JET SET : Comment Sindika Dokolo a racheté une société de diamants via montages off-shores …

C’est un  joaillier suisse, appartenant au Congolais Sindika Dokolo qui est au centre d’un nouveau tournant à Luanda.

La Société publique angolaise de commercialisation des diamants (Sodiam) a annoncé vendredi son retrait du capital du bijoutier suisse de Grisogono, dont l’actionnaire n’est autre que Sindika Dokolo, homme d’affaires et activiste et mari d’Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais.

Selon le journal suisse Le Temps, la société fondée par le jet-setteur Fawaz Gruosia été rachetée via un montage offshore par l’homme d’affaires Sindika Dokolo

Cette opération a coûté pas moins de  100 millions $$ de dollars américains, faisant de la petite PME une étoile montante dans le marché mondial de diamants.

Rachetée par Dokolo via montage offshore

Août 2014, le magazine Forbes explique, dans un article (à lire ici), que des documents récemment dévoilés montrent qu’une société fictive appelée Victoria Holding Ltd. a acquis 75% de Grisogono en 2012 pour plus de 100 millions $$ de dollars par le biais d’une filiale.

Les documents montrent que la propriété de Victoria Holding Ltd. est également partagée entre la société de diamants angolaise, Sodiam, et une société néerlandaise, Melbourne Investments. Le mari d’Isabel Dos Santos, l’homme d’affaires congolais Sindika Dokolo, est considéré comme le seul véritable propriétaire de Melbourne Investments, affirment nos confrères américains.

Sodiam, en tant qu’entreprise publique (son conseil d’administration, son président et son PDG sont tous nommés par le président José Eduardo dos Santos), est tenue de divulguer publiquement toutes ses entreprises nationales et étrangères, mais jusqu’à présent, son partenariat avec Dokolo est tenu secret.

Manque de transparence

A l’époque, Sindika Dokolo affirme à la presse portugaise quel’investissement mentionné … est logique d’un point de vue stratégique … Tout dollar entrant en Suisse ou en Europe fait l’objet d’un processus de vérification exhaustif“.

Néanmoins, Rafael Marques de Morais, journaliste d’investigation en Angola et qui dirige le site internet MakaAngola, affirme qu’il y a manque de transparence.

Le partenariat prouvé entre Isabel dos Santos, Sindika Dokolo et Sodiam équivaut à un cas flagrant de conflit d’intérêts, de corruption et de népotisme de la part du Président de la République”, explique-t-il sur son site internet.

Pour lui, c’est le président de la République (Eduardo Dos Santos, beau-père de Sindika Dokolo, Ndlr) qui nomme et peut révoquer le bureau et le président de Sodiam, à sa convenance.

 En outre, l’entreprise peut faire des investissements et former des partenariats uniquement en conformité avec les politiques et les stratégies définies par le chef de l’exécutif, à savoir José Eduardo dos Santos.

En tant qu’entreprise publique, Sodiam doit publier ses comptes chaque année, tout comme Sonangol, mais en réalité, elle ne l’a jamais fait. Il en va de même pour Endiama, le concessionnaire national de diamants, qui détient 99% de Sodiam, fait-il remarquer.

Pendant ce temps, Grisogono a réalisé un coup de maître en juillet 2016 en s’adjugeant le «404» : le plus gros diamant jamais découvert en Angola, se mettant ainsi à rêver de conquérir le monde.

Dans le collimateur de Lourenço

Un an après, et alors que Sindika Dokolo est activement engagé dans le mouvement citoyen pour l’avènement de la démocratie en République démocratique du Congo – son pays d’origine – sa société Grisogono est visée par le nouveau président, qui entreprend d’assainir la cour, surtout contre les intérêts du clan Dos Santos.

Selon l’AFP, Joao Lourenço a récemment nommé un nouveau président à la tête de la Sodiam, Eugene Bravo da Rosa, en remplacement de Beatriz Jacinto de Sousa, qui avait été nommée plus tôt cette année par José Eduardo dos Santos.

Dans un communiqué, la Sodiam, qui annonce son retrait de Grisogono, explique que “pour des raisons d’intérêt public et de légalitéson conseil d’administration a adopté (…) un ensemble de délibérations en vue de son départ de la société maltaise Victoria Holding Limited”, dans laquelle elle détient une “participation minoritaire.

Par ailleurs, depuis qu’il a pris les rênes de l’Angola en septembre, Joao Lourenço a commencé à démanteler pièce par pièce l’empire politico-financier bâti pendant le long règne de son prédécesseur et mentor José Eduardo dos Santos.

Emblème ou caricature du régime familial instauré par Jose Eduardo dos Santos, sa fille Isabel, classée femme la plus riche d’Afrique par le magazine américain Forbes, est tombée la première.

Politico.cd – congo-rdc.niooz.fr –  2 décembre2017

Partager cet article

Mise en forme : jinga Davixa

 

Contact

SONANGOL : a Belinha ?.. come,..come,.. tudo,.. onde ela é amarrada !.. – “cabritta”

LAVA JATO : Banco Inglês ameaça encerrar contas de Tchizé …

LAVA-JATO EM ANGOLA …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

LAVA JATO : Isabel dos Santos « controla, através de um testa de ferro,.. a Global Media ».. – Ana Gomes –

LAVA JATO : Destruir o covil de ladrões …

ISABEL DOS SANTOS & SINDIKA : Diamonds for ever ?..

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

O “Cabritismo” $$ … ate… nas artes ?.. $$…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

José Eduardo dos Santos n’a jamais voulu d’une Angola, pour les angolais…

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessoal …

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

José Eduardo dos Santos n’a jamais voulu d’une Angola, pour les angolais…

CORRUPTION : La province de BIE possède les dirigeants,.. et les chefs,.. les plus corrompus de l’ Angola…

ANGOLA : O “Cabritismo” internacional … é roubo …

KLEPTO-MANIA : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

LAVA JATO : .. um fardo chamado,.. JOAO-MARIA de SOUSA …

Contact

MAKUTA NKONDO : .. diz que Adalberto Costa Júnior é um dirigente cheio de blá blá blá,.. censurada na Rádio Despertar…

LAVA JATO : Destruir o covil de ladrões …

LAVA JATO : Banco Inglês ameaça encerrar contas de Tchizé …

Ils nous volent tout ce qu’ils peuvent,… ne laissent rien, rien et rien !…

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

DROITS DE L’HOMME : .. un fardeau qui s’appelle,.. JOAO-MARIA de SOUSA …

L’ancien procureur général de la République ne veut pas être enterré dans cette « m… » .. qui s’appelle Angola

Certains cercles politiques ont appris qu’un jour, après avoir acheté un vaste vignoble productif dans la région de Braga au Portugal,

le procureur général de l’époque, le général João Moreira Maria de Sousa, avait emmené sa famille et ses amis dans un restaurant de luxe

pour «Baptiser» l’acquisition, pour laquelle il a déboursé des millions et des millions $$ de dollars…

Le 05.12.2007 – LE CHEF DE L`ETAT, JOSÉ EDUARDO DOS SANTOS (À DROITE.), INVESTIT LE NOUVEAU PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA RÉPUBLIQUE, JOÃO MARIA DE SOUSA
  .. Procureur général…

João Maria de Sousa a ouvert son cœur à un moment et déjà légèrement intoxiqué par le vin de pure caste qui y était servi:

 

« Je veux dire à tout le monde que lorsque je mourrai,  je veux être enterré ici

Je ne veux pas que mon corps aille dans ce pays…de ..m..  d’Angola ».

 

La semaine dernière, le journal Club K avait annoncé que l’unité de protection de la personnalité protectrice (UPIP) du général de la police nationale avait réduit de 30 à 24 le nombre d’employés protégeant l’ancien procureur général.

Selon le site, le nombre d’hommes qui garantissent la protection João Maria n’est surpassé que par l’actuel président de la République et son prédécesseur, José Eduardo dos Santos.

Au cours des 10 années il a dirigé le bureau du procureur général, la corruption et l’impunité ont presque atteint la dignité constitutionnelle.

Pendant cette longue période, aucun «poids lourd» n’a été poursuivi devant les tribunaux pour des infractions de corruption ou tout autre préjudice causé aux intérêts de l’État.

 ..Joao Maria de Sousa, .. Suspecté de fraude fiscale …

Par contre, pendant le consulat de João Maria de Sousa, les prisons du pays étaient toujours surpeuplées de citoyens accusés de crimes passibles de peines légères ou même d’amendes.

En raison du lourd héritage de João Maria de Sousa, les prisons du pays sont toujours bondées aujourd’hui, avec des personnes arrêtées pour avoir volé des bouteilles de gaz, des téléphones portables et d’autres biens mineurs.

Il y a encore des citoyens qui continuent à expier des crimes tels que le vol de pain pour satisfaire la faim.

 … l’absence alléguée de preuves

João Maria de Sousa a toujours justifié, toujours prétendu le manque de preuves pour inculpuer des citoyens qui se sont enrichis du jour au lendemain sans la moindre justification plausible.

L’absence alléguée de preuves derrière le PGR a été contrecarrée par des «montagnes» de rapports d’organisations internationales crédibles telles que le FMI,

la Banque mondiale, «Human Watch Rights» et d’autres, parmi lesquels l’Angola figurait en tête du classement des pays où la corruption et l’impunité ont le plus prospéré.

Après 10 ans, le seul «trophée de chasse» remporté par João Maria de Sousa est d’avoir condamné le groupe dit des 15 + 2, une association de jeunes qui n’a revendiqué que la liberté et la démocratie. dans ce pays

 

Avec une telle responsabilité sur le dosJoão Maria de Sousa ne mérite aucun autre avantage de la part de l’État.

Continuer à lui payer les «escortes» est une dérision pour les milliers d’Angolais, pour la plupart sans culpabilité, qu’il a poussés en prison.

 

À propos, dans des lieux décents,

João Maria de Sousa devrait être poursuivi en justice pour répondre des crimes de motivation et de collusion avec la corruption … 

.. João Maria de Sousa devrait être poursuivi en justice pour répondre des crimescollusion avec la corruption …

Et heureusement, lorsque l’heure fatale  frappera à sa porte – et cela arrivera inévitablement…

l’État angolais ne se souviendra pas d’assumer les coûts du déplacement du corps vers le paysl’infâme João Moreira Maria de Sousa veut être enterré

 

Graça Campos

Correio angolense – 18 août 2019 – 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

Partagez cet article

LAVA JATO : .. um fardo chamado JOAO-MARIA de SOUSA …

ANGOLA : LES .. PREVARICATIONS ?.. DE JOÃO MARIA DE SOUSA…

HC : aqui aqui nós “carneiramos”,.. bebemos… e enxágue os dentes !..

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

CABINDA : une Marche pour célébrer la Déclaration universelle des Droits de l’homme …

ANGOLA : Ces « Messieurs », seraient déjà démis de leurs fonctions, et arrêtés ! (dans certains pays occidentaux… ) – II

UN « PAQUEBOT-HÔPITAL » A LA RESCOUSSE DE CE PAYS PAUVRE….L’ANGOLA !

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

DROITS DE L’HOMME : .. un fardeau qui s’appelle,.. JOAO-MARIA de SOUSA …

DICTATURE : Rafael Marques encore en vie ?.. Oui ??.. – Alors,..  l’Angola est une démocratie ?..

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

MASSACRES : LISBONNE PRÉOCCUPÉ PAR LA BIRMANIE,… MAIS POUR L’ANGOLA ?… À « CU DE JUDAS »

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessaol …

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

BNA : .. GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

CABRITO-ESCRITORIO : denúncia Escritório de advogado de Rui Ferreira assessora Zenú dos Santos…

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

DITADURA : ..(Já) temos em Angola um sistema judicial credível ?..

HC : aqui aqui nós “carneiramos”,.. bebemos… e enxágue os dentes !..

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

OBJECTIF- CABRITISMO : La Sté privée IMEXCO … payait des salaires mensuels au Procureur Général de la République. (João Maria de Sousa !..)

DICTATURE : Le président du Parlement « NANDÓ »  veut en finir avec les réseaux sociaux en angola…

LAVA JATO : .. um fardo chamado,.. JOAO-MARIA de SOUSA …

LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

Le militant Bob Geldof avait déclaré en 2008, à Lisbonne, à l’hôtel Pestana Palace, que l’Angola était un pays «dirigé par des criminels», mots qui ont conduit l’ambassadeur angolais à abandonner la réunion qui avait eu lieu dans la capitale portugaise.

Ana Mendes

Conférence sur le développement durable organisée par la Banque Espírito Santo et le journal « Expresso », consacrée à un discours de 20 minutes sur le thème « Faire la différence », à l’issue de laquelle l’ancien ambassadeur d’Angola, Assunção dos Anjos, a quitté la salle. , selon des données auxquelles le journal Hora H aurait eu accès.

« L’Angola est dirigée par des criminels« , a accusé l’organisateur de Live Aid et Live 8, également musicien de renom.

« Les maisons les plus riches au monde qui se trouvent dans la baie de Luanda sont plus chères qu’à Chelsea et ParkLane », a-t-il souligné, comparant ces deux quartiers huppés de la capitale anglaise.

En ce qui concerne le Portugal, le musicien irlandais a estimé que le pays devrait être un partenaire de l’Angola, ajoutant que, à la fois le Portugal, l’Espagne et l’Italie, « seront les premiers [pays européens] à subir les conséquences de tous les problèmes en Afrique » il a ajouté.

Par conséquent, le Portugal devrait avoir un intérêt particulier pour la promotion du « développement en Afrique« , car il a « une économie très vulnérable, une économie dépendante du climat et à moitié murée avec l’Afrique », a déclaré l’activiste Bob Geldof, selon Público.

Après onze ans de mauvaise gouvernance, et plus tard le départ de José Eduardo dos Santos en tant que président de la république et du MPLA, deux mille dix-sept ans,

le pillage est survenu, au cours duquel les dirigeants angolais ont été impliqués, au cours des 38 années écoulées. gouvernance, de ce qui est considéré par les Angolais, le plus grand corrompu et bourreau de l’Angola.

Avec l’inauguration de l’actuel président de la République et député, João Manuel Gonçalves Lourenço, en septembre 2004, de prétendus vols avec égarement des deniers publics, menés par de nombreux dirigeants durant son mandat, ont commencé à faire surface. être informé par le bureau du procureur général (PGR), pour justifier et le tenir pénalement responsable, si la déviation des fonds de l’État angolais est prouvée.

Et comme conséquence de la mauvaise gouvernance et du vol de la monnaie du pays, l’Angola

est tombé dans une misère extrême, difficile à recouvrer étant donné le taux élevé de corruption, de népotisme et de flatteries dans lesquels les institutions gouvernementales du MPLA, dirigées par José Eduardo dos Santos ont été immergés, laissant la population à leur sort.

En Angola, la plupart des dirigeants qui ont occupé des postes importants au sein du gouvernement de José Eduardo dos Santos sont passibles de poursuites pénales, d’une mauvaise gestion des fonds publics ou même d’un détournement de fonds alloués à la fourniture de services à la population,

              .. le massacre de population, au Mont Sumi … des milliers et des milliers de morts …

ce qui a pour conséquence nous avons vu récemment des personnes mourir de manque d’eau, d’énergie dans les établissements publics, de médicaments, de routes déjà payées par l’État dans de mauvaises conditions, d’écoles sans pupitre, de détournement de fonds, etc …

SUPPOSES IMPLIQUES DANS UN VOL D’ARGENT D’ÉTAT

Il a récemment été diffusé sur le site Web de Club – K.

L’ancien ministre des Finances, José Pedro de Morais Júnior, avait retourné 60 millions $$ de dollars américains (60 millions de dollars) aux caisses de l’État. Ce montant a donc été remboursé au gouvernement. ,

   .. José Pedro de Morais Júnior …

il est clair que ce dirigeant a détourné des millions et des millions de $$ dollars en tant que dirigeant.

Selon les données du portail, José Pedro de Morais est jusqu’à présent identifié comme le « meilleur » collaborateur des autorités angolaises, retournant aux caisses de l’Etat le montant de 60 millions $$ de dollars américains;

tout a à voir avec le processus de rapatriement mis en place par le président João Lourenço au début de sa gouvernance, en tenant ce qu’il avait promis lors de la campagne électorale: « Réparer ce qui ne va pas et améliorer ce qui est bien ».

Selon la source, au moment où le président de la République, João Lourenço, a encouragé les citoyens nationaux à rapatrier volontairement leurs fonds déposés auprès de banques étrangères, sous peine de leur récupération obligatoire par l’État, ainsi que des poursuites judiciaires qui en ont résulté,

L’ancien ministre des Finances se serait tenu en première ligne, exprimant sa volonté d’accepter « l’offre », en échange d’un pardon présidentiel.

Pedro de Morais Júnior est généralement cité comme ayant des actifs dans les deux milliards de dollars, acquis au moment du règne de José Eduardo dos Santos.

Ses intérêts incluent les banques (ex-BANC, BNI, Banco Keve et à l’étranger), les compagnies d’assurance (Global Seguros), les jeux de loto (FININGEST) et les casinos. Contrôles de fermes dans le réseau scolaire Cuanza Sul, les hôtels, etc.

Ses intérêts se sont également croisés avec Coca-Cola Bottling, Luanda.

COMMENT PGR A COMMENCÉ À NOTIFIER DES DOMMAGES PRÉVUS

Après que José Eduardo dos Santos ait passé la présidence au général João Manuel Gonçalves Lourenço et constitué son gouvernement, le chef de l’Etat a chargé ses collaborateurs directs de faire respecter la loi, affirmant que «personne n’est si puissant qu’il ne peut être jugé et personne n’est si pauvre qu’on ne peut pas les protéger », a-t-il déclaré.

C’est ainsi que débutèrent les contestations d’anciens membres du régime.

En 2018, José Pedro de Morais Júnior, ancien ministre et ancien gouverneur de la BNA, était confronté au Service national de récupération des avoirs (SNRA), dirigé par l’avocat Eduarda Rodrigues qui l’avait invité. restituer 50 millions $$ de dollars aux coffres de l’Etat.

Non seulement Pedro de Morais a répondu à l’appel, mais il a volontairement décidé de donner 10 millions de dollars supplémentaires à 60 millions de dollars américains.

AFFAIRE FEDSA: JEAN CLAUDE

Selon le site Internet cité par Hora H, plusieurs juristes ont attiré l’attention, fin juillet, sur le fait que la lutte contre la corruption menée par le gouvernement de João Lourenço est une source de richesse, étant donné que certains bénéficiaient du retrait des charges (exemple de Jean Claude Bastos de Morais) en échange du retour des valeurs, alors que d’autres, comme Augusto Tomás,

sont passibles de lourdes peines, même sans le tribunal, et ont pu, selon sa défense, prouver qu’il a utilisé les fonds de la CNC à des fins personnelles.

Le juriste et universitaire portugais Rui Verde a récemment attiré l’attention sur le phénomène de lutte contre la corruption qui s’est produit au Brésil.

  .. Jean Claude et .. João Lourenço …

Il a été surpris par la découverte que des juges utilisaient la justice pour commettre des actes arbitraires.

«Combattre la corruption par pure volonté, outrepasser la loi ou baser ses actions sur des opinions plutôt que sur des règles produit toujours de mauvais résultats.

Voyez la controverse dans laquelle l’ancien juge Sérgio Moro est impliqué au Brésil, en raison de son rôle obscur dans la conduite de l’opération Lava-Jato.

Cette opération était nécessaire et fondamentale pour le Brésil, mais risquait de tomber dans le ridicule en raison d’incidents juridiques apparents. commis par le juge, la même chose peut arriver en Angola », lit-on

Analyse de Rui Verde, publiée dans Maka Angola.

 

LE CAS CNC : TOMAS REFUS DE LIVRER 40 MILLIONS

Au même moment, le Service national de récupération des avoirs (SNRA) avait également convoqué à l’époque l’ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, à qui il avait été demandé de restituer la somme de 40 millions $$ de dollars américains.

L’ancien titulaire de Transport a affirmé ne pas disposer de ces valeurs et a finalement poursuivi en justice en raison de prétendues irrégularités dans la gestion du Conseil national des chargeurs (CNC), ce qui lui a valu d’être arrêté et condamné à 14 ans de prison.

Ana Paula dos Santos, ancienne première dame, séparée de José Eduardo dos Santos, également bénéficiaire du CNC (Conseil national des chargeurs), a été contrainte de restituer plus de 15 millions de dollars qui avaient été transférés indûment à l’un des ses comptes bancaires: Son nom a été supprimé du processus.

Le président de la FESA, Ismael Diogo, revient également

a vu 25 millions de dollars en octobre 2018 après avoir été arrêté et libéré sous caution. Dans le scandale du CNC, la société GEFI, la société de portefeuille de MPLA, qui avait reçu des fonds pour la campagne électorale, a également été laissée de côté.

Joaquim Sebastião, ancien directeur de l’Institut national des routes d’Angola (INEA), a cédé à l’État, une partie de ses avoirs après six mois d’emprisonnement. Ses comptes bancaires ont également été gelés. Le Service national de récupération des avoirs (SNRA) vous a quitté

avec un appartement et l’équivalent de 5 millions de dollars pour le cancer de la prostate et d’autres dépenses personnelles telles que payer un constructeur portugais qui a construit une villa de luxe à Talatona pour 30 millions de dollars. C’est-à-dire que vous devrez compléter

la mise à disposition de la villa de luxe confisquée par l’Etat. Ses anciens collègues d‘INEA, également impliqués dans le même processus, ont négocié la restitution des avoirs et des valeurs pécuniaires et de possibles troubles judiciaires en échange de la liberté .

 jornalhorah –

Outubro 10, 2019

VIDEO…. VIDEO…. VIDEO…. VIDEO….

Mise en forme : Jinga Davixa

Correctifs à venir

Partagez cet article

 

MASSACRES : LISBONNE PRÉOCCUPÉ PAR LA BIRMANIE,… MAIS POUR L’ANGOLA ?… À « CU DE JUDAS »

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessaol …

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

SOS ANGOLA : Sobrevivência em risco …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

MIREX : Miguel Catraio nega estar na lista negra dos Estados Unidos … (video ..)..

LAVA JATO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

ANGOLA : Quase 700 crianças violadas no pais …

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

KLEPTO-MANIA : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

BNA : .. GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

CABRITO-ESCRITORIO : denúncia Escritório de advogado de Rui Ferreira assessora Zenú dos Santos…

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

(Tant que José Eduardo dos Santos restera Président de la République d’Angola), et même après son départ (le cas échéant), il bénéficiera de l’immunité de poursuites en vertu des articles 127 et 133 de la Constitution angolaise.

.. Kamulingue et Kassule, … militants des droits civiques assassinés … ensuite livrés aux crocodiles …
REVUS … les 15 + 2 …. certains ont été contaminés et empoisonnés en prison …   en agonie,.. avec des  maladies incurables … 

 

Cela soulève la question suivante : dans quelle mesure cette protection légale est-elle légitime ?

Ruffino, 2 balles dans la tête

Un président peut-il piller son pays en toute impunité ou existe-t-il des circonstances dans lesquelles un président en exercice ou un ancien président peut être traduit en justice ?

Depuis la création des Nations Unies en 1945, des juristes du droit international ont essayé de créer des instruments juridiques pour empêcher les dirigeants politiques de commettre des crimes pendant leur mandat.

.. Joao-Maria de Sousa,, Procureur Général de la République à l’ époque des faits …
.. des preuves suffisantes

À ce jour, l’instrument juridique le plus élaboré et le plus complet à cette fin est issu du Statut de Rome, qui a créé la Cour pénale internationale à La Haye.

La CPI a été créée pour poursuivre des personnes internationales pour des crimes internationaux tels que génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre …

Ce sont des crimes liés à la guerre et à la violence qui sont appelés criminellement «crimes contre la personne».

La CPI est destinée à compléter les systèmes judiciaires nationaux existants et ne peut donc exercer sa compétence que

lorsque certaines conditions sont remplies, par exemple lorsque les tribunaux nationaux refusent ou sont incapables de poursuivre les criminels

ou lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies ou des États individuels renvoient des enquêtes à la Cour.

 

 .. les tribunaux nationaux refusent ou sont incapables de poursuivre les criminels

 

Les crimes que José Eduardo dos Santos aurait commis pendant plus de trois décennies, que l’on pourrait appeler des «crimes contre le patrimoine», ne sont pas immédiatement identifiables dans la classification des crimes qui relèvent de la compétence de la CPI.

Manuel Vicente, ex- Vice-Président …

Des actes tels que le pillage des richesses naturelles de l’Angola, le blanchiment de l’argent dans le système financier international, la corruption nationale et internationale et d’autres situations analogues ne sont pas, à première vue, envisagés comme pouvant faire l’objet de poursuites devant la CPI.

Cependant, une analyse plus détaillée nous permet d’avancer cette hypothèse conformément à l’Article 7, Clause 1 (k) du Statut de Rome.

Cet article considère comme un crime « tout autre acte inhumain de caractère similaire, causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale ».

Joao-Maria de Sousa

L’article 7, 1 k) est ce que les juristes appellent une “règle résiduelle, qui indique que la liste des actes expressément mentionnés dans les articles précédents n’est pas exhaustive.

Ce caractère résiduel reflète l’idée qu’il n’est pas possible de créer une liste exhaustive des crimes.

Comme l’écrit Timothy LH McCormack dans La Cour pénale internationale permanente: Questions juridiques et politiques:

.. la liste est très longue

«La capacité de l’être humain à inventer de nouvelles formes d’atrocités est une source constante de gêne et de honte et il est essentiel que des dispositions existent pour faciliter la poursuite de telles actions. actuellement pas connu ou expérimenté. « 

Condamner les peuples d’un pays à la pauvreté, à une durée de vie réduite et à des taux de mortalité infantile toujours élevés, du fait qu’ils ont détourné

(ou permis de détourner) les ressources et la richesse du pays, est sans doute assimilé aux plus grandes atrocités qu’il est possible de commettre.

 

 .. profiter , saccager,..dilapider,.. exporter  les richesses des angolaises et des angolais … sans vergogne …

 

 

 

 

.. condamner les peuples d’un pays à la pauvreté, à une durée de vie réduite …

Un tel préjudice délibéré pour la santé physique et mentale de la nation constitue également une atrocité qui exige une punition adéquate.

À l’article 7, paragraphe 1 k), nous avons une règle qui permet d’inclure les situations pénales qui n’ont pas été spécifiquement définies dans les règles précédentes.

L’inclusion comprend deux éléments essentiels:

1) un acte qui cause de grandes souffrances ou des lésions graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale; et

2) un acte de caractère similaire (de nature ou de gravité) à tout autre acte visé à l’article 7, paragraphe 1.

 .. fifty / Fifty ?..

À cet égard, il conviendrait de préciser dès le départ que l’inclusion de «priver la population des ressources de son pays» en tant qu’acte pouvant être interprété comme «causer de grandes souffrances et des dommages graves à la santé physique ou mentale ou physique»

Les définitions des crimes de la CPI par la CPI, conformément à l’article 7 (1) (a) à (j), introduiraient une nouvelle catégorie dans la liste des crimes contre l’humanité.

Cependant, et en référence au principe de «nullum crimen sine lege» (pas de crime sans loi), toute définition ou catégorie supplémentaire de crime contre l’humanité peut être déclarée comme une violation en vertu du droit international et des droits de l’homme en vigueur.

Une telle décision peut être prise dans le cas concret devant le tribunal.

 .. une action pénale internationale.. poursuivre les dictateurs brutaux

Il peut donc exister des motifs juridiques d’engager une action pénale internationale contre le (ex) – président angolaissi suffisamment de preuves

peuvent être présentées pour inculper José Eduardo dos Santos des crimes contre l’humanité devant la CPI  ( Cour Pénale Internationale ). 

 

Bien que l’Angola n’ait pas adhéré au Statut de Rome établissant la CPI, le cas échéant, cela ne ferait que gêner le transfert du Président à La Haye,

mais cela n’empêcherait pas la CPI d’engager des poursuites.

Comme l’a montré le cas du général chilien Pinochet, le principe de la compétence universelle a outrepassé les lois d’amnistie locales et

constitue un mécanisme utile pour poursuivre les dictateurs brutaux au-delà de leurs frontières nationales.

Hilbert Ganga, jeune père de famille et militant des droits civiques,.. assassiné par soldats de la garde présidentielle ….

 

MakaAngola le 31 mars 2016

Rui Verde, analyste juridique

Traduction de l’ anglais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

ASSASSINS !

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

CABINDA : une Marche pour célébrer la Déclaration universelle des Droits de l’homme …

DICTATURE : Rafael Marques encore en vie ?.. Oui ??.. – Alors,..  l’Angola est une démocratie ?..

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

BARBARIE : João Dala est mort … il avait subi en 2016 une torture sadique … et brutale … 15 heures durant … par les enquêteurs du SIC…

JOAO DALA : Família acusa ministro do interior,.. de proteger assassinos …

Mourir de faim en Angola, Peut-on vraiment le croire ?…

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

ANGOLA : MOURIR À LA PORTE DE L’HÔPITAL, ET SANS AUCUNE ASSISTANCE…..EST CRIMINEL !

PRÉSIDENT : une immunité à Vie du Dictateur n’est plus du tout garantie…

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

SIC-RÉPRESSION : João Lourenço a promu des tortionnaires…

MANIFESTATIONS : Les « Revus » protestent pour demander la justice et la fin des assassinats en ANGOLA …

JOÃO-LOURENÇO … ET LE PROTOCOLE DE MALABO … ALORS ??.

JOAO DALA : Família acusa ministro do interior,.. de proteger assassinos …

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LA SÉCHERESSE DANS LE SUD DE L’ANGOLA, A DÉJÀ PROVOQUE PLUS DE 10 MILLES (10.000) CAS DE DÉ-NUTRITION, PARMI LA POPULATION A CUNENE.

FOLHA 8 : Consulta apenas de rotina ?.. impede presenca do Ex-PGR João Maria de Sousa, no Tribunal Provincial de Luanda …

ANGOLA : LA LOI … DU PARDON &.. DU BLANCHIMENT… DES CAPITAUX A RAPATRIER…

ASSASSINS !

ANGOLA : La corruption « destitue et balaye… » les gouvernements,.. mais en Angola ?.. ils s’ éternisent …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

ANGOLA : La transigeance comme caractéristique politique… (… une trahison par faiblesse ?.. ou par intérêt ?.. )

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

 

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

Après plus de quatre décennies de silence officiel, les sales secrets de l’Angola sont balayés sous le tapis.

Des reportages officiels sanctionnant des cas spécifiques de corruption dans les hauts lieux se sont multipliés en quelques mois. Les personnes autrefois considérées comme intouchables sont sous enquête ou font déjà l’objet d’accusations criminelles.

José Filomeno dos Santos (Zenú) et son associé Jean-Claude Bastos de Morais ont été accusés d’avoir détourné 500 millions $$ de dollars américains du Fonds souverain angolais de 5 milliards de dollars américains. Le sort du reste du fonds reste à déterminer.

.  . Crimes présidentiels …

La sœur aînée de Zenú, Isabel dos Santos, aurait construit un empire commercial d’un milliard de dollars

basé sur le népotisme et les «prêts» d’argent public qui n’ont jamais été remboursés.

Les preuves qui émergent actuellement confirment la corruption endémique que Maka Angola a signalée depuis des années.

Il y a bien sûr un dénominateur commun dans les scandales impliquant Zenú, Isabel et tant d’autres: leur père, José Eduardo dos Santos, qui a quitté son poste de président de l’Angola l’année dernière.

« Qui d’autre aurait pu faciliter, organiser, autoriser ou autoriser une corruption politique aussi répandue que le  » capo di tutti capi « ?

Pourtant, chaque fois que le nom de l’ancien Président est mentionné à propos de ces crimes contre l’État, les Angolais haussent les épaules et disent que rien ne peut être fait parce qu’il a obtenu l’immunité de poursuites pendant au moins cinq ans.

 

Pas si …

Immunité de la procédure

La Constitution angolaise exclut expressément la corruption et les autres crimes graves de l’immunité générale accordée au Président.

L’article 127 sur la responsabilité pénale stipule:

« 1. Le Président de la République ne peut être tenu pour responsable des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions, sauf en cas de corruption, de trahison et des crimes définis dans la présente Constitution comme imprescriptibles et inéligibles à l’amnistie.

2. La condamnation doit entraîner la destitution et l’interdiction d’être candidat à un autre mandat.

3. Pour les crimes non commis pendant l’exercice de ses fonctions, le Président de la République doit répondre devant la Cour suprême cinq ans après la fin de son mandat. »

Les articles 1 et 3 de l’article 127 établissent une distinction claire entre les crimes commis dans l’exercice des fonctions présidentielles

et les crimes qui ne sont pas liés à ses fonctions officielles. Par conséquent, il existe des procédures distinctes (et un traitement de l’immunité) pour ces différentes circonstances.

 LA RÈGLE DES CINQ ANS

Tout d’abord, examinons l’article 3 et le délai de cinq ans, règle qui ne s’applique qu’aux crimes commis par le Président en dehors de ses fonctions officielles.

Prenons un exemple hypothétique: un beau dimanche matin, le président en exercice décide de profiter de son temps libre pour conduire son véhicule privé vers l’océan où il a l’intention de nager.

En chemin, alors qu’il conduisait à une vitesse excessive, il entre en collision avec un piéton tué. Ses actions peuvent donner lieu à des accusations d’homicide, de négligence criminelle ou de conduite dangereuse, qui n’ont rien à voir avec l’occupation du conducteur.

Si un crime a été commis, ce n’est pas dans l’exercice de ses fonctions présidentielles.

Dans ce cas, l’article 127, paragraphe 3, s’applique. C’est-à-dire que le président de la République ne peut être jugé que pour ces infractions cinq ans après la fin de son mandat et par la Cour suprême. Le moratoire de cinq ans ne s’applique que dans ce type de situation.

.. Crimes présidentiels …

CRIMES PRÉSIDENTIELS

Alors, que se passe-t-il si le président commet un crime alors qu’il s’acquitte de ses fonctions officielles ? Cela dépend du crime. Il jouit de l’immunité de poursuites pour tous les crimes moins graves. Seuls les crimes graves, tels qu’identifiés à l’article 127 (1) de la Constitution – tels que la corruption, la trahison et autres – sont exclus.

Les définitions juridiques de la corruption politique prennent généralement quatre formes:

1) Pots-de-vin et paiements – L’acte de donner (ou de solliciter) de l’argent, des biens ou des services en échange pour un traitement favorable.

2) Détournement de fonds – lorsqu’un fonctionnaire détourne des fonds appartenant à autrui  pour son propre bénéfice, par exemple l’utilisation sans scrupule et illégale de l’autorité politique à des fins personnelles, lorsque des fonds destinés à des projets publics sont intentionnellement mal acheminés afin de maximiser les avantages pour les intérêts illégalement privés des individus corrompus et de leurs copains.

3) Chantage et extorsion – Lorsqu’un fonctionnaire utilise son pouvoir et son influence pour menacer ou contraindre une autre personne à se comporter d’une certaine manière ou menace de révéler des informations embarrassantes ou incriminantes sur quelqu’un afin de contraindre cette personne à coopérer avec eux.

4) Traitement préférentiel – Lorsqu’un fonctionnaire laisse les nominations être influencées par facteurs inappropriés ou illégaux. Un type de traitement préférentiel est le népotisme: la pratique consistant à donner des rendez-vous aux membres de la famille, plutôt que de baser les nominations sur les qualifications réelles des personnes nommées.

Un autre type de traitement préférentiel, appelé patronage, se produit lorsqu’un fonctionnaire prend des rendez-vous en échange de votes, de gains ou d’autres avantages. Les crimes dont les enfants de Dos Santos sont accusés et dans lesquels l’ancien Président peut être impliqué par les éléments de preuve peuvent s’inscrire dans le cadre de l’article 127 (1).

.. Toutefois .. Dos Santos n’est plus le président en exercice,.. aucune amnistie ou prescription n’est appliquée

C’est-à-dire qu’elles relèvent des définitions de la corruption politique, l’un des crimes graves pour lesquels l’immunité est exclue, permettant ainsi l’ouverture d’une enquête et de poursuites pénales.

 

DANS OU HORS BUREAU

Instituer une procédure pénale contre un président en exercice est complexe. L’article 129 de la Constitution énonce les procédures à suivre par l’Assemblée nationale et la Cour suprême, qui pourraient aboutir à la destitution du Président.

Toutefois, Dos Santos n’est plus le président en exercice de l’Angola et, par conséquent, les crimes graves commis dans l’exercice de ses fonctions officielles ne sont plus soumis à l’article 129 de la Constitution. Il ne peut être destitué ni licencié de la présidence, et aucune amnistie ou prescription n’est appliquée.

En tant qu’ancien président, ses actions pendant son mandat sont régies par les articles 133, 135 et 150 de la Constitution angolaise. L’article 133, paragraphe 1, concernant les anciens présidents de la République, cède la place à l’article 135, paragraphe 3,

concernant les membres du Conseil de la République, qui nous renvoie à l’article 150, qui concerne l’immunité des ressortissants angolais membres de l’ assemblée ou parlement.

Cela a pour effet d’appliquer les règles d’immunité protégeant les membres du parlement aux anciens présidents.

L’article 150 (3) stipule comment cette immunité peut être levée :

.. statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité ?..

“3. Une fois que des poursuites pénales ont été engagées contre un député et qu’elles ont été accusées par acte d’accusation ou équivalent,

à moins qu’elles ne soient flagrantes en flagrant délit, une séance plénière de l’Assemblée nationale doit statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité. pour permettre la poursuite de l’affaire. « 

Cela signifie que si les autorités judiciaires estiment qu’il existe suffisamment de preuves matérielles pour justifier une enquête, elles peuvent ouvrir une affaire, mener une enquête et inculper tout député, même un ancien président, pour des accusations criminelles.

Ce n’est qu’à ce stade que l’Assemblée nationale est tenue de statuer sur la suspension de l’immunité et le renvoi à la Cour suprême, permettant ainsi à l’affaire d’être jugée.

On ne saurait trop insister sur le fait que le droit angolais, dans sa forme actuelle, n’empêche pas les autorités judiciaires d’enquêter ou de poursuivre un ancien président pour des crimes graves.

Par conséquent, s’il existe des preuves matérielles d’un comportement criminel grave de la part de José Eduardo dos Santos lorsqu’il exerçait les fonctions de président,

rien n’empêche les autorités judiciaires d’ordonner une enquête approfondie.

 .. Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption ?..

C’est en fait leur devoir.

Si l’enquête aboutit à des preuves suffisantes pour porter des accusations, alors les preuves et les actes d’accusation doivent être présentés à l’Assemblée nationale afin de décider (ou non) d’annuler l’immunité et de renvoyer l’affaire à la Cour suprême.

CONCLUSION

En résumé, les autorités judiciaires sont libres d’enquêter sur les actes d’anciens présidents dans l’exercice de leurs fonctions officielles et de tirer des conclusions sur le point de savoir si de tels actes pourraient être considérés comme des crimes graves au sens de la Constitution.

S’ils le concluent, ils doivent alors présenter un acte d’accusation et le présenter à l’Assemblée nationale pour décider de poursuivre ou non l’ancien président.

La règle des cinq ans ne s’applique pas aux actes accomplis dans l’exercice de fonctions présidentielles, mais uniquement à des actions privées.

.. des preuves suffisantes pour porter des accusations ?..

Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption et de la récupération des milliards $ volés, il convient que l’action de l’ancien président fasse l’objet d’une enquête.

Si cela devait aboutir à un acte d’accusation, il appartiendrait à l’Assemblée nationale de décider s’il y a lieu de lever l’immunité et de l’emmener en justice.

Ce serait une décision politique et ils évalueraient sans aucun doute leur jugement dans l’intérêt de la paix et de la réconciliation nationale, comme c’est leur droit souverain.

Quel que soit le résultat, au moins la nation apprendrait la vérité …

 .. Si l’Angola est sérieux …

Par : Paulo Zua

le 06 Août 2018

Traduction de l’anglais en français : jinga Davixa

 

Partager cet article

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

Le temps des adieux…camarade Président !

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

LAVA JATO : .. ” Tenho duvidas,.. que O presidente tera,.. coragem de exigir,.. O rapatriamento de capitais, a governantes “

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars et digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

ANGOLA : Paix et réconciliation nationale, 16 années plus tard,.. une kleptocratie dégoûtante… – par José Marcos Mavungo

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : « João Lourenço devra envoyer la moitié du MPLA en prison… pour réellement mettre fin à la corruption », a déclaré Rafael Marques.

