mais avec une voix, ces pygmées mentaux se bornent à flatter le maître des « ordres supérieurs », répétant au maximum ce qu’on leur dit, même s’ils ne connaissent pas le sens de ce qu’ils disent.

Le président de la République, João Lourenço, a encouragé (dans cette thèse) les actions d’inspection, d’inspection et d’audit contre la corruption.

Et s’il dit cela, les répéteurs … répètent.

  le 03 Décembre 2018

Partager cet article

 

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

ANGOLA : Nandó, Président de l’Assemblée Nationale (…et familiale ?), importera les 250 Lexus 4×4 ! , via son propre fils. (77 millions $)

ANGOLA : Fraude électorale & massacres ?… à la prochaine élection ? – II

CABINDA: UNE ASSOCIATION DÉNONCE LES PLANS  D’ASSASSINATS… PAR LE GOUVERNEUR…

MPLA, 60 ans d’existence, 41 ans de souffrances pour le peuple.

USA : LA DÉS-OBÉISSANCE CIVILE DOIT ÊTRE RESPECTÉE EN ANGOLA – I

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

KLEPTO-CRACISMO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

FAMINE : ..Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

LAVA JATO : Destruir o covil de ladrões …

SOS ANGOLA : Sobrevivência em risco …

ANGOLA : Nandó, Président de l’Assemblée Nationale (…et familiale ?), importera les 250 Lexus 4×4 ! , via son propre fils. (77 millions $)

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

Avec le caractère criminel du MPLA, impossible d’élaborer des stratégies pour résoudre les conflits et unir les Angolais

LAVA JATO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

ANGOLA : O “Cabritismo” internacional … é roubo …

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

(Tant que José Eduardo dos Santos restera Président de la République d’Angola), et même après son départ (le cas échéant), il bénéficiera de l’immunité de poursuites en vertu des articles 127 et 133 de la Constitution angolaise.

.. Kamulingue et Kassule, … militants des droits civiques assassinés … ensuite livrés aux crocodiles …
REVUS … les 15 + 2 …. certains ont été contaminés et empoisonnés en prison …   en agonie,.. avec des  maladies incurables … 

 

Cela soulève la question suivante : dans quelle mesure cette protection légale est-elle légitime ?

Ruffino, 2 balles dans la tête

Un président peut-il piller son pays en toute impunité ou existe-t-il des circonstances dans lesquelles un président en exercice ou un ancien président peut être traduit en justice ?

Depuis la création des Nations Unies en 1945, des juristes du droit international ont essayé de créer des instruments juridiques pour empêcher les dirigeants politiques de commettre des crimes pendant leur mandat.

.. Joao-Maria de Sousa,, Procureur Général de la République à l’ époque des faits …
.. des preuves suffisantes

À ce jour, l’instrument juridique le plus élaboré et le plus complet à cette fin est issu du Statut de Rome, qui a créé la Cour pénale internationale à La Haye.

La CPI a été créée pour poursuivre des personnes internationales pour des crimes internationaux tels que génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre …

Ce sont des crimes liés à la guerre et à la violence qui sont appelés criminellement «crimes contre la personne».

La CPI est destinée à compléter les systèmes judiciaires nationaux existants et ne peut donc exercer sa compétence que

lorsque certaines conditions sont remplies, par exemple lorsque les tribunaux nationaux refusent ou sont incapables de poursuivre les criminels

ou lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies ou des États individuels renvoient des enquêtes à la Cour.

 

 .. les tribunaux nationaux refusent ou sont incapables de poursuivre les criminels

 

Les crimes que José Eduardo dos Santos aurait commis pendant plus de trois décennies, que l’on pourrait appeler des «crimes contre le patrimoine», ne sont pas immédiatement identifiables dans la classification des crimes qui relèvent de la compétence de la CPI.

Manuel Vicente, ex- Vice-Président …

Des actes tels que le pillage des richesses naturelles de l’Angola, le blanchiment de l’argent dans le système financier international, la corruption nationale et internationale et d’autres situations analogues ne sont pas, à première vue, envisagés comme pouvant faire l’objet de poursuites devant la CPI.

Cependant, une analyse plus détaillée nous permet d’avancer cette hypothèse conformément à l’Article 7, Clause 1 (k) du Statut de Rome.

Cet article considère comme un crime « tout autre acte inhumain de caractère similaire, causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale ».

Joao-Maria de Sousa

L’article 7, 1 k) est ce que les juristes appellent une “règle résiduelle, qui indique que la liste des actes expressément mentionnés dans les articles précédents n’est pas exhaustive.

Ce caractère résiduel reflète l’idée qu’il n’est pas possible de créer une liste exhaustive des crimes.

Comme l’écrit Timothy LH McCormack dans La Cour pénale internationale permanente: Questions juridiques et politiques:

.. la liste est très longue

«La capacité de l’être humain à inventer de nouvelles formes d’atrocités est une source constante de gêne et de honte et il est essentiel que des dispositions existent pour faciliter la poursuite de telles actions. actuellement pas connu ou expérimenté. « 

Condamner les peuples d’un pays à la pauvreté, à une durée de vie réduite et à des taux de mortalité infantile toujours élevés, du fait qu’ils ont détourné

(ou permis de détourner) les ressources et la richesse du pays, est sans doute assimilé aux plus grandes atrocités qu’il est possible de commettre.

 

 .. profiter , saccager,..dilapider,.. exporter  les richesses des angolaises et des angolais … sans vergogne …

 

 

 

 

.. condamner les peuples d’un pays à la pauvreté, à une durée de vie réduite …

Un tel préjudice délibéré pour la santé physique et mentale de la nation constitue également une atrocité qui exige une punition adéquate.

À l’article 7, paragraphe 1 k), nous avons une règle qui permet d’inclure les situations pénales qui n’ont pas été spécifiquement définies dans les règles précédentes.

L’inclusion comprend deux éléments essentiels:

1) un acte qui cause de grandes souffrances ou des lésions graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale; et

2) un acte de caractère similaire (de nature ou de gravité) à tout autre acte visé à l’article 7, paragraphe 1.

 .. fifty / Fifty ?..

À cet égard, il conviendrait de préciser dès le départ que l’inclusion de «priver la population des ressources de son pays» en tant qu’acte pouvant être interprété comme «causer de grandes souffrances et des dommages graves à la santé physique ou mentale ou physique»

Les définitions des crimes de la CPI par la CPI, conformément à l’article 7 (1) (a) à (j), introduiraient une nouvelle catégorie dans la liste des crimes contre l’humanité.

Cependant, et en référence au principe de «nullum crimen sine lege» (pas de crime sans loi), toute définition ou catégorie supplémentaire de crime contre l’humanité peut être déclarée comme une violation en vertu du droit international et des droits de l’homme en vigueur.

Une telle décision peut être prise dans le cas concret devant le tribunal.

 .. une action pénale internationale.. poursuivre les dictateurs brutaux

Il peut donc exister des motifs juridiques d’engager une action pénale internationale contre le (ex) – président angolaissi suffisamment de preuves

peuvent être présentées pour inculper José Eduardo dos Santos des crimes contre l’humanité devant la CPI  ( Cour Pénale Internationale ). 

 

Bien que l’Angola n’ait pas adhéré au Statut de Rome établissant la CPI, le cas échéant, cela ne ferait que gêner le transfert du Président à La Haye,

mais cela n’empêcherait pas la CPI d’engager des poursuites.

Comme l’a montré le cas du général chilien Pinochet, le principe de la compétence universelle a outrepassé les lois d’amnistie locales et

constitue un mécanisme utile pour poursuivre les dictateurs brutaux au-delà de leurs frontières nationales.

Hilbert Ganga, jeune père de famille et militant des droits civiques,.. assassiné par soldats de la garde présidentielle ….

 

MakaAngola le 31 mars 2016

Rui Verde, analyste juridique

Traduction de l’ anglais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

ASSASSINS !

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

CABINDA : une Marche pour célébrer la Déclaration universelle des Droits de l’homme …

DICTATURE : Rafael Marques encore en vie ?.. Oui ??.. – Alors,..  l’Angola est une démocratie ?..

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

BARBARIE : João Dala est mort … il avait subi en 2016 une torture sadique … et brutale … 15 heures durant … par les enquêteurs du SIC…

JOAO DALA : Família acusa ministro do interior,.. de proteger assassinos …

Mourir de faim en Angola, Peut-on vraiment le croire ?…

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

ANGOLA : MOURIR À LA PORTE DE L’HÔPITAL, ET SANS AUCUNE ASSISTANCE…..EST CRIMINEL !

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

SIC-RÉPRESSION : João Lourenço a promu des tortionnaires…

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

JOÃO-LOURENÇO … ET LE PROTOCOLE DE MALABO … ALORS ??.

JOAO DALA : Família acusa ministro do interior,.. de proteger assassinos …

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LA SÉCHERESSE DANS LE SUD DE L’ANGOLA, A DÉJÀ PROVOQUE PLUS DE 10 MILLES (10.000) CAS DE DÉ-NUTRITION, PARMI LA POPULATION A CUNENE.

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

ANGOLA : LA LOI … DU PARDON &.. DU BLANCHIMENT… DES CAPITAUX A RAPATRIER…

ASSASSINS !

ANGOLA : La corruption « destitue et balaye… » les gouvernements,.. mais en Angola ?.. ils s’ éternisent …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

ANGOLA : La transigeance comme caractéristique politique… (… une trahison par faiblesse ?.. ou par intérêt ?.. )

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

 

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

Après plus de quatre décennies de silence officiel, les sales secrets de l’Angola sont balayés sous le tapis.

Des reportages officiels sanctionnant des cas spécifiques de corruption dans les hauts lieux se sont multipliés en quelques mois. Les personnes autrefois considérées comme intouchables sont sous enquête ou font déjà l’objet d’accusations criminelles.

José Filomeno dos Santos (Zenú) et son associé Jean-Claude Bastos de Morais ont été accusés d’avoir détourné 500 millions $$ de dollars américains du Fonds souverain angolais de 5 milliards de dollars américains. Le sort du reste du fonds reste à déterminer.

.  . Crimes présidentiels …

La sœur aînée de Zenú, Isabel dos Santos, aurait construit un empire commercial d’un milliard de dollars

basé sur le népotisme et les «prêts» d’argent public qui n’ont jamais été remboursés.

Les preuves qui émergent actuellement confirment la corruption endémique que Maka Angola a signalée depuis des années.

Il y a bien sûr un dénominateur commun dans les scandales impliquant Zenú, Isabel et tant d’autres: leur père, José Eduardo dos Santos, qui a quitté son poste de président de l’Angola l’année dernière.

« Qui d’autre aurait pu faciliter, organiser, autoriser ou autoriser une corruption politique aussi répandue que le  » capo di tutti capi « ?

Pourtant, chaque fois que le nom de l’ancien Président est mentionné à propos de ces crimes contre l’État, les Angolais haussent les épaules et disent que rien ne peut être fait parce qu’il a obtenu l’immunité de poursuites pendant au moins cinq ans.

 

Pas si …

Immunité de la procédure

La Constitution angolaise exclut expressément la corruption et les autres crimes graves de l’immunité générale accordée au Président.

L’article 127 sur la responsabilité pénale stipule:

« 1. Le Président de la République ne peut être tenu pour responsable des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions, sauf en cas de corruption, de trahison et des crimes définis dans la présente Constitution comme imprescriptibles et inéligibles à l’amnistie.

2. La condamnation doit entraîner la destitution et l’interdiction d’être candidat à un autre mandat.

3. Pour les crimes non commis pendant l’exercice de ses fonctions, le Président de la République doit répondre devant la Cour suprême cinq ans après la fin de son mandat. »

Les articles 1 et 3 de l’article 127 établissent une distinction claire entre les crimes commis dans l’exercice des fonctions présidentielles

et les crimes qui ne sont pas liés à ses fonctions officielles. Par conséquent, il existe des procédures distinctes (et un traitement de l’immunité) pour ces différentes circonstances.

 LA RÈGLE DES CINQ ANS

Tout d’abord, examinons l’article 3 et le délai de cinq ans, règle qui ne s’applique qu’aux crimes commis par le Président en dehors de ses fonctions officielles.

Prenons un exemple hypothétique: un beau dimanche matin, le président en exercice décide de profiter de son temps libre pour conduire son véhicule privé vers l’océan où il a l’intention de nager.

