MPLA : LA FRAUDE EN DIRECT…

Cette année, l’arrogance et l’ineptie du MPLA donnent le spectacle le plus déplorable de tous : la présentation de la fraude électorale en direct.
Russian Communist supporters wave flags, hold banners and a placard with a picture of Joseph Stalin, during a march in central Moscow March 23, 2013. Participants at the march gathered to protest the growth of communal charges, local media reported. REUTERS/Mikhail VoskresenskyIl est devenu évident pour toutes les personnes que la présentation des résultats de ces élections n’est rien d’autre qu’une fraude gigantesque et flagrante. Raison avait Staline : peu importe qui vote ?, qui se soucie de qui va …compter….les votes ?
La fraude électorale en cours est « transparente » et se manifeste à deux égards.

1- La première est la chronologie des événements. Ceux qui ont accompagné la soirée des élections et les heures suivantes ont appris que les premiers résultats et les prévisions ont été publiés par l’opposition, en mettant le MPLA en premier – et donc en élisant João Lourenço en tant que président – mais en attribuant la majorité des voix à l’opposition. Ces prédictions ont mis en évidence un scénario semblable à ce qui s’est passé lors des dernières élections législatives portugaises, où le PSD de Passos Coelho a remporté les élections, mais le PS d’António Costa et la gauche ont réuni la majorité au Parlement.

Aucun texte alternatif disponible.C’est après ces annonces de l’opposition que le MPLA accélère et déclare qu’il aura une majorité qualifiée (soit les deux tiers des voix, 66,6%) et lancera la porte-parole CNE mal préparée pour présenter de mauvais résultats. Aussi avare, que la somme des pourcentages qu’elle a présentés pour chaque force de parti est supérieure à 100% ! Les chiffres présentés sont :

64,57% + 24,40% + 8,56% + 0,52% + 1,37% + 0,95% = 100,37%

Comment comptez-vous sur un compte supposé qui ne dépasse même pas 100% ?

De toute évidence, compte tenu des chiffres qui se sont produits, le MPLA s’est effondré et s’est hâté de publier des numéros alternatifs qui garantissent presque une majorité qualifiée.

2 -Et c’est le deuxième aspect qui permet de comprendre que le dépouillement est frauduleux. Est-ce que quelqu’un croit vraiment qu’après la catastrophe qui a été le MPLA au cours des 5 dernières années, les deux tiers de la population angolaise allaient voter dans le même parti ? Les gens n’ont peut-être pas d’éducation, mais ils ne sont pas stupides, ils ne voteraient jamais en masse dans le MPLA. Donc, cette histoire de «majorité qualifiée» n’a pas de crédibilité. C’est une fraude complètement évanescente.
Il y a beaucoup d’observateurs qui parlent des élections et disent de belles choses sur la façon dont elles se sont déroulées. Ne confondez pas les choses.

D’une part, nous avons eu l’acte électoral, qui a généralement été en paix et en civilité. Du côté opposé, nous comptons et présentons les résultats.

Les observateurs des différents centres de contrôle surveillentils les comptes ?

Savez-vous d’ provenaient les chiffres présentés par la porte-parole du CNE ?

S’ils ne le savent pas, ne parlez pas.

Un exemple de l’inanité des observateurs est démontré par une Déclaration préliminaire de la Mission de surveillance de l’Union africaine. Cette Déclaration empêche celui qui le signe – l’ancien premier ministre du Cap-Vert, José Maria das Neves – et met l’organisation africaine en échec.

Il est indiqué dans cette  fameuse Déclaration que «les résultats ont été établis dans les Conseils de vote, conformément à la loi et en présence de représentants de partis politiques et d’observateurs internationaux (…). La Mission a également noté que, dans la plupart des bureaux de vote visités, les partis politiques ont reçu des copies signées des procès-verbaux des résultats et les résultats ont été publiés dans la plupart des tableaux de vote après la table des résultats.

Ce serait bien le processus électoral légitimement légitime s’il n’avait pas été pour la Mission de l’Union africaine d’avoir visité seulement 19 bureaux de vote !!!

En tout, il n’y avait que 12152 bureaux de vote.

Par conséquent, 12 143 colons électoraux n’ont pas été observés. Cela ressemble à une blague de M. José Maria das Neves (ancien Premier ministre du Cap-Vert), mais ce n’est pas le cas. D’une base de 19, il extrapole à 12 152 ! Pendant ce temps, l’UNITA et la CASA-CE garantissent que les résultats publiés n’ont rien à voir avec ce qui a été établi.

 

Qu’en est-il des observateurs

 

 26 de Agosto de 2017- Moiani Matondo.

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

contact@franceangola.com

 

USA : LA DÉS-OBÉISSANCE CIVILE DOIT ÊTRE RESPECTÉE EN ANGOLA – I

ANGOLA : LES GUERRES RÉSULTENT DU MANQUE DE DÉMOCRATIE…

ANGOLA : MANDELA ET DOS SANTOS, LE GÉANT ET … LE NAIN (LE PYGMÉE)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *