LAVA JATO : ..Les Gouvernants de l’Angola traités de .. « Criminels » … (vidéo..)..

Le militant Bob Geldof avait déclaré en 2008, à Lisbonne, à l’hôtel Pestana Palace, que l’Angola était un pays «dirigé par des criminels», mots qui ont conduit l’ambassadeur angolais à abandonner la réunion qui avait eu lieu dans la capitale portugaise.

Ana Mendes

Conférence sur le développement durable organisée par la Banque Espírito Santo et le journal « Expresso », consacrée à un discours de 20 minutes sur le thème « Faire la différence », à l’issue de laquelle l’ancien ambassadeur d’Angola, Assunção dos Anjos, a quitté la salle. , selon des données auxquelles le journal Hora H aurait eu accès.

« L’Angola est dirigée par des criminels« , a accusé l’organisateur de Live Aid et Live 8, également musicien de renom.

« Les maisons les plus riches au monde qui se trouvent dans la baie de Luanda sont plus chères qu’à Chelsea et ParkLane », a-t-il souligné, comparant ces deux quartiers huppés de la capitale anglaise.

En ce qui concerne le Portugal, le musicien irlandais a estimé que le pays devrait être un partenaire de l’Angola, ajoutant que, à la fois le Portugal, l’Espagne et l’Italie, « seront les premiers [pays européens] à subir les conséquences de tous les problèmes en Afrique » il a ajouté.

Par conséquent, le Portugal devrait avoir un intérêt particulier pour la promotion du « développement en Afrique« , car il a « une économie très vulnérable, une économie dépendante du climat et à moitié murée avec l’Afrique », a déclaré l’activiste Bob Geldof, selon Público.

Après onze ans de mauvaise gouvernance, et plus tard le départ de José Eduardo dos Santos en tant que président de la république et du MPLA, deux mille dix-sept ans,

le pillage est survenu, au cours duquel les dirigeants angolais ont été impliqués, au cours des 38 années écoulées. gouvernance, de ce qui est considéré par les Angolais, le plus grand corrompu et bourreau de l’Angola.

Avec l’inauguration de l’actuel président de la République et député, João Manuel Gonçalves Lourenço, en septembre 2004, de prétendus vols avec égarement des deniers publics, menés par de nombreux dirigeants durant son mandat, ont commencé à faire surface. être informé par le bureau du procureur général (PGR), pour justifier et le tenir pénalement responsable, si la déviation des fonds de l’État angolais est prouvée.

Et comme conséquence de la mauvaise gouvernance et du vol de la monnaie du pays, l’Angola

est tombé dans une misère extrême, difficile à recouvrer étant donné le taux élevé de corruption, de népotisme et de flatteries dans lesquels les institutions gouvernementales du MPLA, dirigées par José Eduardo dos Santos ont été immergés, laissant la population à leur sort.

En Angola, la plupart des dirigeants qui ont occupé des postes importants au sein du gouvernement de José Eduardo dos Santos sont passibles de poursuites pénales, d’une mauvaise gestion des fonds publics ou même d’un détournement de fonds alloués à la fourniture de services à la population,

              .. le massacre de population, au Mont Sumi … des milliers et des milliers de morts …

ce qui a pour conséquence nous avons vu récemment des personnes mourir de manque d’eau, d’énergie dans les établissements publics, de médicaments, de routes déjà payées par l’État dans de mauvaises conditions, d’écoles sans pupitre, de détournement de fonds, etc …

SUPPOSES IMPLIQUES DANS UN VOL D’ARGENT D’ÉTAT

Il a récemment été diffusé sur le site Web de Club – K.

L’ancien ministre des Finances, José Pedro de Morais Júnior, avait retourné 60 millions $$ de dollars américains (60 millions de dollars) aux caisses de l’État. Ce montant a donc été remboursé au gouvernement. ,

   .. José Pedro de Morais Júnior …

il est clair que ce dirigeant a détourné des millions et des millions de $$ dollars en tant que dirigeant.

Selon les données du portail, José Pedro de Morais est jusqu’à présent identifié comme le « meilleur » collaborateur des autorités angolaises, retournant aux caisses de l’Etat le montant de 60 millions $$ de dollars américains;

tout a à voir avec le processus de rapatriement mis en place par le président João Lourenço au début de sa gouvernance, en tenant ce qu’il avait promis lors de la campagne électorale: « Réparer ce qui ne va pas et améliorer ce qui est bien ».

Selon la source, au moment où le président de la République, João Lourenço, a encouragé les citoyens nationaux à rapatrier volontairement leurs fonds déposés auprès de banques étrangères, sous peine de leur récupération obligatoire par l’État, ainsi que des poursuites judiciaires qui en ont résulté,

L’ancien ministre des Finances se serait tenu en première ligne, exprimant sa volonté d’accepter « l’offre », en échange d’un pardon présidentiel.

Pedro de Morais Júnior est généralement cité comme ayant des actifs dans les deux milliards de dollars, acquis au moment du règne de José Eduardo dos Santos.

Ses intérêts incluent les banques (ex-BANC, BNI, Banco Keve et à l’étranger), les compagnies d’assurance (Global Seguros), les jeux de loto (FININGEST) et les casinos. Contrôles de fermes dans le réseau scolaire Cuanza Sul, les hôtels, etc.

Ses intérêts se sont également croisés avec Coca-Cola Bottling, Luanda.

COMMENT PGR A COMMENCÉ À NOTIFIER DES DOMMAGES PRÉVUS

Après que José Eduardo dos Santos ait passé la présidence au général João Manuel Gonçalves Lourenço et constitué son gouvernement, le chef de l’Etat a chargé ses collaborateurs directs de faire respecter la loi, affirmant que «personne n’est si puissant qu’il ne peut être jugé et personne n’est si pauvre qu’on ne peut pas les protéger », a-t-il déclaré.

C’est ainsi que débutèrent les contestations d’anciens membres du régime.

En 2018, José Pedro de Morais Júnior, ancien ministre et ancien gouverneur de la BNA, était confronté au Service national de récupération des avoirs (SNRA), dirigé par l’avocat Eduarda Rodrigues qui l’avait invité. restituer 50 millions $$ de dollars aux coffres de l’Etat.

Non seulement Pedro de Morais a répondu à l’appel, mais il a volontairement décidé de donner 10 millions de dollars supplémentaires à 60 millions de dollars américains.

AFFAIRE FEDSA: JEAN CLAUDE

Selon le site Internet cité par Hora H, plusieurs juristes ont attiré l’attention, fin juillet, sur le fait que la lutte contre la corruption menée par le gouvernement de João Lourenço est une source de richesse, étant donné que certains bénéficiaient du retrait des charges (exemple de Jean Claude Bastos de Morais) en échange du retour des valeurs, alors que d’autres, comme Augusto Tomás,

sont passibles de lourdes peines, même sans le tribunal, et ont pu, selon sa défense, prouver qu’il a utilisé les fonds de la CNC à des fins personnelles.

Le juriste et universitaire portugais Rui Verde a récemment attiré l’attention sur le phénomène de lutte contre la corruption qui s’est produit au Brésil.

  .. Jean Claude et .. João Lourenço …

Il a été surpris par la découverte que des juges utilisaient la justice pour commettre des actes arbitraires.

«Combattre la corruption par pure volonté, outrepasser la loi ou baser ses actions sur des opinions plutôt que sur des règles produit toujours de mauvais résultats.

Voyez la controverse dans laquelle l’ancien juge Sérgio Moro est impliqué au Brésil, en raison de son rôle obscur dans la conduite de l’opération Lava-Jato.

Cette opération était nécessaire et fondamentale pour le Brésil, mais risquait de tomber dans le ridicule en raison d’incidents juridiques apparents. commis par le juge, la même chose peut arriver en Angola », lit-on

Analyse de Rui Verde, publiée dans Maka Angola.

 

LE CAS CNC : TOMAS REFUS DE LIVRER 40 MILLIONS

Au même moment, le Service national de récupération des avoirs (SNRA) avait également convoqué à l’époque l’ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, à qui il avait été demandé de restituer la somme de 40 millions $$ de dollars américains.

L’ancien titulaire de Transport a affirmé ne pas disposer de ces valeurs et a finalement poursuivi en justice en raison de prétendues irrégularités dans la gestion du Conseil national des chargeurs (CNC), ce qui lui a valu d’être arrêté et condamné à 14 ans de prison.

Ana Paula dos Santos, ancienne première dame, séparée de José Eduardo dos Santos, également bénéficiaire du CNC (Conseil national des chargeurs), a été contrainte de restituer plus de 15 millions de dollars qui avaient été transférés indûment à l’un des ses comptes bancaires: Son nom a été supprimé du processus.

Le président de la FESA, Ismael Diogo, revient également

a vu 25 millions de dollars en octobre 2018 après avoir été arrêté et libéré sous caution. Dans le scandale du CNC, la société GEFI, la société de portefeuille de MPLA, qui avait reçu des fonds pour la campagne électorale, a également été laissée de côté.

Joaquim Sebastião, ancien directeur de l’Institut national des routes d’Angola (INEA), a cédé à l’État, une partie de ses avoirs après six mois d’emprisonnement. Ses comptes bancaires ont également été gelés. Le Service national de récupération des avoirs (SNRA) vous a quitté

avec un appartement et l’équivalent de 5 millions de dollars pour le cancer de la prostate et d’autres dépenses personnelles telles que payer un constructeur portugais qui a construit une villa de luxe à Talatona pour 30 millions de dollars. C’est-à-dire que vous devrez compléter

la mise à disposition de la villa de luxe confisquée par l’Etat. Ses anciens collègues d‘INEA, également impliqués dans le même processus, ont négocié la restitution des avoirs et des valeurs pécuniaires et de possibles troubles judiciaires en échange de la liberté .

 jornalhorah –

Outubro 10, 2019

VIDEO…. VIDEO…. VIDEO…. VIDEO….

Mise en forme : Jinga Davixa

Correctifs à venir

Partagez cet article

 

MASSACRES : LISBONNE PRÉOCCUPÉ PAR LA BIRMANIE,… MAIS POUR L’ANGOLA ?… À « CU DE JUDAS »

FAMINE : .. Si Cunene est L’Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

DOS SANTOS : .. O “Cabritismo” uni-pessaol …

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars, digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

CABRITISMO : Operação Lava-Jato …

SOS ANGOLA : Sobrevivência em risco …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

MIREX : Miguel Catraio nega estar na lista negra dos Estados Unidos … (video ..)..

LAVA JATO : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

LAVA JATO : Estados Unidos pedem cabeças do regime …

ANGOLA : Quase 700 crianças violadas no pais …

Pas moins de 30 personnes mortes de malnutrition dans la province de Moxico

KLEPTO-MANIA : SIC notifica empresa ligada a LOPO DO NASCIMENTO …

« Nando » essaie d’entrer aux États-Unis…

BNA : .. GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

CABRITO-ESCRITORIO : denúncia Escritório de advogado de Rui Ferreira assessora Zenú dos Santos…

MPLA : A Quand la lutte contre la corruption ?.. Mais sérieusement ?..

ANGOLA : Droit à la Santé et Crimes contre l’humanité …

ANGOLA : .. Se soigner, est un luxe !..

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

DOS SANTOS : .. O « Cabritismo » uni-pessaol …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

Après plus de quatre décennies de silence officiel, les sales secrets de l’Angola sont balayés sous le tapis.

Des reportages officiels sanctionnant des cas spécifiques de corruption dans les hauts lieux se sont multipliés en quelques mois. Les personnes autrefois considérées comme intouchables sont sous enquête ou font déjà l’objet d’accusations criminelles.

José Filomeno dos Santos (Zenú) et son associé Jean-Claude Bastos de Morais ont été accusés d’avoir détourné 500 millions $$ de dollars américains du Fonds souverain angolais de 5 milliards de dollars américains. Le sort du reste du fonds reste à déterminer.

.  . Crimes présidentiels …

La sœur aînée de Zenú, Isabel dos Santos, aurait construit un empire commercial d’un milliard de dollars

basé sur le népotisme et les «prêts» d’argent public qui n’ont jamais été remboursés.

Les preuves qui émergent actuellement confirment la corruption endémique que Maka Angola a signalée depuis des années.

Il y a bien sûr un dénominateur commun dans les scandales impliquant Zenú, Isabel et tant d’autres: leur père, José Eduardo dos Santos, qui a quitté son poste de président de l’Angola l’année dernière.

« Qui d’autre aurait pu faciliter, organiser, autoriser ou autoriser une corruption politique aussi répandue que le  » capo di tutti capi « ?

Pourtant, chaque fois que le nom de l’ancien Président est mentionné à propos de ces crimes contre l’État, les Angolais haussent les épaules et disent que rien ne peut être fait parce qu’il a obtenu l’immunité de poursuites pendant au moins cinq ans.

 

Pas si …

Immunité de la procédure

La Constitution angolaise exclut expressément la corruption et les autres crimes graves de l’immunité générale accordée au Président.

L’article 127 sur la responsabilité pénale stipule:

« 1. Le Président de la République ne peut être tenu pour responsable des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions, sauf en cas de corruption, de trahison et des crimes définis dans la présente Constitution comme imprescriptibles et inéligibles à l’amnistie.

2. La condamnation doit entraîner la destitution et l’interdiction d’être candidat à un autre mandat.

3. Pour les crimes non commis pendant l’exercice de ses fonctions, le Président de la République doit répondre devant la Cour suprême cinq ans après la fin de son mandat. »

Les articles 1 et 3 de l’article 127 établissent une distinction claire entre les crimes commis dans l’exercice des fonctions présidentielles

et les crimes qui ne sont pas liés à ses fonctions officielles. Par conséquent, il existe des procédures distinctes (et un traitement de l’immunité) pour ces différentes circonstances.

 LA RÈGLE DES CINQ ANS

Tout d’abord, examinons l’article 3 et le délai de cinq ans, règle qui ne s’applique qu’aux crimes commis par le Président en dehors de ses fonctions officielles.

Prenons un exemple hypothétique: un beau dimanche matin, le président en exercice décide de profiter de son temps libre pour conduire son véhicule privé vers l’océan où il a l’intention de nager.

En chemin, alors qu’il conduisait à une vitesse excessive, il entre en collision avec un piéton tué. Ses actions peuvent donner lieu à des accusations d’homicide, de négligence criminelle ou de conduite dangereuse, qui n’ont rien à voir avec l’occupation du conducteur.

Si un crime a été commis, ce n’est pas dans l’exercice de ses fonctions présidentielles.

Dans ce cas, l’article 127, paragraphe 3, s’applique. C’est-à-dire que le président de la République ne peut être jugé que pour ces infractions cinq ans après la fin de son mandat et par la Cour suprême. Le moratoire de cinq ans ne s’applique que dans ce type de situation.

.. Crimes présidentiels …

CRIMES PRÉSIDENTIELS

Alors, que se passe-t-il si le président commet un crime alors qu’il s’acquitte de ses fonctions officielles ? Cela dépend du crime. Il jouit de l’immunité de poursuites pour tous les crimes moins graves. Seuls les crimes graves, tels qu’identifiés à l’article 127 (1) de la Constitution – tels que la corruption, la trahison et autres – sont exclus.

Les définitions juridiques de la corruption politique prennent généralement quatre formes:

1) Pots-de-vin et paiements – L’acte de donner (ou de solliciter) de l’argent, des biens ou des services en échange pour un traitement favorable.

2) Détournement de fonds – lorsqu’un fonctionnaire détourne des fonds appartenant à autrui  pour son propre bénéfice, par exemple l’utilisation sans scrupule et illégale de l’autorité politique à des fins personnelles, lorsque des fonds destinés à des projets publics sont intentionnellement mal acheminés afin de maximiser les avantages pour les intérêts illégalement privés des individus corrompus et de leurs copains.

3) Chantage et extorsion – Lorsqu’un fonctionnaire utilise son pouvoir et son influence pour menacer ou contraindre une autre personne à se comporter d’une certaine manière ou menace de révéler des informations embarrassantes ou incriminantes sur quelqu’un afin de contraindre cette personne à coopérer avec eux.

4) Traitement préférentiel – Lorsqu’un fonctionnaire laisse les nominations être influencées par facteurs inappropriés ou illégaux. Un type de traitement préférentiel est le népotisme: la pratique consistant à donner des rendez-vous aux membres de la famille, plutôt que de baser les nominations sur les qualifications réelles des personnes nommées.

Un autre type de traitement préférentiel, appelé patronage, se produit lorsqu’un fonctionnaire prend des rendez-vous en échange de votes, de gains ou d’autres avantages. Les crimes dont les enfants de Dos Santos sont accusés et dans lesquels l’ancien Président peut être impliqué par les éléments de preuve peuvent s’inscrire dans le cadre de l’article 127 (1).

.. Toutefois .. Dos Santos n’est plus le président en exercice,.. aucune amnistie ou prescription n’est appliquée

C’est-à-dire qu’elles relèvent des définitions de la corruption politique, l’un des crimes graves pour lesquels l’immunité est exclue, permettant ainsi l’ouverture d’une enquête et de poursuites pénales.

 

DANS OU HORS BUREAU

Instituer une procédure pénale contre un président en exercice est complexe. L’article 129 de la Constitution énonce les procédures à suivre par l’Assemblée nationale et la Cour suprême, qui pourraient aboutir à la destitution du Président.

Toutefois, Dos Santos n’est plus le président en exercice de l’Angola et, par conséquent, les crimes graves commis dans l’exercice de ses fonctions officielles ne sont plus soumis à l’article 129 de la Constitution. Il ne peut être destitué ni licencié de la présidence, et aucune amnistie ou prescription n’est appliquée.

En tant qu’ancien président, ses actions pendant son mandat sont régies par les articles 133, 135 et 150 de la Constitution angolaise. L’article 133, paragraphe 1, concernant les anciens présidents de la République, cède la place à l’article 135, paragraphe 3,

concernant les membres du Conseil de la République, qui nous renvoie à l’article 150, qui concerne l’immunité des ressortissants angolais membres de l’ assemblée ou parlement.

Cela a pour effet d’appliquer les règles d’immunité protégeant les membres du parlement aux anciens présidents.

L’article 150 (3) stipule comment cette immunité peut être levée :

.. statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité ?..

“3. Une fois que des poursuites pénales ont été engagées contre un député et qu’elles ont été accusées par acte d’accusation ou équivalent,

à moins qu’elles ne soient flagrantes en flagrant délit, une séance plénière de l’Assemblée nationale doit statuer sur la suspension du membre et la levée de l’immunité. pour permettre la poursuite de l’affaire. « 

Cela signifie que si les autorités judiciaires estiment qu’il existe suffisamment de preuves matérielles pour justifier une enquête, elles peuvent ouvrir une affaire, mener une enquête et inculper tout député, même un ancien président, pour des accusations criminelles.

Ce n’est qu’à ce stade que l’Assemblée nationale est tenue de statuer sur la suspension de l’immunité et le renvoi à la Cour suprême, permettant ainsi à l’affaire d’être jugée.

On ne saurait trop insister sur le fait que le droit angolais, dans sa forme actuelle, n’empêche pas les autorités judiciaires d’enquêter ou de poursuivre un ancien président pour des crimes graves.

Par conséquent, s’il existe des preuves matérielles d’un comportement criminel grave de la part de José Eduardo dos Santos lorsqu’il exerçait les fonctions de président,

rien n’empêche les autorités judiciaires d’ordonner une enquête approfondie.

 .. Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption ?..

C’est en fait leur devoir.

Si l’enquête aboutit à des preuves suffisantes pour porter des accusations, alors les preuves et les actes d’accusation doivent être présentés à l’Assemblée nationale afin de décider (ou non) d’annuler l’immunité et de renvoyer l’affaire à la Cour suprême.

CONCLUSION

En résumé, les autorités judiciaires sont libres d’enquêter sur les actes d’anciens présidents dans l’exercice de leurs fonctions officielles et de tirer des conclusions sur le point de savoir si de tels actes pourraient être considérés comme des crimes graves au sens de la Constitution.

S’ils le concluent, ils doivent alors présenter un acte d’accusation et le présenter à l’Assemblée nationale pour décider de poursuivre ou non l’ancien président.

La règle des cinq ans ne s’applique pas aux actes accomplis dans l’exercice de fonctions présidentielles, mais uniquement à des actions privées.

.. des preuves suffisantes pour porter des accusations ?..

Si l’Angola est sérieux au sujet de la lutte contre la corruption et de la récupération des milliards $ volés, il convient que l’action de l’ancien président fasse l’objet d’une enquête.

Si cela devait aboutir à un acte d’accusation, il appartiendrait à l’Assemblée nationale de décider s’il y a lieu de lever l’immunité et de l’emmener en justice.

Ce serait une décision politique et ils évalueraient sans aucun doute leur jugement dans l’intérêt de la paix et de la réconciliation nationale, comme c’est leur droit souverain.

Quel que soit le résultat, au moins la nation apprendrait la vérité …

 .. Si l’Angola est sérieux …

Par : Paulo Zua

le 06 Août 2018

Traduction de l’anglais en français : jinga Davixa

 

Partager cet article

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

Le temps des adieux…camarade Président !

LAVA JATO : Negócio de USD 300 milhões $$,.. embaraça Juiz do Supremo : “.. Agi como facilitador” …

LAVA JATO : .. ” Tenho duvidas,.. que O presidente tera,.. coragem de exigir,.. O rapatriamento de capitais, a governantes “

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

ANGOLA : Une Banque Centrale,.. un pillage de 500 millions de $$ dollars et digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. mis en échec par un caissier de la HSBC…

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

LAVA JATO : Zenú e Pontes,.. usaram EMPRESA FANTASMA,.. para comprar Banco …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

ANGOLA : Paix et réconciliation nationale, 16 années plus tard,.. une kleptocratie dégoûtante… – par José Marcos Mavungo

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : « João Lourenço devra envoyer la moitié du MPLA en prison… pour réellement mettre fin à la corruption », a déclaré Rafael Marques.

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

KLEPTOCRATIE : Proposition d’ un nouveau Cadre Juridique, contre la Corruption en Angola … – par Rui Verde

ANGOLA : Le Combat des Crimes de Corruption,.. exige une nouvelle Loi …

LAVA JATO : Jornal inglês revela, que Isabel dos Santos é proprietária de uma mansão de 15 milhões de $$ dólares em Londres …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

KLEPTOCRATIE : Jean-Claude en passe de regagner la Suisse …

CABRITISMO : José Eduardo dos Santos a contas com a justiçia …

ESCROQUERIE : .. ET DIRE QUE J.E.S ?.. N’EST TOUJOURS PAS INCULPÉ ?..

LAVA JATO : Americanos atacam a Corrupção em Moçambique . E ANGOLA ??..

ANGOLA : Ces « Messieurs », seraient déjà démis de leurs fonctions, et arrêtés ! (dans certains pays occidentaux… ) – II

NOTA FÚNEBRE PELA MORTE DO ACTIVISTA JOSÉ PATROCÍNIO …

PRÉSIDENT : Il faut demander des comptes au (x) KLEPTOCRATE (S) …

ANGOLA : Comunismo, Népotismo, e….Cabritismo !…

RUI VERDE : Banco Mais,.. Banco Postal e .. Muro de Lamentações …

SINDIKA DOKOLO : .. O… »Oligarq-ismo » .. « Colecionar-ismo »,.. e… e.. « Cabrit-ismo » ?..

LAVA JATO : E.U.A notificou Angola porque banco BIC realizou transações,.. há organização de Terrorismo …

KLEPTOCRATIE : un (une) « kleptocrate »  ne peut être promu(e) … Ni ministre, ni dirigeant(e),..  ni xxx..x.. et … ni Vice-xxx..x…..

Gráficas sabotam jornais críticos do governo angolano, diz propietário do Hora H …

CORRUPCÃO : ..Vamos à manifestacao no largo da independencia sabado dia 6 de julho 2019 …

ANGOLA : Une Banque Centrale, un pillage de 500 millions de $$ dollars et digne de… «Ocean’s Eleven» – -du genre intriguant,.. déjoué par un caissier de la HSBC…

Il pourrait s’agir du plus grand vol qu’un seul modeste caissier de banque n’ait jamais entravé de son histoire. Non seulement le système de la banque du guichetier et les échelons supérieurs de HSBC Holdings PLC n’ont pas réussi à détecter un transfert frauduleux d’un demi-milliard de dollars $$ , mais il est apparu tout à fait légitime, même « le code de message Swift de la banque centrale indiquait – à tort – L’argent était destiné aux transactions intra- banques avec HSBC « , selon une enquête électrisante menée par le Wall Street Journal sur ce stratagème qui se lit comme un thriller à Hollywood

En septembre 2017, un comptable est entré dans une succursale HSBC de la banlieue londonienne et a demandé un transfert de 2 millions de dollars $$  sur son compte au Japon.

Lorsque la caissière a ouvert le compte et constaté un solde de 500 millions de dollars $$ , elle a pensé que quelque chose semblait ne pas aller et a dit à l’homme qu’elle n’était pas en mesure d’effectuer le transfert.

Après avoir informé ses supérieurs, HSBC a rapidement appris que 3 semaines auparavant, des représentants de la banque centrale angolaise avaient transféré 500 millions de dollars $$ des réserves de la nation africaine à une petite société de comptabilité londonienne tenue dans un minuscule bureau coincé entre un café et un barbier. dans un quartier de Londres.

Le siège emblématique de la banque centrale de ce pays d’Afrique australe

Cela marquerait le début des autorités britanniques, européennes et angolaises, pour mettre au jour un plan complexe couvrant plusieurs continents, impliquant un groupe de personnages étranges, dévoilant une longue liste de documents contenant de faux documents bancaires et entraînant scandaleusement l’ancien président angolais.

Le Wall Street Journal l’a justement décrite comme impliquant une troupe de personnages du style «Ocean’s Eleven» dans un rapport de plongée saisissant et captivant cette semaine sur la façon dont tout cela s’est passé.

Le rapport WSJ résume le résultat de l’enquête comme suit:

Les autorités angolaises allèguent désormais que le transfert de 500 millions de dollars était illégal et s’inscrivait dans un complot compliqué visant à escroquer le pays d’Afrique australe au cours des dernières semaines du règne de 38 ans du président José Eduardo dos Santos. Si les procureurs angolais ont raison, le caissier de HSBC avait contribué à contrecarrer l’une des plus grosses tentatives de cambriolage de banques.

Le complot impliquait un groupe d’individus entourant l’ancien président José Eduardo dos Santos, qui, à la fin de ses 38 années de présidence de l’Angola, pourrait avoir joué un rôle dans la fraude des réserves nationales du pays. Le fils du président dos Santos, l’ancien gouverneur de la banque centrale, ont été confirmés dans le cadre du complot qui visait à siphonner d’énormes frais et des liquidités de la banque nationale sous prétexte de créer un fonds d’investissement de 35 milliards de $$ dollars.

Bien que la HSBC ait rendu la majeure partie du demi-milliard de dollars à l’Angola, 4 hommes soupçonnés de faire partie du complot sont poursuivis en justice pour 25 millions € d’euros restants, que la banque centrale a versés pour la création du fonds de plusieurs milliards de dollars, dont un Brésilien basé à Tokyo et un ingénieur agricole néerlandais, ainsi que le comptable basé à Londres qui a tenté d’accéder aux fonds frauduleux.

WSJ: Le ministre angolais des finances, Archer Mangueira (rangée inférieure du centre), a ouvert une enquête. José Filomeno dos Santos, le fils de l’ancien président angolais (rangée du centre du haut), fait face à des accusations criminelles.

Le rapport du WSJ compare l’intrigue bizarre à un « système de s’enrichir rapidement », dans lequel les investisseurs sont offerts trop beaux pour être véritablement massifs:

Les avocats angolais ont déclaré que le pays avait peut-être été victime d’un stratagème visant à devenir riche rapidement, généralement utilisé pour escroquer des particuliers ou des sociétés et non des États souverains. On dit aux investisseurs qu’ils peuvent faire d’énormes rendements sur un marché privé sous forme de «garanties bancaires». Ce marché n’existe pas, et le Département du Trésor américain et la Securities and Exchange Commission ont prévenu que de telles offres étaient toujours frauduleuses.

Le régime a commencé quand « une lettre«  confidentielle  » est arrivée au ministère des Finances angolais pour le président de l’époque, dos Santos, âgé de 76 ans, qui se préparait à se retirer après les élections du mois d’août.

L’Angola était sous le choc d’une inflation à deux chiffres et de sa monnaie avait plongé depuis la chute du pétrole en 2014.

« La lettre, portant le logo de BNP Paribas SA et la signature du président de la banque française, a été reçue par des responsables angolais. La lettre, authentique et infructueuse, a fait une proposition convaincante. BNP Paribas et d’autres banques européennes aideraient l’Angola à créer un 35 milliards de $$ dollars de fonds, refinancer la dette et obtenir des devises fortes pour les importations. « 

Sauf que la lettre, le logo et la signature étaient tous complètement faux, car après une enquête, BNP Paribas a affirmé qu’ils étaient tous contrefaits. Mais il semble qu’une fois que les responsables angolais ont accepté d’entendre un discours en personne, ils ont été entraînés plus avant dans le fonds d’investissement proposé pour « aider à la diversification de l’économie angolaise », qui serait géré par une « société de fiducie qualifiée » à Londres.

Selon le rapport:

Dans un hôtel en bord de mer, M. Onderwater, l’ingénieur néerlandais, et M. Pontes ont présenté des diapositives relatives à un nouveau fonds destiné à aider à la diversification de l’économie angolaise, qui serait géré selon des extraits de la présentation faite au Royaume-Uni par des documents judiciaires. Des banques listées sur la diapositive soutiendraient le projet, y compris la Banque centrale européenne.

Un demi milliard de dollars $$ des réserves angolaises seraient ensuite transférés à une société écran créée par le bureau de la comptabilité de Londres, illustré ci-dessous.

Photo WSJ: L’Angola a envoyé 500 millions de dollars à une entreprise enregistrée auprès du bureau de ce comptable dans un quartier de la banlieue de  londres.

Selon le WSJ, 2 des escrocs, en cours de procès civil devant les tribunaux britanniques, ont immédiatement commencé à percevoir des sommes énormes sous forme de frais convenus, afin de « gérer » le fonds:

Néanmoins, en juillet dernier, le gouverneur de la banque centrale, Valter Filipe da Silva, a signé un accord avec M. Pontes pour la création du fonds.

Le même mois, la banque centrale a commencé à virer 24,85 millions d’euros (28,9 millions de dollars) de son compte Commerzbank AG à Francfort sur un compte de M. Pontes à la Banco Comercial Português SA à Lisbonne, moyennant le paiement de frais dus en vertu de cet accord, indique la cour britannique.

Onderwater a reçu 5 millions d’euros de cet argent et en a utilisé pour acheter une propriété à Lisbonne et dans la région rurale du Devon, en Angleterre, ont découvert des enquêteurs du ministère des Finances angolais.

Et des frais supplémentaires ont été transférés au Japon pour être perçus par le participant brésilien au régime:

   M. Pontes 

Un autre montant de 2,4 millions d’euros € a été attribué à une société de Tokyo appelée Bar Trading, dirigée par un autre participant présumé au plan, le Brésilien Samuel Barbosa da Cunha, âgé de 51 ans. Selon le témoignage de M. Pontes, son rôle consistait à « gérer » les 500 millions de dollars $$ d’amorçage alloués au nouveau fonds par l’Angola, en charge de l’obtention des « garanties bancaires » et des instruments financiers censés transformer 35 milliards de dollars $$ de l’argent du pays. et autres dépôts dans la cour britannique.

Outre le nombre de personnages colorés et le nombre de pays couverts par le système de fraude élaboré, l’autre élément le plus intéressant de l’histoire concerne la manière dont le transfert initial de 500 millions de dollars $$ a été négligé.

Le rapport WSJ décrit:

Le code de message Swift de la banque centrale indiquait – de manière inexacteque l’argent était destiné à des transactions intra-banques avec HSBC plutôt qu’à un client de HSBC, selon des documents bancaires examinés par le Journal.

HSBC a remarqué la divergence plus tard, lorsqu’elle a commencé à analyser le transfert.

Une fois que les 500 millions de dollars $se trouvaient dans le compte de Perfectbit, le comptable a désigné M. Barbosa et un associé du groupe. Le comptable, Bhishamdayal Dindyal, a continué à signer le pouvoir sur le compte HSBC.

Dans les semaines qui ont suivi le transfert de fonds de la banque centrale angolaise, le comptable et ses partenaires du système ont visité diverses succursales de HSBC pour tenter d’accéder à la trésorerie, ce qui a été infructueux selon les dossiers judiciaires.

Et c’est à ce moment-là: « Après que le caissier d’alerte de la succursale de la banlieue de

Londres eut déposé un rapport sur cet énorme solde $$, HSBC avait suspendu le compte pour examen. »

Ainsi, un simple échange en face-à-face de caissier de banque au guichet d’une succursale HSBC suburbaine au hasard a finalement révélé un complot international visant à escroquer un pays africain à hauteur d’un demi-milliard de dollars $$ .

par :Tyler Durden

Vendredi 10/05/2018 – 16:55

Traduction de l’anglais en français : jinga Davixa

E_mail : contact@franceangola.com

 

ESCROQUERIE : .. ET DIRE QUE J.E.S ?.. N’EST TOUJOURS PAS INCULPÉ ?..

CABRITO-FUNDO : O Juiz Presidente Rui Ferreira e a conspiracão ?.. do … “Cabritismo” ?..

CABRITISMO : « ceux qui protègent Sobrinho vont vite déchanter !.. »

ZENU : O “Cabritismo” ?.. num “musseque” de Londres ?..

ANGOLA : un banquier proche du pouvoir a pillé 600 millions $$ de dollars …

MILUCHA : Não vou trabalhar num governo… onde “o Cabrito” come, …onde está amarrado… – Luísa Abrantes –

CABRITO-ESCRITORIO : denúncia Escritório de advogado de Rui Ferreira assessora Zenú dos Santos…

CABRITO-CONCESSÃO : para uma compensação ??.. por prejuízo ??…xx.. em bilhões.. de $$..

KLEPTOCRATIE : José de Lima Massano,.. L’actuel gouverneur de la Banque nationale d’Angola (BNA),.. complice du pillage et du saque,.. de la B.E.S.A,.. (entre autres…)… (« Cabritsmo ?.. »)…

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

BANCO -“CABRITISMO” ?.. : PCA do Banco Prestígio ouvido pela PGR…

BESA : LE GOUVERNEUR MASSANO ET,.. LES PERTES « BOMBASTIQUES »,.. DE LA BNA.

TRUANDERIE : JES est la « Clé de voûte » … pour la fin du processus d’arnaque… des 500 millions de dollars $…

KLEPTOCRATIE : Comment ces Messieurs au pouvoir en Angola,.. ont-ils pu détourner des milliards €€ d’euros vers le Portugal ?..

JES : Le parrain de la corruption,.. doit aussi être entendu par la justice…

Contact

 

LA « CONSPIRATION DES JUGES » : Urgence en Angola, de créér une Commission Présidentielle.. Anti-Corruption…

Tout était prêt…

Rui Ferreira, président de la Cour suprême, et Joel Leonardo, juge président de la Chambre des crimes de la cour du même tribunal, disposaient déjà des justifications légales et de l’ordonnance de mise en liberté :

  …Rui Ferreira, président de la Cour suprême  pur complot politique des juges ?..  complot politique des juges ?..

Zenú devait être libéré jeudi 4 octobre . C’est par une banalité que la libération du fils de l’ancien président de la République n’a pas eu lieu.

Dans cette tentative de mettre fin à la détention provisoire de José Filomeno dos Santos, aucune décision judiciaire n’a été prise en faveur de la libération,

    ..pur complot politique des juges ?..

**-* il s’agissait d’un pur complot politique des juges, en dessous de la robe.

**-* Pas étonnant qu’il y ait des juges impliqués dans les vestiges et les tentatives de sauver l’ancien régime. La même chose s’est produite après la Révolution française de 1789.

    .. des juges impliqués ?..

L’attitude des juges face aux désirs de liberté, d’égalité et de fraternité était si contre-révolutionnaire que les nouveaux pouvoirs devaient interdire, sous peine d’arrestation, aux juges de s’ingérer dans les nouvelles lois et les activités de l’administration publique elle-même. 

**-* Récemment, après la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’un des motifs qui a poussé le célèbre juriste Hans Kelsen à défendre la création d’une Cour constitutionnelle différente de celle des tribunaux ordinaires de la nouvelle République autrichienne isue de Empire austro-hongrois, était la réaction anti-républicaine par les juges ordinaires.

En Angola, où des institutions pérennes et partageant des valeurs, mais uniquement des réseaux d’intérêts et de clientélisme, n’ont pas encore été créées

  ..dettes de fidélité envers José Eduardo dos Santos ?..

il est facile de voir qu’une partie du pouvoir judiciairenommée et nourrie à l’époque de José Eduardo dos Santos – aura tendance à résister. toute réforme efficace de la société.

De nombreux juges sont les premiers à enfreindre la loi, leurs intérêts commerciaux étant disséminés dans tout le pays. D’autres auront des dettes de fidélité envers José Eduardo dos Santos ou ses collaborateurs.

Il n’est donc pas surprenant que les initiatives de lutte contre la corruption s’effondrent progressivement sous l’action d’un pouvoir judiciaire créé et promu par José Eduardo dos Santos.

En fait, en Angola, plus encore qu’en Afrique du Sud le concept a été développé -, il y avait une « capture d’Etat » complète par des intérêts corrompus.

Pour démanteler cette prise, il faudra utiliser des instruments innovants. Encadré dans la Constitution et la primauté du droit, mais novateur et convaincant.

La création de la Commission présidentielle anti-corruption

Un premier aspect à considérer est la centralisation et la mise en œuvre de la lutte contre la corruption par le biais d’un organe parajudiciaire axé sur le thème.

 ..commission présidentielle anti-corruption…

**-* Cet organe devrait être une commission présidentielle anti-corruption composée de personnes non engagées dans le passé. C’est-à-dire sans recycler les individus engagés dans des pratiques corrompues, comme cela s’est produit dans diverses situations. La perspective fragmentée des processus, dans laquelle on saute de l’un à l’autre sans embrasser la réalité sous-jacente, serait également abandonnée.

Par conséquent, le mandat de la Commission consisterait en une enquête sur les situations dans lesquelles la capture de l’État par de grands intérêts corrompus aurait eu lieu, déterminant qui, où et comment il a été capturé.

Afin de mener à bien cette enquête, la Commission se verrait attribuer des pouvoirs conformément au Code de procédure pénale et à la loi sur les mesures de précaution.

..Rui Ferreira & Joao Lourenço …

**-* Ces pouvoirs concerneraient les enquêtes, l’application de mesures de contrainte et le recouvrement d’avoirs, ainsi que la production d’accusations pénales définitives, qui seraient du ressort des tribunaux.

   ..Ancien régime : fifty / Fifty ?..

Par conséquent, la lutte contre la corruption serait unifiée au sein d’une structure spécifique dotée d’un budget, d’experts et de compétences spécialisées suffisants. Cette structure viserait à englober le phénomène de la corruption en tant que cause ayant conduit à la dissolution de l’État, en trouvant les coupables, en les traduisant en justice et en recouvrant les avoirs. 

La réforme du pouvoir judiciaire

Dans le même temps, une profonde réforme du système judiciaire commencerait, qui commencerait par renforcer l’impartialité et l’indépendance des juges.

Tous ceux qui avaient des intérêts commerciaux, directs ou indirects, seraient supprimés. Une nouvelle génération de juges non attachés aux pratiques de l’ancien régime serait promue. Le fonctionnement des tribunaux serait simplifié et rendu plus transparent.

Conclusions

La création d’une commission présidentielle anti-corruption et la réforme du système judiciaire sont des mesures structurelles qui permettront de poursuivre efficacement la lutte contre la corruption et de changer le paradigme juridique de l’impunité et de la fidélité politique.

..aucune institution solide ?..

Récemment, l’ancien ministre des Finances sud-africain, Pravin Gordhan, a déclaré lors d’une conférence organisée à l’Université d’Oxford sur la « capture d’État » corrompue dans ce pays qu’il avait fallu 10 ans pour construire institutions, mais un an a suffi pour les détruire.

Le problème de l’Angola est plus grave. Au cours des 38 dernières années, aucune institution solide n’a été construite. Ce n’est que maintenant que vous pouvez commencer à penser à le faire.

Pour cela, nous devons commencer un long chemin avec détermination et concentration sur l’essentiel, sinon il sera embourbé dans les lamas du passé et tout ne sera pas passé du bref rêve d’une nuit d’été …

Par : Rui Verde

 08 octobre 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

OBJECTIF- CABRITISMO : La Sté privée IMEXCO … payait des salaires mensuels au Procureur Général de la République. (João Maria de Sousa !..)

BASTOS-PAPERS : une prison  » RITZ-HOTEL » … pour Jean-Claude Bastos de Morais …

ANGOLA : Ces « Messieurs », seraient déjà démis de leurs fonctions, et arrêtés ! (dans certains pays occidentaux) – II

ANGOLA : GARANTIA SEGUROS S.A ET CONSTRUTEL,.. L’UBIQUITÉ EXTRA-ORDINAIRE DE JOÃO MARIA DE SOUSA ET C.i.e

ANGOLA : Juges de la Cour Constitutionnelle, et suspectés d’ exercer la profession d’avocat !.. (en catimini ?..)

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?… ne pas se soucier, des preuves rassemblées !..

BANCO-CABRISTIGIO : Tchizé dos Santos “justifica origem”… de fundos para criação de banco…

JOÃO-LOURENÇO … ET LE PROTOCOLE DE MALABO … ALORS ??.

La Mafia au « poleiro » (MPLA), l’unique organisation criminelle, véritable, que connait l’Angola.

CABRITTA 2018 : Vamos viver oportunidades em Angola,..para se afastar definitivamente,.. da brutal opressão do “Cabritismo” !..

RÉPRESSION : un opposant dénonce en angola,.. des méthodes qui rappellent l’apartheid…

ANGOLA : « Il peut y avoir pardon,.. mais l’argent expatrié doit être restitué à l’Etat, sans conditions » – Pr. Fernando Macedo –

S.O.S : uma Angola livrada do “cabritismo” ?.. para uma nova vida ?….. é possível ?…

CABRITO-HIGINIO : É iminente à possiblidade de Higino Carneiro, ser aconchegado pela PGR ?..

CABRITO-FUNDO : O Juiz Presidente Rui Ferreira e a conspiracão ?.. do … “Cabritismo” ?..

FAA : Fortes tensions au sein des Forces Armées Angolaises – Rafael Marques de Morais

ANGOLA : Campagne d’intolérance politique contre… Rui Ferreira,.. Président de la Cour suprême d’ Angola…

BNA : …GOUVERNEUR MASSANO ?.. LA DÉMISSION… C’ EST MAINTENANT ?..

BASTOS-PAPERS : une prison  » RITZ-HOTEL » … pour Jean-Claude Bastos de Morais …

 

Jean-Claude Bastos de Morais, ami et maître en truanderie de José Filomeno dos Santos (Zenú), directeur du Fonds souverain, était célèbre pour avoir collecté plus de 700 millions $$ de dollars en frais et commissions … pour investir plus de la moitié des 5 milliards $$ de dollars dans leurs entreprises fantômes.

En d’autres termes, le gestionnaire présumé a chargé des commissions stratosphériques de piller le fonds souverain, 

publie maintenant une déclaration depuis la prison de Viana.

    …5 milliards $$…  dans leurs entreprises fantômes

Dans cette déclaration, il a déclaré que sa détention provisoire n’était pas motivée, qu’il s’agissait d’une persécution des dirigeants actuels du Fonds souverain et qu’il s’est plaint des conditions de détention dans lesquelles il était incarcéré, estimant qu’elles portaient gravement atteinte aux droits de l’homme.

En ce qui concerne l’existence ou non de motifs de détention provisoire, cette question n’est pas résolue par des communiqués. Un tribunal doit être invité à révoquer la mesure pour les motifs appropriés.

Il est vrai que la loi sur les mesures de précaution, approuvée en 2015 par le gouvernement que Jean-Claude a servi, est manifestement parcimonieuse dans les garanties données aux accusés et dans les interventions judiciaires. La détention préventive est essentiellement une affaire de poursuite, pas de juge.

Nous avions critiqué cette loi en temps voulu.

    … la loi ne servirait qu’à attaquer les autres     la loi ne servirait qu’à attaquer les autres …   … la loi ne servirait qu’à attaquer les autres …

Mais Jean-Claude et ses amis pensaient que la loi ne servirait qu’à attaquer les autres: les revús, Rafael Marques, Lídia Amões, etc… 

À l’époque, ils ne se rappelaient pas avoir demandé une loi pour défendre les accusés. Maintenant, ils sont victimes de la loi en vigueur. Cependant, même si elle est imparfaite, cette loi prévoit des mécanismes de recours suffisants, que Jean-Claude peut utiliser.

Une résolution plus facile est le problème du manque de conditions dans les prisons. Également à Maka Angola, Rafael Marques avait écrit de nombreuses dénonciations sur le sujet.

la loi ne servirait qu’à attaquer les autres     la loi ne servirait qu’à attaquer les autres …   … la loi ne servirait qu’à attaquer les autres …
  ..impunité,.. frénésie dans le saque, le pillage

      Dans le même temps, Jean-Claude, qui se vantait de fondations ayant des préoccupations sociales vis-à-vis de l’Afrique, n’avait encore jamais eu aucun mouvement ni aucune inquiétude quant à l’état des prisons et des prisonniers en Angola.

Plus le régime du père de son élève, José Eduardo dos Santos, maltraité, volé, volé, opprimé et réprimé la majorité des angolais,

meilleure était la situation d’impunité et de frénésie dans le saque, le pillage de Jean-Claude: le meilleur exemple d’ opportunisme en Angola.

        …À présent, Jean-Claude invoque les droits humains et Amnesty International …

À présent, Jean-Claude invoque les droits humains et Amnesty International. Bastos de Morais aurait peut-être préféré le traitement que le prince héritier d’Arabie saoudite accordait aux cousins ​​corrompus qu’il avait emprisonnés: il les enferma dans le somptueux Hôtel 7 étoiles Ritz Carlton jusqu’à ce qu‘ils donnent à l’État une partie de la fortune qu’ils avaient détournée.

  ..une prison de Ritz Carlton ?..

Peut-être Jean-Claude voulait-il aussi être incarcéré  au Ritz. Mais il est encore temps. Il suffit de consacrer une petite partie des 700 millions $$ de dollars qu’il a reçus en frais d’investissement pour investir l’argent du Fonds souverain dans ses propres sociétés et promouvoir la construction d’une prison de Ritz Carlton à Luanda…

   ..une prison de Ritz ?..

Si les souhaits du bureau du procureur se concrétisent, lui et beaucoup d’autres auront plusieurs années de résidence en prison. Par conséquent, si vous commencez à construire le Ritz maintenant, vous pourrez en profiter.

Par conséquent, il est suggéré de consacrer une partie de vos revenus et de faire du bien et de parrainer la construction d’une Prison de luxe pour lui et ses amis.

 .. Il exige un traitement égal… fifty / Fifty ?..

Pétulant et extrêmement gourmand comme il est, Jean-Claude ne pense même pas à cette solution, mais commence à considérer l’hôpital de la prison de São Paulo comme le Ritz .

  Rafael Marques ?.. persécuté…

Il exige un traitement égal à celui de José Filomeno dos Santos « Zenú », qui a au moins exercé de hautes fonctions publiques et qui est le fils de l’ancien président de la République. Il suggère son transfert à São Paulo.

Il est évident que l’incarcération est douloureuse, épuisante et humiliante.

On ne veut pas être emprisonné.

   Rui Verde ?.. persécuté…

Pas même Jean-Claude, qui n’hésitait pas à envoyer ses avocats anglais de Schillings persécuter et menacer le monde en dehors de celui qui écrivait pour dénoncer leurs pratiques et ne tentait pas, à cette époque, de violer les droits fondamentaux de la liberté d’expression. et information.

Rafael Marques et Rui Verde pour vous dire le stress qu’ils ont subi à cause de la persécution internationale de Schillings…

   … la prison est toujours une déshumanisation … y faire face avec dignité et respect  … y faire face avec dignité et respect … et respect

La prison est toujours une déshumanisation.

La seule attitude à adopter consiste à y faire face avec dignité et respect et à chercher à aider les plus démunis qui y sont présents.

La posture de Jean-Claude montre qu’il n’apprend rien de ce qui lui est arrivé.

    .. rendez l’argent du peuple angolais ! … rendez l’argent du peuple angolais !   rendez l’argent du peuple angolais ! 

Puis construisez la prison du Ritz : Jean-Claude Bastos de Morais, rendez l’argent du peuple angolais !

  ..Rendez-nous l’ argent !..

 Par : Moiani Matondo 

 le 2 octobre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – (corrections à venir !..)

Partagez cet article

CRIMINELS ?… Le problème des dirigeants du MPLA ?…ne pas se soucier, des preuves rassemblées !

ANGOLA : Conseils pratiques pour prisonniers .. de Luxe .. et autres..”V.I.P” ?.. – Rafael Marquès de Morais

CABRITISMO : José Filomeno dos Santos da Entrada para Cadeia do São Paulo, juntamente com Jean-Claude Bastos de Morais. (Em actualização)

PORTUGAIS EUROPÉENS ET PORTUGAIS AFRICAINS…

ANGOLA : Juges de la Cour Constitutionnelle, et suspectés d’ exercer la profession d’avocat !.. (en catimini ?..)