En chemin, alors qu’il conduisait à une vitesse excessive, il entre en collision avec un piéton tué. Ses actions peuvent donner lieu à des accusations d’homicide, de négligence criminelle ou de conduite dangereuse, qui n’ont rien à voir avec l’occupation du conducteur.

Si un crime a été commis, ce n’est pas dans l’exercice de ses fonctions présidentielles.

Dans ce cas, l’article 127, paragraphe 3, s’applique. C’est-à-dire que le président de la République ne peut être jugé que pour ces infractions cinq ans après la fin de son mandat et par la Cour suprême. Le moratoire de cinq ans ne s’applique que dans ce type de situation.

.. Crimes présidentiels …

CRIMES PRÉSIDENTIELS

Alors, que se passe-t-il si le président commet un crime alors qu’il s’acquitte de ses fonctions officielles ? Cela dépend du crime. Il jouit de l’immunité de poursuites pour tous les crimes moins graves. Seuls les crimes graves, tels qu’identifiés à l’article 127 (1) de la Constitution – tels que la corruption, la trahison et autres – sont exclus.

Les définitions juridiques de la corruption politique prennent généralement quatre formes:

1) Pots-de-vin et paiements – L’acte de donner (ou de solliciter) de l’argent, des biens ou des services en échange pour un traitement favorable.

2) Détournement de fonds – lorsqu’un fonctionnaire détourne des fonds appartenant à autrui  pour son propre bénéfice, par exemple l’utilisation sans scrupule et illégale de l’autorité politique à des fins personnelles, lorsque des fonds destinés à des projets publics sont intentionnellement mal acheminés afin de maximiser les avantages pour les intérêts illégalement privés des individus corrompus et de leurs copains.

3) Chantage et extorsion – Lorsqu’un fonctionnaire utilise son pouvoir et son influence pour menacer ou contraindre une autre personne à se comporter d’une certaine manière ou menace de révéler des informations embarrassantes ou incriminantes sur quelqu’un afin de contraindre cette personne à coopérer avec eux.

4) Traitement préférentiel – Lorsqu’un fonctionnaire laisse les nominations être influencées par facteurs inappropriés ou illégaux. Un type de traitement préférentiel est le népotisme: la pratique consistant à donner des rendez-vous aux membres de la famille, plutôt que de baser les nominations sur les qualifications réelles des personnes nommées.

Un autre type de traitement préférentiel, appelé patronage, se produit lorsqu’un fonctionnaire prend des rendez-vous en échange de votes, de gains ou d’autres avantages. Les crimes dont les enfants de Dos Santos sont accusés et dans lesquels l’ancien Président peut être impliqué par les éléments de preuve peuvent s’inscrire dans le cadre de l’article 127 (1).

.. Toutefois .. Dos Santos n’est plus le président en exercice,.. aucune amnistie ou prescription n’est appliquée

C’est-à-dire qu’elles relèvent des définitions de la corruption politique, l’un des crimes graves pour lesquels l’immunité est exclue, permettant ainsi l’ouverture d’une enquête et de poursuites pénales.

 

DANS OU HORS BUREAU

Instituer une procédure pénale contre un président en exercice est complexe. L’article 129 de la Constitution énonce les procédures à suivre par l’Assemblée nationale et la Cour suprême, qui pourraient aboutir à la destitution du Président.

Toutefois, Dos Santos n’est plus le président en exercice de l’Angola et, par conséquent, les crimes graves commis dans l’exercice de ses fonctions officielles ne sont plus soumis à l’article 129 de la Constitution. Il ne peut être destitué ni licencié de la présidence, et aucune amnistie ou prescription n’est appliquée.

En tant qu’ancien président, ses actions pendant son mandat sont régies par les articles 133, 135 et 150 de la Constitution angolaise. L’article 133, paragraphe 1, concernant les anciens présidents de la République, cède la place à l’article 135, paragraphe 3,

concernant les membres du Conseil de la République, qui nous renvoie à l’article 150, qui concerne l’immunité des ressortissants angolais membres de l’ assemblée ou parlement.

Cela a pour effet d’appliquer les règles d’immunité protégeant les membres du parlement aux anciens présidents.

L’article 150 (3) stipule comment cette immunité peut être levée :

.. statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité ?..

“3. Une fois que des poursuites pénales ont été engagées contre un député et qu’elles ont été accusées par acte d’accusation ou équivalent,

à moins qu’elles ne soient flagrantes en flagrant délit, une séance plénière de l’Assemblée nationale doit statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité. pour permettre la poursuite de l’affaire. « 

Cela signifie que si les autorités judiciaires estiment qu’il existe suffisamment de preuves matérielles pour justifier une enquête, elles peuvent ouvrir une affaire, mener une enquête et inculper tout député, même un ancien président, pour des accusations criminelles.

Ce n’est qu’à ce stade que l’Assemblée nationale est tenue de statuer sur la suspension de l’immunité et le renvoi à la Cour suprême, permettant ainsi à l’affaire d’être jugée.

On ne saurait trop insister sur le fait que le droit angolais, dans sa forme actuelle, n’empêche pas les autorités judiciaires d’enquêter ou de poursuivre un ancien président pour des crimes graves.

Par conséquent, s’il existe des preuves matérielles d’un comportement criminel grave de la part de José Eduardo dos Santos lorsqu’il exerçait les fonctions de président,

rien n’empêche les autorités judiciaires d’ordonner une enquête approfondie.

 .. Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption ?..

C’est en fait leur devoir.

Si l’enquête aboutit à des preuves suffisantes pour porter des accusations, alors les preuves et les actes d’accusation doivent être présentés à l’Assemblée nationale afin de décider (ou non) d’annuler l’immunité et de renvoyer l’affaire à la Cour suprême.

CONCLUSION

En résumé, les autorités judiciaires sont libres d’enquêter sur les actes d’anciens présidents dans l’exercice de leurs fonctions officielles et de tirer des conclusions sur le point de savoir si de tels actes pourraient être considérés comme des crimes graves au sens de la Constitution.

S’ils le concluent, ils doivent alors présenter un acte d’accusation et le présenter à l’Assemblée nationale pour décider de poursuivre ou non l’ancien président.

La règle des cinq ans ne s’applique pas aux actes accomplis dans l’exercice de fonctions présidentielles, mais uniquement à des actions privées.

.. des preuves suffisantes pour porter des accusations ?..

Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption et de la récupération des milliards $ volés, il convient que l’action de l’ancien président fasse l’objet d’une enquête.

Si cela devait aboutir à un acte d’accusation, il appartiendrait à l’Assemblée nationale de décider s’il y a lieu de lever l’immunité et de l’emmener en justice.

Ce serait une décision politique et ils évalueraient sans aucun doute leur jugement dans l’intérêt de la paix et de la réconciliation nationale, comme c’est leur droit souverain.

Quel que soit le résultat, au moins la nation apprendrait la vérité …

 .. Si l’Angola est sérieux …

Par : Paulo Zua

le 06 Août 2018

Traduction de l’anglais en français : jinga Davixa

 

Partager cet article

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

Le temps des adieux…camarade Président !

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

LAVA JATO : .. ” Tenho duvidas,.. que O presidente tera,.. coragem de exigir,.. O rapatriamento de capitais, a governantes “

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars et digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

ANGOLA : Paix et réconciliation nationale, 16 années plus tard,.. une kleptocratie dégoûtante… – par José Marcos Mavungo

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : « João Lourenço devra envoyer la moitié du MPLA en prison… pour réellement mettre fin à la corruption », a déclaré Rafael Marques.

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

KLEPTOCRATIE : Proposition d’ un nouveau Cadre Juridique, contre la Corruption en Angola … – par Rui Verde

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

KLEPTOCRATIE : Jean-Claude en passe de regagner la Suisse …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

ESCROQUERIE : .. ET DIRE QUE J.E.S ?.. N’EST TOUJOURS PAS INCULPÉ ?..

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : Ces « Messieurs », seraient déjà démis de leurs fonctions, et arrêtés ! (dans certains pays occidentaux… ) – II

NOTA FÚNEBRE PELA MORTE DO ACTIVISTA JOSÉ PATROCÍNIO …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

RUI VERDE : Banco Mais,.. Banco Postal e .. Muro de Lamentações …

SINDIKA DOKOLO : .. O… »Oligarq-ismo » .. « Colecionar-ismo »,.. e… e.. « Cabrit-ismo » ?..

LAVA JATO : E.U.A notificou Angola porque banco BIC realizou transações,.. há organização de Terrorismo …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

Gráficas sabotam jornais críticos do governo angolano, diz propietário do Hora H …

CORRUPCÃO : ..Vamos à manifestacao no largo da independencia sabado dia 6 de julho 2019 …

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

La province de Cunene disposera dans le budget général de l’État (OGE) de 2020 d’une ligne spécifique comprenant des ressources pour faire face aux problèmes de sécheresse et de famine qui ont affecté des milliers de personnes et d’animaux depuis octobre 2018 dans la région. La faim

Mais si João Lourenço dit qu’il n’y a pas de faim en Angola, des deux ans: soit Cunene n’est pas l’Angola, soit le président est un menteur.

Les informations ont été soumises à l’ANGOP par le gouverneur de Cunene, Virgílio Tyova, expliquant que l’entrée de ce point avait déjà été autorisée par le président de la République, João Loureço, à couvrir exclusivement les programmes émergents pour lutter contre les deux situations.

« Au lieu de déclarer une catastrophe naturelle à Cunene, sachant que cela se produit chaque année, le chef de l’Etat a autorisé le prochain budget à prévoir des fonds pour deux programmes d’urgence permanents d’une durée de trois à quatre ans. « Dit Virgilio Tyova.

Selon Virgílio Tyova, le programme d’urgence contre la sécheresse succèdera aux actions d’urgence en cours pour atténuer les effets de ce phénomène, qui a touché directement 857 443 personnes, 171 488 familles, 907 572 bovins et 436 localités.

Depuis octobre dernier, 19 539 animaux, y compris des bovins, des chèvres et des porcs, sont morts à Cunene, raison pour laquelle le gouverneur de la province a applaudi à cette mesure du président de la République, soulignant qu’il était temps de mettre fin aux souffrances des habitants. endroits.

« L’année prochaine, nous aurons le même problème afin de ne plus pouvoir participer aux courses, sachant que nous aurons le même niveau de sécheresse et de faim. Le montant acheminé par ces deux programmes sera essentiellement destiné à fournir de la nourriture dans une banque alimentaire « , a ajouté Virgílio Tyova.

Avec cela, a déclaré Virgílio Tyova, vous pourrez acheter du maïs, du massambala, du massango et du poisson séché, qui sont à la base du régime alimentaire de la plupart des populations vivant dans les zones rurales, ce qui permet de répondre immédiatement à leurs besoins.

À l’époque, le gouverneur de la province de Cunene a précisé que la ligne autorisée par le Président de la République n’avait rien à voir avec les 200 millions de $$ dollars autorisés en avril pour la construction de trois barrages d’eau, de canaux d’eau respectifs et de 89 chimpanzés, aller à la sécheresse.

« Les points d’eau peuvent mal fonctionner et les camions peuvent s’agripper, nous devons donc faire un peu de gestion. Et pour cela, nous devons disposer des ressources nécessaires pour gérer le matériel et les moyens de captage, de transport et de distribution de l’eau pendant au moins trois ans « , a déclaré Virgílio Tyova.

Depuis que Cunene est confrontée à la sécheresse et aux inondations depuis l’indépendance, c’est la première fois que l’exécutif angolais autorise et / ou met à disposition des valeurs pour la réalisation de projets et d’actions visant à lutter contre ce phénomène dans la province.

Il est rappelé que le président de la République, João Lourenço, a menti lorsque, dans l’entretien avec RTP à l’occasion de la visite de Marcelo Rebelo de Sousa,

il avait déclaré qu’il n’y avait pas de faim en Angola, affirmant qu’il n’y avait qu’un très légère malnutrition. Et avec lui se trouvaient également le président du MPLA, João Lourenço, et le chef du pouvoir exécutif, João Lourenço.

 

      ..après un déjeuner frugal

João Lourenço a probablement faire ces déclarations après un déjeuner frugal et simple, comme des truffes noires, des crabes géants, de l’agneau rôti aux champignons, des bulbes de lys d’hiver, un suprême de poulet à la mousse de betterave et des fromages accompagnés de miel amandes caramélisées et plusieurs bouteilles de Château-Grillet 2005.

Il est entendu (c’est-à-dire!) Que ceux qui ont démenti cela (et d’autres) sont solidaires de nos 20 millions de pauvres qui, à leur tour, sombrent dans la famine et meurent pour rêver d’un repas.

En 2018, les données gouvernementales elles-mêmes montraient que le taux de malnutrition chronique en Angola était de 38%, la moitié des provinces du pays étant « extrêmement sous-alimentée » et Bié, à 51%.

Les provinces de Bié (51%), Cuanza Sul (49%), Cuanza Norte (45%) et Huambo (44%) ont été désignées à l’époque par la directrice du Programme national de nutrition, Maria Futi Tati, comme celles ayant le plus malnutrition.

« Environ neuf provinces souffrent de malnutrition extrême, sept provinces à forte prévalence et deux provinces à prévalence moyenne », a déclaré Maria Futi Tati en juin 2018.

À son tour, un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquait qu’en Angola, 23,9% de la population était affamée.

En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture« .

Avez-vous remarqué le président João Lourenço ? 6,9 millions ?

Parler aujourd’hui de la faim en Angola, c’est propager un mensonge auquel seul l’ancien roi martelé a contribué mais qui, comme le garantit João Lourenço, fait déjà partie « de l’histoire ». Voyons voir. Le 12 septembre 2018, le ministre angolais de l’Agriculture et des Forêts, Marcos Alexandre Nhunga, a déclaré que le pays comptait « une population considérable qui ne souffre pas de la faim en tant que telle », mais qu’il « se trouvait dans une situation difficile ».

En tant que ministre de João Lourenço, Marcos Alexandre Nhunga, vous avez certainement raison. Malgré tout … « Ne pas avoir faim en tant que tel » ? Mourir de faim ou pas, disons-nous.

Cette « faim en tant que telle » n’existe pas. Le ministre voulait-il dire qu’il a faim les lundis, mercredis et vendredis et qu’il mange n’importe quoi les mardis, jeudis et samedis ? Et que « comme tel«  les dimanches à jeun ?

Marcos Nhunga s’est confié à des journalistes après avoir été interrogé par l’agence Lusa sur le rapport sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle préparé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui indique qu’en Angola, 23,9% de la population a faim . Viens. Pas « la faim en tant que telle ».

« C’est une réalité, mais nous n’avons pas cette réalité. La FAO publie ses données et nous ne voulons pas commenter. Mais la FAO, quand elle publie, dispose de données basées sur une enquête mondiale « , a déclaré le responsable. Et qu’est-ce qu’une enquête mondiale, en tant que telle, affecte les données de chaque pays ?

Nous répétons et répétons à chaque fois. En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’Angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture ».

Marcos Nhunga a fait valoir que la conclusion est différente de ce qui peut sembler … « en tant que tel ».

« [L’Angola] a encore une population considérable, que je ne dis pas mourir de faim en tant que telle mais dans une situation difficile.

C’est précisément pour cette raison que le gouvernement veut s’améliorer et intervient dans les zones rurales dans le cadre de l’activité productive, afin de résoudre les problèmes liés à la faim et à la pauvreté « , a déclaré le ministre.

Partagez cet article

 

le 3 mai 2019

Traduction du portugais en français : jinga Davixa –

E_mail : contact@franceangola.com – 

ANGOLA : Nandó, Président de l’Assemblée Nationale (…et familiale ?), importera les 250 Lexus 4×4 ! , via son propre fils. (77 millions $)

Angola: Un « fossé énorme » entre gouvernants et gouvernés

http://sosdictature.com/justice-comment-rapatrier-les-millions-et-les-millions-d-estoril-au-portugal

100% “CABRITISMO” ? : O terreno de TCHIZÉ no talatona,.. Fraude ou Favoritismo …

CABRITO-BIC : Chama-se Fernando Telles… apropriou-se de forma ilegal, uma fazenda de 6. 000 hectares,.. pertencente à família do Soba Silva Quinta Vunge …

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

ANGOLA : L’escapade présidentielle,.. le FRIC.. c’est CHIC !..

PRÉSIDENT : Nous, peuple angolais… sommes malheureux,.. très malheureux !..

 

 

LETTRE OUVERTE : ..( et publique ) au Président João Lourenço – William Tonet

Rappelant (pour ainsi dire) les méthodes de José Eduardo dos Santos pendant 38 ans, les serviteurs « anonymes » de João Lourenço (probablement issus du gouvernement précédent et d’autres que le président ne connaît même pas) ont une nouvelle fois mis la main à la pâte.

Ils n’aimaient pas le texte « Société civile, Joao Lourenco et Nous » et, comme les sepoys de jadis, passèrent aux menaces, aux accusations.

Par : Orlando Castro

Par la forme, mais aussi par le contenu et l’écriture, on perçoit qu’il s’agit de personnes évoluées et qui gravitent autour de qui a le Pouvoir, telles que la forme canine car elles s’arrogent le devoir de défendre qui, en fait, n’a pas besoin d’être défendu par ce genre de personnes – João Lourenço.

Dans une stratégie concertée, toutes les menaces avaient une question commune: « Qui pense William Tonet ?« 

Bien. Au lieu de répondre aux prêtres des paroisses du quartier, nous allons directement à « Dieu », en évitant les intermédiaires. Alors permettez-moi s’il vous plaît.

Le président de la République, João Lourenço, je vous rappelle brièvement qui est William Tonet.

Si, au bout du compte, vous estimez qu’il est bon de faire de la pédagogie et de transmettre les informations à vos conseillers, ils vous diront que, mentant, ne lisez pas Folha 8, n’hésitez pas.

En 1965, au Congo-Brazzaville, à la base du Mouvement, sous la direction d’Agostinho Neto, l’ancien vice-président du MPLA, Matias Miguéis, a été enterré vivant, après avoir laissé sa tête à l’extérieur pendant 2 jours pour recevoir toutes sortes d’humiliations, jusqu’à succomber.

Ne serait-il pas important que le président du MPLA, João Lourenco, nous dise s’il sait, s’il a une idée ou s’il ne veut pas savoir, combien d’enfants soldats et de guérillas ont été témoins de cette barbarie ?

    ..accusés de sorcellerie ?..

En 1966, le commandant paganini et 6 autres personnes qui se sacrifiaient pour l’auto-sacrifice étaient accusés de sorcellerie et de tentative de coup d’État contre la direction d’Agostinho Neto à Brazzaville.

Est-il courageux de balayer ces faits sous le tapis ?

Les archives PIDE, basées à Torre do Tombo à Lisbonne, ont été fondées par Guilherme Tonet en 1960, le FPLA (Front de libération populaire de l’Angola), responsable du maintien des noyaux de la guérilla à Luanda après le soulèvement du 4 de février 1961 et qui était toujours le créateur d’une région militaire, dans la zone de Dembo et Piri, qui deviendrait plus tard la 1ère région politique militaire du MPLA. Guilherme Tonet est parti pour l’humus libertaire avec son fils aîné (William Tonet), alors âgé de 3 ans.

La carte de pionnier n ° 485 atteste que William Tonet est originaire de la 1re région politico-militaire du MPLA. Dans les bois, les enfants ne jouaient pas avec le bouc aveugle, ils étaient des « guerrilheiros-mirins », servant d’antennes et de porteurs de la guérilla. 

Dans le but d’ouvrir un autre front, sur le plateau central, en 1968, le groupe de guérilleros fut arrêté, notamment Guilherme Tonet, qui devait être exilé à la prison de São Nicolau. C’est dans ces groupes que William Tonet a rencontré, étudié et vécu avec l’actuel vice-président de la République, Bornito de Sousa.

Pour tout cela, la présomption présomptueuse (passive ou active) de monopole de la vérité de nombreux hauts dirigeants du MPLA arrogants pour commettre, en toute impunité, le crime de diffamation et de violation primaire de la vérité lorsqu’ils disent:

« Le citoyen William Tonet n’a jamais appartenu à la guérilla dirigée par le MPLA pendant la période de lutte pour l’indépendance nationale de l’Angola, pas plus qu’il n’a intégré de structure gouvernementale ou de force ayant participé directement à la lutte pour la préservation de l’indépendance ou la défense de l’intégrité. de la patrie « 

Vous souvenez-vous des anciens dirigeants et du président actuel du MPLA de tous les membres qui siégeaient au comité de rédaction du congrès de Lusaka en 1974 ?

William Tonet s’en souvient. Qui ment ?

Le président du MPLA connaîtra-t-il les noms des guérilleros venus en 1975 à bord du premier bateau de ciment en provenance de Cabinda ?  Le MPLA doit déterminer s’il avait ou non dans ses rangs des enfants soldats avant et après l’indépendance.

Ceci pour évaluer qui ment

En 1975, à Luanda, William Tonet faisait partie du groupe de contre-espionnage qui avait « envahi » l’hôpital universitaire de Luanda (aujourd’hui Américo Boavida)

et avait ensuite enlevé des enfants, cœurs, foies et autres organes humains d’étudier, aux étudiants en médecine, de les placer dans les Maisons du peuple de la FNLA, en les accusant de cannibalisme et de manger des gens. Thèse vengée qui dure plusieurs années.  Le MPLA a-t-il déjà présenté  ses excuses !.. aux angolais et au FNLA pour ce mensonge ?

Tonet  s’est pénalisé, mais Holden Roberto était en vie et dirigeait le FNLA. Ngola Kabangu et d’autres peuvent confirmer.

Toujours à Luanda, dans le quartier de Vila Alice, dans le cadre des activités des « comités Ginga » de 1975, avant la proclamation de notre indépendance, sous la coordination du nationaliste Guilherme Tonet, qui a organisé et dispensé des cours de formation à des militants pro-MPLA,

Pour souligner le parcours des observateurs politico-militaires, un certain nombre de jeunes ont participé et ont ensuite développé des actions visant à mettre en valeur la construction de la patrie angolaise.

L’espace réservé à ces cours se trouvait dans la résidence de Guilherme Tonet, soutenu par son fils aîné, William Tonet, dont la mission principale était de produire, imprimer et distribuer le matériel servant aux stagiaires.

Voici quelques noms de participants aux activités de formation menées par Tonet : Ana Dias Lourenço, Luís Carneiro « Luisinho », Evelize Fresta, Mariana Afonso Paulo, Ana Maria de Sousa Santos « Nani », Pedro de Almeida, Fernanda Dias, Artur Nunes, Sara Bernardete Barradas, Maria da Conceição Guimarães.

Ce sont quelques-uns des noms des nombreux jeunes qui ont reçu une formation politique pour le MPLA au cours de la période qui a précédé la proclamation de l’indépendance nationale et qui ont intégré les multiples comités d’autodéfense (branche armée embryonnaire du MPLA dans la ville de Luanda) sous la tutelle des « comités Ginga » dispersés dans les quartiers comme 

Sambizanga, Prenda, Golfe, Cazenga, Marçal, Rangel, Bairro Popular, l’île de Luanda, Ingombota, etc …

William Tonet était l’un des commandants qui ont conduit les pionniers de Luanda à Largo, le 1er mai, pour servir de port de pavillon dans la nuit du 11 novembre 1975, date de la proclamation de l’indépendance. L’un de ces pionniers, parmi d’autres, était Toninho Van-Dúnem, ancien secrétaire du Conseil des ministres.

En 1976, il était l’un des membres de l’état-major des communications de la 9e brigade de la FAPLA et avait été placé, sous la direction du comité exécutif du MPLA, dans le bureau du commandant Nito Alves, pour les mineurs et les adolescents. mobilisation à Luanda.

Participation aux différentes réunions préparatoires et électives des membres des comités populaires de voisinage. Il était l’auteur, dans la campagne de diabolisation de l’adversaire politique, plus craintif de la hauteur, de l’expression, qui allait être musicalisé: « Holden est comme un caméléon ! »  « C’est un laquais de l’impérialisme international » lors d’un des rassemblements dans la campagne de São Paulo, à Luanda !

ANGOLA : LUNDA-NORTE EST EN DEUIL,.. LE RÉGIME CONTINUE D’ ASSASSINER …

Un membre du MPLA peut-il nier cela ?

En 1977, le 27 mai, Carlos Jorge, alias Cajó, accusé de fractionnement en compagnie de son père, Guilherme Tonet, et de deux autres oncles, ont été arrêté sans faute. enterrés vivants.

William Tonet est enregistré sous le numéro 5369/86, en tant que vieux combattant, publié à l’époque du parti unique, où la rigueur de l’inclination communiste était plus accentuée. Le processus a été constitué et repose dans les archives du secrétaire d’État aux anciens combattants de l’époque, et a été publié le 28 août 1986, Année de la défense de la révolution populaire.