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

KLEPTOCRATIE : Proposition d’ un nouveau Cadre Juridique, contre la Corruption en Angola … – par Rui Verde

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

KLEPTOCRATIE : Jean-Claude en passe de regagner la Suisse …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

ESCROQUERIE : .. ET DIRE QUE J.E.S ?.. N’EST TOUJOURS PAS INCULPÉ ?..

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : Ces « Messieurs », seraient déjà démis de leurs fonctions, et arrêtés ! (dans certains pays occidentaux… ) – II

NOTA FÚNEBRE PELA MORTE DO ACTIVISTA JOSÉ PATROCÍNIO …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

RUI VERDE : Banco Mais,.. Banco Postal e .. Muro de Lamentações …

SINDIKA DOKOLO : .. O… »Oligarq-ismo » .. « Colecionar-ismo »,.. e… e.. « Cabrit-ismo » ?..

LAVA JATO : E.U.A notificou Angola porque banco BIC realizou transações,.. há organização de Terrorismo …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

Gráficas sabotam jornais críticos do governo angolano, diz propietário do Hora H …

CORRUPCÃO : ..Vamos à manifestacao no largo da independencia sabado dia 6 de julho 2019 …

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE : Dos Santos versus Lourenço…

      ..une déclaration militaire ?..

Dans une ancienne république bananière, le moment était venu pour José Eduardo dos Santos (JES) de tirer des chars et des canons de la caserne et d’emmener João Lourenço avec une déclaration militaire, pendant que le général se retrouvait pris au piège dans le ventre de l’avion qui le transportait Portugal.

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

JES n’a pas de troupes ou n’a pas le souffle pour la sortir de la caserne, alors il a choisi de faire une conférence de presse apparemment amusante dans laquelle il s’est défendu en attaquant publiquement pour la première fois João Lourenço.

La vérité est que la conférence de presse de JES laisse 2 traces fondamentales: il s’agit de la première invective largement diffusée de l’ancien président contre le nouveau; attaque le point faible de Lourenço, où les plus grandes difficultés se font sentir et où l’équipe de Lourenço révèle une incompétence extrême et un manque de vision: l’économie.

JES a commencé par expliquer qu’en quittant le pouvoir, le Trésor angolais ne manquait pas d’argent, et il en a donné plusieurs explications. 

Premièrement, le déficit public était financé par des obligations de trésorerie achetées par des banques commerciales.

Cela signifie que le gouvernement a publié un document par lequel les banques lui ont prêté de l’argent en intérêts.

Et cela, bien sûr, il suffirait de continuer cette pratique pour continuer à avoir de l’argent.

Si tel était le cas, nous aurions un problème très sérieux dans la relation entre les finances publiques et la solvabilité des banques angolaises, qui mérite une étude plus approfondie.

Deuxièmement, a déclaré JES, il existait des réserves de la Banque nationale d’Angola (BNA), qui apporteraient 15 milliards de dollars. Il reste à savoir combien de ces millions de personnes ont été «hébergées» dans des poches privées juste avant le départ de l’ancien président.

Enfin, Dos Santos a expliqué que les recettes du budget de l’État (OGE) permettaient toujours de remplir les caisses et que Lourenço ne l’avait pas fait, car cela retardait l’approbation du budget. Ici, on dira toujours que les revenus ne remplissent les coffres de l’État que si les dépenses ne sont pas plus élevées.

Par la suite, JES s’est consacré à illustrer l’évolution de l’économie à la fin de son mandat et à mettre clairement en contraste les problèmes qu’elle connait à l’époque de Lourenço.

   ..le panier de la ménagère ?..

JES a souligné que, malgré la réduction du prix du pétrole brut à 38 dollars, il maintenait toujours l’économie sous contrôle et ne dévaluait pas la monnaie (une blague sur la dévaluation prononcée et peut-être désastreuse de Massano, gouverneur de la BNA);

payer en temps et en heures la fonction publique, y compris le 13ème mois, maintenir le pouvoir d’achat grâce à l’indexation progressive des salaires inflationnistes, garantir le panier de la ménagère et réduire l’inflation en six mois.

Il a conclu en soulignant qu’il existait à son époque une relative stabilité de l’économie nationale.

Ce n’est pas le moment de démanteler les déclarations JES.

Il est temps de dire ce qu’elles veulent dire.

Et elles signifient 2 choses:

Dos Santos appelle João Lourenço un menteur et un incompétent.

-*1 Menteur pour avoir dit avoir trouvé les coffres vides quand ils étaient suffisamment inscrits.

 ..la rébellion des zungueiras ?..

-*2 Incompétent parce qu’il a hérité d’une économie stabilisée et contrôlée, mais maintenant la laisse incontrôlée et déstabilisée.

En ce moment, c’est dans l’échec économique de João Lourenço que JES parie.

Les problèmes économiques entraîneront le mécontentement populaire qui chassera João Lourenço.

Selon les anti-Lourencistes, les chars ne sont plus nécessaires pour le supprimer: la rébellion des zungueiras, des marchands, des fonctionnaires et des personnes touchées par la crise économique, suffit.

Le duel entre les nouveaux et les anciens présidents a commencé, et son centre est l’économie et les finances.

21 novembre 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

JUSTICE : Comment rapatrier les $ millions,.. et les millions $$ d’ Estoril .. au Portugal ?..

JES : Le parrain de la corruption,.. doit lui aussi, être entendu par la justice…

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

KLEPTOCRATIE : Proposition d’ un nouveau Cadre Juridique, contre la Corruption en Angola … – par Rui Verde

CABRITO-FUNDO : O Juiz Presidente Rui Ferreira e a conspiracão ?.. do … “Cabritismo” ?..

BNA : …GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

LUNDA NORTE : Cafunfo en État de Siège,.. les Manifestants sous le Feu de l’ Armée,.. et de la POLICE …

CARNEIRO-rismo : Bispos católicos exortam a que a política não seja “via indigna” de enriquecimento…

ZIMBABWE : Le gouvernement publie la liste de ceux qui ont refusé de rapatrier le capital…