CABRITISMO : « ceux qui protègent Sobrinho vont vite déchanter !.. »

ESCROQUERIE : .. ET DIRE QUE J.E.S ?.. N’EST TOUJOURS PAS INCULPÉ ?..

ANGOLA : La transigeance comme caractéristique politique… (… une trahison par faiblesse ?.. ou par intérêt ?.. )

OLIGARQUIA : La détention de Zénu,.. et le changement du paradigme judiciaire en Angola…

CABRITO-HIGINIO : É iminente à possiblidade de Higino Carneiro, ser aconchegado pela PGR ?..

CORRUPTION : LA BANQUE BLOQUE LE…SCHÉMA ?…( de « CABRITISMO »… ?)… D’ISABEL DOS SANTOS…

CABRITO-CONCESSÃO : para uma compensação ??.. por prejuízo ??…xx.. em bilhões.. de $$..

CABRITISMO : La Sodiam entreprise (publique) de diamants quitte le négoce (privé)…de bijoux d’Isabel dos Santos… – Angola24horas-

ANGOLA : Eux !..claquent des fortunes $$$,..au nez et à la barbe de 20 millions d’affamés !..$$

Ils nous volent tout ce qu’ils peuvent,… ne laissent rien, rien et rien !…

MIRAMAR : .. O “Bunker” do “Cabritismo” ?..

Contact

TRUANDERIE : Zenú et Jean-Claude sont arrêtés,.. et dorment bien en prison …

   ..association de malfaiteurs ?..

José Filomeno dos Santos « Zenú »et Jean-Claude Bastos de Morais sont enfin dans les cachots, en détention provisoire.
Selon la déclaration du Bureau du Procureur général,

   ..le système de pillage était simple…

« les éléments de preuve recueillis dans le résultat record des preuves suffisantes que l’accusés sont engagés dans la perpétration de plusieurs crimes, les entre : association de malfaiteurs, réception incorrecte de la prestation, la corruption, la participation économique des affaires ( …). « 

    ..pillage !..

C’est une étape clé dans la lutte contre la corruption annoncée par le président João Lourenço.
Alors qu’il était président du Fonds souverain, Zenú était en charge de 5 milliards de $$ dollars, ce qu’il a donné la direction à son partenaire et ami Jean-Claude Bastos de Morais. Les deux ont conspiré pour détourner cette somme à leur profit.
Selon les révélations des autorités angolaises, à ce jour, l’État n’a pu récupérer que milliards de $$ dollars du montant total.
Le système de pillage était simple. 

Pour investir plus d’un milliard de dollars dans le fond des sociétés fictives créées pour eux-mêmes – attendre qu’il – Jean-Claude Morais Bastos charge plus de 700 millions de dollars en commissions et honoraires. Dans le même but d’enrichissement personnel, elle a également placé une myriade de sociétés pour fournir des services de conseil au Fonds.

    .. Zénu, jean-Claude  +.. le décret présidentiel  n° 79/15…

Un exemple de vol rampant de la paire-Zenú Bastos de Morais  a à voir avec l’octroi de terres au Fonds souverain pour l’exploitation des périmètres d’eucalyptus dans les provinces de Huambo, Benguela et Huila, par le décret présidentiel n ° 79/15 .

Jean-Claude Bastos de Morais et Marcel Kruse ont créé une série de sociétés fantômes qui se sont retrouvées avec les concessions attribuées au Fonds souverain.

Celles-ci, à leur tour, ont vendu les droits de concession à Quantum Global Timber de Jean-Claude Bastos pour 25 millions de $$ dollars. 

Il n’est pas nécessaire de deviner que Quantum Global Timber a été créée pour gérer l’argent du Fonds souverain pour l’exploitation forestière.

   

C’est, avec ce schéma simple que, Jean-Claude Bastos de Morais a vendu le droit à une concession attribué au Fonds souverain et, avec cet argent, s’ est racheté lui-même ce droit, donnant lieu à des gains de 25 millions $.

Ou plutôt, agresser le Fonds de 25 millions $…

Banco Kwanza Invest , anciennement détenue par Jean-Claude Bastos de Morais (85%), est le siège d’un grand nombre de ces sociétés fantômes et le principal centre de pillage pour les opérations du Fonds, comme nous l’avons signalé à plusieurs reprises déjà. 

Récemment, nous avons écrit pour défendre la garde à vue des deux amis, sur la base de la gestion actuelle du Fonds, selon lequel Zenú et Jean-Claude Bastos de Morais  se sont installés dans un contrat d’une durée de 10 à 15 ans, ce qui empêche la reprise des 3 autres milliards $$ en peu de temps.

..cet arrangement…

Cet arrangement juridique était une raison suffisante et une justification juridique pour la détention préventive des deux.
La collusion de Zenú et de Jean-Claude Bastos de Morais pour ne pas restituer l’argent restant constitue une continuité de la pratique de l’activité criminelle.

« C’est-à-dire qu’il y a des contrats, il y a du crime se produisant. »

  … »C’est-à-dire qu’il y a des contrats, il y a du crime se produisant. »… il y a du crime se produisant… il y a du crime se produisant…

Alors que l’action des autorités judiciaires pour être efficace, Banco Kwanza Invest et les sociétés qu’elle dispose devraient être mises en investigations immédiatement par le Bureau du Procureur Général et par l’autorité de surpervision de la Banque

 24 septembre 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

CABRITO-FUNDO : Jean Claude, preferiu a Cadeia, ao invés da devolução dos 3 Bilhões de dólares do estado angolano

KLEPTOCRATIE : Isabel avait enregistré Atlantic Ventures au nom de son beau-frère et de sa copine…

«Tôt ou tard, ils finiront en prison » – Rafael Marques

OPERATION-CABRITISMO : Jean-Claude Bastos, « Mentor » de José Filomeno dos Santos, avait reçu 82,5 millions $$ de dollars, pour un travail qu’il n’a jamais fait…

KLEPTOCRATIE : Isabel dos Santos attaque en justice,.. le Président de la République d’ Angola,.. João Lourenço…

MAURITIUS PAPERS : Tout ce que vous devez savoir sur le Quantum Global … de … Jean-Claude Bastos de Morais …

MAURITIUS PAPERS : Les milliards cachés… des princes angolais – par Nad Sivaramen

ANGOLA : Eux !..claquent des fortunes $$$,..au nez et à la barbe de 20 millions d’affamés !..$$

ANGOLA : UN PAYS DE KANGAMBA’S !..

Isabel dos Santos utilise des sociétés à Malte, afin de dissimuler son patrimoine immobilier.

QUANTUM PARADISE : Inculpation de Zénu dos Santos,.. après Sobrinho, Jean-Claude Bastos ébranle l’offshore à l’île Maurice…

CABRITO-HIGINIO : É iminente à possiblidade de Higino Carneiro, ser aconchegado pela PGR ?..

CABRITO-FUNDO : Comunicado de Imprensa da PGR, Confirmado. Jose Filomeno dos Santos foi detido juntamente com Jean Claude Bastos de Morais…