Dans les années 80, il était délégué de la TPA (télévision populaire angolaise) à Benguela. Il a également travaillé au niveau de la JMPLA avec la députée MPLA Angela Bragança et l’actuel président de la Cour suprême, Rui Ferreira.

En sa qualité d’officier des communications, spécialiste des carrefours militaires, il a été invité, au nom du gouvernement et en sa qualité, à collaborer à plusieurs reprises avec les généraux Kundy Pahiama, Fernando da Piedade Dias dos Santos « Nando » et Fernando Garcia Miala, puis chef de la maison militaire de la présidence de la République.

Toujours à titre d’officier et d’état-major des communications militaires, sa spécialité a été exercée entre les années 1980 et 1990 dans de nombreuses opérations militaires majeures de la FAPLA dans le sud, le nord, l’est et le sud. intersection avec les généraux, Ngueto, Caraira, João de Matos, Armando da Cruz Neto, Jorge Sukissa, entre autres. Dans ces conditions, avec la connaissance du général João de Matos, il a été empêché par le commandement militaire du commandant en chef, José Eduardo dos Santos, de quitter le front central.

Le 19 mai 1991, après 4 jours de négociations directes entre William Tonet et les dirigeants du MPLA et de l’UNITA, respectivement José Eduardo dos Santos et Jonas Malheiro Savimbi, le premier accord de paix fut signé à Alto Cauango, Luena-Moxico. d’Angola, mettant fin à une guerre de 57 jours entre les troupes militaires des FAPLA / MPLA et des FALA / UNITA. 

Higino Carneiro, Nelumba Sanjar, Chilingutila, Mackenzie, entre autres, étaient des abonnés ou des témoins oculaires.

De temps en temps, on prend la hauteur du soleil pour que la route ne s’égare pas sur la surface changeante des faits et des circonstances, dans une mer haute sans références ni horizon.

Toujours aujourd’hui, « l’Angola erre dans un monde transformé et indiscipliné, sans horizon » ni points de référence angolais.


 le 05 Décembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – E_mail : contact@franceangola.com – (vérifications en cours)

Partagez cet article

 

ANGOLA : la Société civile,.. João Lourenço et Nous…

http://franceangola.com/angola-perquisition-au-siege-du-seul-journal-prive-dangola-folha-8-le-directeur-de-lhebdomadaire-angolais-folha-8-victime-dune-perquisition-ce-12-mars-2012-william-tonet

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

UNITA : MERCI PRÉSIDENT. ADIEU L’AMI BEN-BEN

ANGOLA : João Lourenço garantit un dialogue ouvert et permanent avec l’opposition

ANGOLA : La transigeance comme caractéristique politique… (… une trahison par faiblesse ?.. ou par intérêt ?.. )

FAA : Fortes tensions au sein des Forces Armées Angolaises – Rafael Marques de Morais

ANGOLA : MANDELA ET DOS SANTOS, LE GÉANT ET … LE NAIN (LE PYGMÉE)…

ANGOLA : UN PAYS DE KANGAMBA’S !..

José Eduardo dos Santos : du Socialiste Soviétique au Capitaliste Sauvage.

UN « NELSON MANDELA » ?….MANQUE A L’ ANGOLA…..

MANUEL VICENTE : O “Cabritismo” … a tudo vapor ?..

CABRITO-HIGINO : O … “higiênio” do “cabritismo”… afinal ?..

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

José Eduardo dos Santos n’a jamais voulu d’une Angola, pour les angolais…

ANGOLA : L’esclavage (du peuple) enrichit le MPLA.

UNITA : 52 ans d’existence,.. 52 ans d’expérience … au service de la LIBERTÉ !.. – par : Paulo Lukamba Gato

Contact

 

ANGOLA : Employés du Ministère des affaires étrangères et,.. logés au RITZ – hôtel de luxe à Lisbonne…

Lisbonne – est le samedi (17/11/2018) dans la capitale portugaise, un groupe avance dirigé par le ministre des Affaires étrangères de l’AngolaManuel Augusto, destiné à suivre les préparatifs de la visite d’Etat du Président de la République réalise entre 22 et 24 novembre 2018.

Source: Club-k.net

Le Chef de l’ Etat en visite au Portugal cette semaine

                     RITZ-LISBON : …   … PRESIDENTIAL SUITE LIVING ROOM …

Selon des informations de base, le Club-K a eu accès, la caravane est logée à l’hôtel de luxe Ritz Lisbonne, où dans le passé a également salué l’ ex– Président José Eduardo dos Santos, et son « vice » Manuel Vicente connu pour y avoir une pièce captive. 

Il fait partie du groupe avance, les cadres supérieurs du Ministère des affaires Etrangàres et aussi la présidence en mettant l’accent sur Luis Fernando, secrétaire des affaires Communication institutionnelle et presse qui a utilisé l’occasion pour la présentation de son livre « Nouvelles du Palais » dans le musée bière, dans la place du Commerce, Lisbonne.

    …la maîtrise des coûts

Avec João Lourenço, ils arrivent dans les prochains jours, son entourage dont le voyage est coordonné par une exploitation de sa sécurité, le colonel Bernardo Sebastian qui, à son tour, répond à un commandant supérieur, José João de l’Unité de sécurité présidentielle (USP) également partie de la délégation.

En mai 2017, João Lourenço en sa qualité de candidat aux élections par le MPLA et le ministre de la Défense nationale est allé à Lisbonne avait séjourné dans le même hôtel.

A l’époque, même depuis Luanda, dès qu’on lui avait présenté son plan de Voyage, il l’ avait refusé en supprimant le « point » de la suite présidentielle pour la maîtrise des coûts présumé et orienté son remplacement par une suite normale au même hôtel.

                                      RITZ-LISBON : … PRESIDENTIAL SUITE DINING ROOM …

La suite présidentielle que l’ambassade d’Angola à Lisbonne avait réservée pour elle-même a coûté 15.000 dollars $$ américains par jour.

 Il n’ y a pas d’information à ce jour disant que le chef de l’Etat acceptera de rester dans la suite présidentielle qu’il a dans le passé rejeté ou choisira t il à nouveau une suite « normale « 

Club-k – le 18 novembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

VIDEO …VIDEO … VIDEO …VIDEO …VIDEO …VIDEO…VIDEO … VIDEO… VIDEO …VIDEO …

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

PRÉSIDENT : Nous, peuple angolais… sommes malheureux,.. très malheureux !..

LE « GASPILLEUR ».. DES MILLIARDS.$$.. DES PAUVRES ANGOLAIS,.. S’ ENVOLE POUR LE PARLEMENT EUROPÉEN…A STRASBOURG…

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE : DOS SANTOS VERSUS LOURENÇO…

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

ANGOLA : UNE GUERRE AU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS ??? ALORS ?? OUI, NON, UN JOUR …PEUT-ÊTRE …!

ANGOLA : L’escapade présidentielle,.. le FRIC.. c’est CHIC !..

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE : DOS SANTOS VERSUS LOURENÇO…

LUNDA NORTE : Cafunfo en État de Siège,.. des Manifestants sous le Feu de l’ Armée,.. et de la POLICE …

BASTOS-PAPERS : une prison  » RITZ-HOTEL » … pour Jean-Claude Bastos de Morais …

SANTE : 3 À 5 enfants meurent tous les jours, à l’hôpital pédiatrique, David Bernardino à Luanda…

MIREX : Ministère des affaires étrangères, de graves irrégularités,.. ma vie est en danger… – A. Lima Viegas

CARTA ABERTA : Ladrão não pode ser Patrão … ( E.. Patrão ?.. um “CABRITO” .?…)

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE : Dos Santos versus Lourenço…

      ..une déclaration militaire ?..

Dans une ancienne république bananière, le moment était venu pour José Eduardo dos Santos (JES) de tirer des chars et des canons de la caserne et d’emmener João Lourenço avec une déclaration militaire, pendant que le général se retrouvait pris au piège dans le ventre de l’avion qui le transportait Portugal.

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

JES n’a pas de troupes ou n’a pas le souffle pour la sortir de la caserne, alors il a choisi de faire une conférence de presse apparemment amusante dans laquelle il s’est défendu en attaquant publiquement pour la première fois João Lourenço.

La vérité est que la conférence de presse de JES laisse 2 traces fondamentales: il s’agit de la première invective largement diffusée de l’ancien président contre le nouveau; attaque le point faible de Lourenço, où les plus grandes difficultés se font sentir et où l’équipe de Lourenço révèle une incompétence extrême et un manque de vision: l’économie.

JES a commencé par expliquer qu’en quittant le pouvoir, le Trésor angolais ne manquait pas d’argent, et il en a donné plusieurs explications. 

Premièrement, le déficit public était financé par des obligations de trésorerie achetées par des banques commerciales.

Cela signifie que le gouvernement a publié un document par lequel les banques lui ont prêté de l’argent en intérêts.

Et cela, bien sûr, il suffirait de continuer cette pratique pour continuer à avoir de l’argent.

Si tel était le cas, nous aurions un problème très sérieux dans la relation entre les finances publiques et la solvabilité des banques angolaises, qui mérite une étude plus approfondie.

Deuxièmement, a déclaré JES, il existait des réserves de la Banque nationale d’Angola (BNA), qui apporteraient 15 milliards de dollars. Il reste à savoir combien de ces millions de personnes ont été «hébergées» dans des poches privées juste avant le départ de l’ancien président.

Enfin, Dos Santos a expliqué que les recettes du budget de l’État (OGE) permettaient toujours de remplir les caisses et que Lourenço ne l’avait pas fait, car cela retardait l’approbation du budget. Ici, on dira toujours que les revenus ne remplissent les coffres de l’État que si les dépenses ne sont pas plus élevées.

Par la suite, JES s’est consacré à illustrer l’évolution de l’économie à la fin de son mandat et à mettre clairement en contraste les problèmes qu’elle connait à l’époque de Lourenço.

   ..le panier de la ménagère ?..

JES a souligné que, malgré la réduction du prix du pétrole brut à 38 dollars, il maintenait toujours l’économie sous contrôle et ne dévaluait pas la monnaie (une blague sur la dévaluation prononcée et peut-être désastreuse de Massano, gouverneur de la BNA);

payer en temps et en heures la fonction publique, y compris le 13ème mois, maintenir le pouvoir d’achat grâce à l’indexation progressive des salaires inflationnistes, garantir le panier de la ménagère et réduire l’inflation en six mois.

Il a conclu en soulignant qu’il existait à son époque une relative stabilité de l’économie nationale.

Ce n’est pas le moment de démanteler les déclarations JES.

Il est temps de dire ce qu’elles veulent dire.

Et elles signifient 2 choses:

Dos Santos appelle João Lourenço un menteur et un incompétent.

-*1 Menteur pour avoir dit avoir trouvé les coffres vides quand ils étaient suffisamment inscrits.

 ..la rébellion des zungueiras ?..

-*2 Incompétent parce qu’il a hérité d’une économie stabilisée et contrôlée, mais maintenant la laisse incontrôlée et déstabilisée.

En ce moment, c’est dans l’échec économique de João Lourenço que JES parie.

Les problèmes économiques entraîneront le mécontentement populaire qui chassera João Lourenço.

Selon les anti-Lourencistes, les chars ne sont plus nécessaires pour le supprimer: la rébellion des zungueiras, des marchands, des fonctionnaires et des personnes touchées par la crise économique, suffit.

Le duel entre les nouveaux et les anciens présidents a commencé, et son centre est l’économie et les finances.

21 novembre 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

JUSTICE : Comment rapatrier les $ millions,.. et les millions $$ d’ Estoril .. au Portugal ?..

JES : Le parrain de la corruption,.. doit lui aussi, être entendu par la justice…

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

KLEPTOCRATIE : Proposition d’ un nouveau Cadre Juridique, contre la Corruption en Angola … – par Rui Verde

CABRITO-FUNDO : O Juiz Presidente Rui Ferreira e a conspiracão ?.. do … “Cabritismo” ?..

BNA : …GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

LUNDA NORTE : Cafunfo en État de Siège,.. les Manifestants sous le Feu de l’ Armée,.. et de la POLICE …

CARNEIRO-rismo : Bispos católicos exortam a que a política não seja “via indigna” de enriquecimento…

ZIMBABWE : Le gouvernement publie la liste de ceux qui ont refusé de rapatrier le capital…